Raton laveur

Le raton laveur – nom latin Procyon lotor – est un mammifère omnivore qui doit son nom à son habitude de tremper les aliments dans l’eau avant de les manger. À vrai dire, il tâte ses aliments, et comme il pêche parfois des animaux aquatiques, il semble les laver.

C’est un animal essentiellement nocturne qui grimpe aux arbres grâce à ses doigts agiles et à ses griffes. Son pelage est poivre et sel, avec de légères teintes de roux. Autour des yeux, le raton laveur porte un masque noir bordé de blanc. La queue de l’animal est rayée de blanc et de noir.

Le corps des ratons laveurs adultes peut atteindre de 65 centimètres jusqu’à un mètre, tandis que sa queue est de 20 à 28 centimètres. Son poids peut aller jusqu’à 28 kilogrammes, mais en général, il oscille entre 7 et 12 kilogrammes, fluctuant selon la saison et atteignant son maximum en automne.

Au Québec, le raton laveur habite les zones de la forêt mixte, la forêt de feuillus et les régions agricoles. Il aime la bordure des forêts, les rives des cours d’eau et des marécages. Parfois, les ratons laveurs vivent dans les parcs des banlieues et même dans les cours des maisons, au cœur des quartiers résidentiels des grandes villes. À Montréal, on peut en voir la nuit dans les secteurs de Westmount et de Notre-Dame-de-Grâce.

Le raton laveur est omnivore, mais il préfère les petits animaux aquatiques, comme les palourdes, moules, tortues, écrevisses, grenouilles ou poissons. Il mange aussi des rats musqués, des mulots ou des insectes, des œufs, des fruits, du maïs. Dans les villes, il s’attaque aux déchets.

raton laveur

Les accouplements ont lieu en janvier ou en février et la femelle s’accouple avec un seul mâle, alors que ce dernier accepte plusieurs partenaires. La femelle a une seule portée par année. Les petits, au nombre de 1 à 7, naissent en avril ou en mai. La gestation dure 63 jours.

Les mâles adultes sont solitaires et évitent le contact des autres mâles. Ils signalent leurs territoires respectifs en laissant des traces malodorantes.

En milieu naturel, le raton laveur vit de 12 à 13 ans. En captivité, on a relevé des cas de longévité de près de 23 ans.

Les prédateurs du raton laveur sont la martre d’Amérique, le lynx roux, le couguar, le coyote, le loup gris et le renard roux. Les grands-ducs d’Amérique capturent les jeunes ratons. Cependant, l’homme est son principal prédateur.

raton laveur

Entre deux et quatre millions de ces animaux sont chassés et tués en Amérique du Nord chaque année pour leur fourrure. D’autres sont tués par les automobiles – tout le monde a vu des corps de ratons laveurs en bordure des autoroutes.

Aux États-Unis, plusieurs milliers de ratons laveurs succombent annuellement à la rage. Cette maladie frappe la population de ratons laveurs dans les régions centrales du littoral de l’Atlantique et dans le Sud. Aujourd’hui, la rage semble se propager vers le nord et gagner le Québec. De plus, des milliers de ratons laveurs succombent à la maladie de Carré.

Pour les fermiers, le raton laveur est nuisible. Rusé et tenace, il cause souvent des dommages aux cultures de maïs, dans les vergers, les vignobles, les champs de melons et même dans les jardins communautaires ou dans les basses-cours des villes.

Finalement, rappelons que le nom du raton laveur en anglais est racoon qui vient du mot algonquin arakum. Au Québec, on appelle le raton laveur, le chat sauvage, dénomination qui a été très populaire au milieu du XVIIIe siècle. En effet, elle apparaît dans plusieurs livres de registre des traiteurs de fourrures, mais elle tend à disparaître.

Lire aussi :