Parcs et forêts

Mont-Albert

Mont-Albert

Mont-Albert

Mont Albert est une haute montagne qui est située en Gaspésie, notamment, en Haute-Gaspésie.

Cette montagne fait partie du massif des Chic-Chocs, une composante des Appalaches où l’altitude dépasser 1200 mètres. Cette chaine est composée de certains des plus hauts sommets du Québec dont le Mont Jacques-Cartier (1314, deuxième montagne en hauteur au Québec), le Mont Richardson (1295 mètres) et le Mont Albert.

Son nom honore le prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha, époux de la reine Victoria. C’est l’arpenteur-géologue Alexander Murray (1810-1884) qui en atteignit le sommet le 26 août 1845, jour de l’anniversaire du prince Albert. M. Murray choisit donc le nom du prince pour nommer cette belle montagne.

Le Mont Albert se situe sur le territoire du parc national de la Gaspésie, attrait touristique majeur de la région. Les pentes du Mont-Albert sont caractérisées par la prédominance du couvert forestier. Son altitude est de 1 151 ou 1 154 mètres (selon sources différentes). La montagne fut formée il y a environ 480 millions d’années et elle est composée des roches serpentines.

Le sommet de la montagne constitue un immense plateau de plus de 13 kilomètres carrés appelé la Table à Moïse. Le plateau comprend en fait deux sommets, le sommet Albert Nord de 1 070 mètres et le sommet Albert Sud (1 151 ou 1 154 m selon les sources). Les deux sommets sont situés à chacune des extrémités de la Table à Moïse.

La roche principale de la montagne, la serpentine, provient de la croûte océanique et a été soulevée par la formation des Appalaches, il y a environ 480 millions d’années.

Le plateau et ses environs sont protégés par l’habitat floristique de la Serpentine-du-Mont-Albert. Cette aire protégée de 27,28 km2 a pour but de protéger l’habitat de quatre espèces très rares au Québec, dont deux espèces endémiques à la région du mont Albert, soit la verge d’or à bractées vertes (Solidago chlorolepis) et le saule à bractées vertes (Salix chlorolepis). La flore comprend aussi la minuartie de la serpentine (Minuartia marcescens), qui est endémique au nord-est de l’Amérique du Nord, et l’une des deux populations de l’est du continent du polystic des rochers.

Du plateau est possible de descendre vers la vallée du Diable, une très belle vallée parsemée des pierres de couleur orangée qui constituent un pur délice pour les yeux.

La chaine des monts Chic-Chocs, d’une longueur de 95 kilomètres et d’une largeur de 10 kilomètres, fait partie des monts Notre-Dame, qui sont la continuation des Appalaches (le nom de la chaine vient d’un mot de la langue Mi’kmaq qui signifie « barrière impénétrable »). Ce sont des monts très érodés avec des sommets plats et des flancs escarpés, dont plus de 25 sommets dépassent les mille mètres.

Le parc national de la Gaspésie, quant à lui, est situé tout près de la municipalité de Ste-Anne-Des-Monts. Le Mont Albert est sans aucun doute un endroit de prédilection pour les amateurs de randonnée pédestre, même pour un séjour de plusieurs jours dans la région. Pour se loger, la réputée auberge du Gîte du Mont-Albert est très accueillante. Un réseau de sentiers pédestres compose la boucle du Mont Albert et les sentiers La Montée et La Vallée.

Mont Albert

Mont Albert

Sommet Albert Sud et table à Moïse, près de l’abri Le Rabougri. Source de l’image : Fralambert

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>