Bestiaire du Québec

Souris

Souris

Les souris

Les souris sont les rongeurs les plus communs au Québec. Les souris sont généralement actives la nuit. Certaines demeurent actives à l’année alors que d’autres hibernent. Elles sont de bonnes coureuses, grimpeuses et sauteuses. De plus, elles sont des nageuses moyennes. Les souris sont très discrètes, mais elles sont très curieuses et explorent activement tout ce qui n’est pas familier dans leur environnement. Cependant, elles sont nerveuses et fuient si elles sont soudainement confrontées à des changements dans leur habitat.

En fait, on appelle « souris » plusieurs espèces de rongeurs appartenant au sous-ordre des Myomorphes, dont on trouve treize représentants au Canada. Six de ces espèces sont des Souris du Nouveau Monde de la famille des Muridés : Souris-moissonneuse occidentale, souris, souris des Cascades, souris de Sitka, Souris à pattes blanches et souris-à-sauterelles boréale. D’ailleurs, une espèce de l'Ancien Monde, la souris commune, a été introduite par les premiers colons. Quatre espèces sont de la famille des Dipodidés : ce sont les souris-sauteuses du Pacifique, de l'Ouest, des champs et des bois. La famille des Hétéromyidés est représentée par deux espèces : les souris à bajoues flavescente et des pinèdes. Les mulots ne sont pas, pour leur part, des souris mais bien des campagnols. La Souris-moissonneuse occidentale et la Souris à bajoues flavescente sont les plus petites espèces. La plus grande espèce est la souris-sauteuse de l’Ouest.

Le terme « souris » vient du français médiéval : soriz puis soris. Il semblerait que ce mot est en usage depuis le XIIe siècle. Par contre les souris sont différenciées à partir du XVIe siècle quand des savants commencent à les sous-diviser en souris terrestres,  blanches souris, petits mulots, etc.

La première édition du Dictionnaire de l’Académie française, paru en 1694 évoque la souris commune et en donne comme définition « Petit animal à quatre pieds, qui se retire dans les trous des maisons, et qui ronge… ». Pourtant, L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d’Alembert, parue au XVIIIe siècle définit le rat comme étant l’espèce Mus domesticus, c'est-à-dire l’actuelle souris domestique. C’est dès la première moitié du XIXe siècle que les dictionnaires (Dictionnaire de la langue française d’Émile Littré, Dictionnaire de l’Académie française, etc.) indiquent qu’il s’agit d’un représentant de la famille des rongeurs et précise qu’il s’agit d'un animal « plus petit » que le rat. Le Trésor de la Langue Française en donne une définition beaucoup plus étendue, mentionnant les Muridés et plus spécialement la souris domestique et sa variante albinos, la souris blanche. Ce dictionnaire indique aussi que le terme s’étend à des espèces voisines de la souris domestique, présentes sur les cinq continents, mais également à certains marsupiaux ou à quelques chauve-souris.

La souris commune peut se reproduire à l’année, alors que la plupart des espèces ne sont sexuellement actives que du printemps à l'automne. Elles produisent généralement plusieurs portées à l'intérieur de cette période.

Elles peuvent vivre en association avec les humains dans leurs bâtiments, même si ces petits rongeurs adorent les champs et les bois. Au Québec, souvent, les souris passent l’été à l’extérieur, mais l’automne, elles cherchent s’introduire dans les bâtiments. Elles peuvent s’introduire dans les centres de la petite enfance ou dans les écoles.

Si elles cohabitent avec des humains, les souris construisent leur nid dans des amas de papier, de chiffon ou d’autres matériaux doux. Considérées comme territoriales, elles vivent dans un périmètre restreint de trois à dix mètres de leur nid. Les souris sont territoriales (elles se réservent un territoire et en interdisent l’accès à ses congénères) et coloniales (c’est-à-dire, elles forment des colonies, des réunions d’animaux vivant en commun).

Ces petits animaux ont le sens de l’odorat très développé, ainsi qu’une excellente audition. Elles se servent de leurs moustaches pour détecter les textures des surfaces et les mouvements dans l’air. Par contre, la vision ce ses monstres de la nuit n’est pas bonne. Les souris préfèrent communiquer entre elles par des cris aigus.

Nourriture

Dans la nature, ces créatures da la nuit consomment des racines, des tiges, des feuilles, des graines et d’autres matières végétales.

Dans votre maison ou appartement, les souris mangent de la nourriture des humains ou peuvent même manger du savon, de la colle et  divers autres matières qu’elles trouvent sur les lieux.

Les souris endommagent les contenants, qui laissent alors échapper les aliments. Elles transmettent des maladies en souillant la nourriture de leur urine et de leur déjection.

Le choix de la méthode de lutte contre les souris dépend de l’espèce de rongeurs qui posent problème. Par exemple, les pièges conçus pour les rats ne conviennent pas à la capture des souris. Voici nos recommandations : Comment se débarrasser des souris ?

souris

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>