Femmes du Quebec

Femmes au XVIIIe siècle

Femmes au XVIIIe siècle

Ligne du temps : Femmes de la Nouvelle-France au XVIIIe siècle

(et la période jusqu'à la fin du siècle)

1705 : Agathe de Saint-Père-Le Gardeur de Repentigny [1657-1748] ouvre la première manufacture d’étoffes au Canada, rue Saint-Joseph, à Montréal. Elle reprend à son compte les initiatives de l’intendant Talon visant à rendre la Nouvelle-France auto-suffisante en matière de tissus. La manufacture conservera son rythme de production jusqu’en 1713, année où Mme de Saint-Père-Le Gardeur de Repentigny se retire des affaires. On lui attribue aussi la commercialisation du sucre d’érable qu’elle fait connaître en France. La couronne de France lui a accordé une gratification annuelle de 200 livres en reconnaissance de ses services rendus à la colonie.

31 décembre 1737 : Fondation des Sœurs de la Charité de Montréal mieux connues comme Sœurs Grises, première communauté religieuse fondée par une Canadienne, Madame d’Youville (Marie-Marguerite Dufrost de Lajemmerais) à l’âge de 28 ans. Ces religieuses s’adonneront aux soins infirmiers, s’occuperont des pauvres, des personnes âgées, des malades contagieux, des infirmes et incurables, des aveugles, des aliénés, de la Crèche (l’enfance abandonnée), de l’hébergement des orphelins, des prisonniers. La communauté aménagera Jérico, un hébergement avec une douzaine de chambres de retraite pour les « filles tombées ».

1744 : La ville de Québec dénombre parmi ses femmes domestiques 5 pour cent d’esclaves noires et 10 pour cent d’Amérindiennes.

18 avril 1763 : Marie-Josephte Corriveau est condamnée pour le meurtre de son deuxième mari Louis Dodier. Elle sera pendue. Elle a tué son mari parce que celui-ci la faisait battre tous les jours. Son corps est exhibé publiquement dans une cage de fer, au-dessus d’une croisée des chemins, à Lauzon. Les folkloristes et les historiens des XIXe et XXe siècle amplifieront la légende de la Corriveau.

1773 : Les premiers chirurgiens accoucheurs font leur apparition dans les villes.

26 décembre 1791 : L’Acte constitutionnel du Canada reconnaît la qualité d’électeur à tous les propriétaires, à partir d’un seuil assez modeste, sans distinction de sexe. Les femmes propriétaires ont ainsi le droit de vote et l’exercent.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>