Parcs et forêts

Parc national de l’Archipel-de-Mingan

Parc national de l’Archipel-de-Mingan

La Réserve de Parc national de l’Archipel-de-Mingan

La Réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan, un endroit idéal pour le tourisme écologique, est un vaste espace naturel, parsemé de gigantesques monolithes aux formes spectaculaires, sur lesquels nichent de grandes colonies de macareux et d’oiseaux marins.

La Réserve de l’Archipel-de-Mingan se trouve sur une quarantaine d’îles calcaires et quelque mille îles et îlots granitiques, situés au-delà du 50e parallèle, dans la côte nord du golfe du Saint-Laurent. On t découvre de spectaculaires monuments naturels, où la vie abonde. À part des oiseaux, il y a des phoques, des dauphins, des baleines et plusieurs autres mammifères.

C’est en 1984 que ce territoire est devenu réserve de parc national du Canada, étendue de Longue-Pointe-de-Mingan à Aguanish, entre l’embouchure de la rivière Saint-Jean à l’ouest et celle de la rivière Aganus, à l’est. La réserve, d’une superficie d’environ 110 kilomètres carrés, s’étend sur près de 150 km de longueur.

On retrouve sur ces ‘îles calcaires des structures géologiques exceptionnelles dites pots de fleurs, ainsi qu’une végétation de type boréale.

Des croisières d’observation des baleines et des oiseaux marins sont offertes par le parc de l’Archipel-de-Mingan.

Quatre villages font partie de l’archipel :

  • Longue-Pointe-De-Mingan
  • Mingan
  • Havre-Saint-Pierre
  • Baie-Johan-Beetz

Ces villages ne se situent pas sur les îles mais sur la côte en face des îles.

Île du Wreck

Selon la carte de Jean-Baptiste-Louis Franquelin (1685), l’île la plus méridionale du groupe des îles aux Perroquets, à l’ouest de l’archipel de Mingan, portait le nom de Degrat. Orthographié ainsi, ce mot se dit d’un bateau quittant le havre où il est ancré et qui va chercher ailleurs meilleure pêche ; dans le cas présent vers l’île Nue de Mingan qui fut appelée Île de la Pêche en 1715 en raison, sans doute, de la grande quantité de poissons qui s’y trouvaient. Le second nom que porta cette île est de langue anglaise, du moins pour le spécifique, et remonte à la deuxième moitié du XIXe siècle. Ce sont deux naufrages qui sont à l’origine du toponyme Île du Wreck, soit celui du Clyde en 1857 et du North Briten en 1861. Si le toponyme Île du Wreck a prévalu jusqu’à nos jours, c’est les gens de Havre-Saint-Pierre ont acquis l’habitude de prononcer RAQUE (rak) pour désigner cette île et même pour parler généralement des naufrages qui surviennent, tant aux îles de Mingan qu’à l’île d’Anticosti. La mention de Placide Vigneau (1870) de Wreck Point démontre que l’île n’était sans doute pas nommée. Toutefois, en 1892, il appelait cette île aussi bien Île du Naufrage que Île du Wreck. Le toponyme est devenu officiel en 1979. Le nom montagnais Kauishuaunakasti Ministukua se rapporte à la fois à l’île Wreck, la caye Noire et l’île de la Maison et signifie les îles aux foins jaunâtres.

Canton Beaussier

À l’est de Havre-Saint-Pierre, ce canton inhabité et marécageux est traversé d’est en ouest par la rivière Romaine. Sa façade maritime donne vis-à-vis de la partie orientale de l’archipel Mingan. Cette appellation a été donnée en mémoire de Louis-Joseph Beaussier de Lisle (1701-1765), commandant de frégate (1744), capitaine de pont (1749), chef d’escadre (1764), décoré de la Croix de Saint-Louis en 1750. Il s’illustra sur les mers pendant la guerre de Sept Ans comme commandant de l’escadre de six bâtiments qu, en 1756, transporta à Québec le marquis de Montcalm et un renfort de 1 500. Proclamation : 1965.

Monolythe

Monolithe sur l’Île Quarry, Réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan, Crédit photo – Cephras – commons.wikimedia.org/wiki/File:Monolith_Quarry_03.jpg.

Pour rejoindre la Réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan :

District de Mingan
1340, rue de la Digue
Havre-Saint-Pierre
Québec
G0G 1P0

Téléphone : 418 – 538-3331. Sans frais : 1-888-773-8888

Lire aussi :

2 Comments

  1. Jean-Paul Beauchemin

    2010/07/24 at 2:53

    Bonjour.
    J’ ai navigué sur un des bateaux qui faisaient le ravitaillement de la Cöte Nord, dans les années 48-49-50. J’ aimerais si possible avoir une photo des gens de la réserve, habillé à la manière de cette époque. Les femmes et enfants étaient habillés de façon trés coloré.
    J’ ai des photos mais elles sont en noir et blanc.
    C’était au temps du Chef Napess et du missionnaire Père Loiselle.
    Merci.
    J-P Beauchemin.

  2. Bourret H.

    2011/03/19 at 1:12

    Y a-t-il une légende sur la bonne femme Niapiskau? ou sur l’île de Niapiskau?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *