Parcs et forêts

Covey Hill

Covey Hill

Covey Hill

Située près de la frontière américaine, en Montérégie, la colline Covey Hill constitue le piedmont des Adirondakcs. La colline surplombe la vallée de la Châteauguay à une altitude de 342 mètres. Le nom de ce promontoire fait référence à l’Américain Samuel Covey, l’un des premiers colons à s’y établir.

Implantés de la route 202 et du chemin Covey Hill, de petits hameaux se dispersent régulièrement sur ses pentes. Quelques-uns de ces localités telles Herdman, Rockburn, Bridgetown et Franklin abritent de véritables joyaux architecturaux. Taillée, la pierre a servi de matériau de construction pour les murs de ses édifices publics, des maisons et des bâtiments de ferme, qui témoignent d’un savoir-faire et de pratiques locales.

Par leurs gestes et leur mode de vie, Écossais, Irlandais et Français ont façonné et modelé les paysages du Haut-Saint-Laurent. Ces échanges culturels ont permis l’essor de styles architecturaux variés.

Parmi ces bâtiments, on note des laiteries construites au-dessus de source d’eau naturelle alimentant un système de canaux qui servait à refroidir le lait.

Dans les environs de Rockburn et Franklin, on retrouve de petits bâtiments en pierre appelés ash house (de l’anglais « maisons de cendres »). Ces immeuble sont historiquement associés à la production de la potasse et servaient à l’entreposage des cendres domestiques durant la période hivernale.

Ensuite, la potasse, obtenue par le lessivage des cendres de bois, était utilisée dans la fabrication de détergents et de savon. À l’époque ou l’Angleterre produit à elle seule près de la moitié de tous les tissus de coton vendus dans le marché mondial, il lui faut de grandes quantités de potasse pour nettoyer et blanchir les fibres. Ainsi, pour les colons des Cantons de l’Est, c’était là un commerce lucratif : en effet, selon de journaux de l’époque, entre 1810 et 1825, le baril de potasse, qui représente le travail de deux hommes en un mois, se vend entre 35 et 60$, l’équivalent d’un salaire annuel moyen d’un débardeur!

Plusieurs églises et petits cimetières hérités de la colonisation écossaise et irlandaise protestante ponctuent le paysage de la Covey Hill, enrichissent par leur emplacement et leur style architectural le paysage culturel de la région qui compte 25 églises protestantes. Parmi les plus remarquables, on note l’église presbytérienne en pierre St. Andrew, construite en 1904 à Huntingdon, unique par son style pittoresque romantique. Elle est abondamment éclairée à l’intérieur grâce à de magnifiques vitaux à motifs géométriques qui illustrent de nombreuses scènes liturgiques. Située dans le hameau de Herdman, l’église anglicane St. Paul, datant de 1848, est tout humble à l’extérieur, mais elle se révèle une œuvre d’art et métier à l’intérieur.

Nul doute, les cimetières familiaux associés au protestantisme, constituent de magnifiques jardins spirituels. Souvent entourés de murets de pierres, ces lieux du dernier repos sont nombreux le long des routes 202 et de la 1ere concession, dans les municipalités de Hinchinbrook, Franklin et Havelock. Fait à noter, les cimetières écossais de Dundee sont pour leurs parts, entourés d’immenses pins rappelant les conifères de l’Écosse.

Remarquons que la Municipalité régionale de comté Le Haut-Saint-Laurent est membre du réseau Ville et Villages d’art et de patrimoine. Avec sa Politique culturelle, adoptée en 2000,  la région du Haut-Saint-Laurent démontre clairement qu’elle entend conserver et mettre en valeur les éléments qui participent à la beauté et à la mémoire de ses paysages.

covey hill

Mary Dorland. Covey Hill, Road #2. Source de la photo : Mary Dorland’s Website

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>