Bestiaire du Québec

Poissons de la rivière des Prairies

Poissons de la rivière des Prairies

Poissons de la rivière des Prairies

Les pêcheurs et les amateurs de plein air seront heureux d’apprendre que la rivière des Prairies permet de s’adonner à diverses activités récréatives sur l’eau, excluant la baignade. Les poissons pêchés peuvent être consommés sans danger si vous respectez les recommandations du ministère.

Alose savoureuse : Una grande voyageuse

Tout comme le saumon, l’alcose est un poisson anadrome, c’est-à-dire qu’il vit en mer, sauf au printemps où il remonte, alors qu’il remonte sur des milliers de kilomètres les rivières d’eau douce pour se reproduire.

Au Québec, c’est à Laval le meilleur endroit pour pêcher l’alose, au début du mois de juin, lors de son passage dans la rivière des Prairies et des Mille îles. Le pêcheur cherchant des émotions fortes sera comblé avec ce poisson combatif qui donne du fil à retordre à plusieurs mais qui est un pur régal. L’alose savoureuse est désignée par le ministère comme une espèce vulnérable, puisqu’il n’existe qu’une seule frayère au Québec.

Alose : taches noires alignées, longueur de 40 à 55 cm.

Grand brochet

Redoutable prédateur, avec ses 700 dents pointues, son corps effilé et ses nageoires lui permettant d’atteindre une vitesse de 50 km/h. On l’appelle d’ailleurs le requin des eaux douces. Dès sa première année, ce géant des eaux douces atteindra 30 cm de longueur, puis deviendra rapidement un des plus grands poissons de la rivière des Prairies. Pour y arriver, il devra se nourrir de petits animaux, tels que des grenouilles, des cannetons et même des rats musqués.

Le Maskinongé : Extrémités pointues, taches noires sur fond pâle, de 70 à 120 cm de longueur

Perchaude

En raison de sa petite taille, la perchaude fait rarement l’objet de fantastiques histoires de pêche, mais elle constitue tout de même une prise agréable puisqu’elle mord facilement à l’hameçon.

Connue des pêcheurs sur glace, la perchaude, contrairement à la plupart des espèces de poissons, est active pendant l’hiver, ce qui permet de faire de bonnes prises si l’on pratique la pêche blanche.

Sa longueur est de 12 à 25 centimètres et elle a sept stries noires.

Barbotte

Taille : de 20 à 35 centimètres, épines, barbillons.

Au toucher, vous remarquerez aussitôt sa peau visqueuse, puisque la barbotte, tout comme l’anguille, est dépourvue d’écailles.

Pourquoi les moustaches ? Ses barbillons, ressemblant aux moustaches d’un chat, sont des organes sensoriels aidant la barbotte à trouver sa nourriture. Son régime alimentaire n’est pas très raffiné : mollusques, larves, sangsues, vers, algues, ménés, et même des déchets peuvent constituer son repas nocturne.

Autres poissons communs de la rivière des Prairies : esturgeon jaune, crapet soleil, crapet de roche, anguille d’Amérique, doré jaune, doré noir, achigan à petite bouche, achigan à grande bouche, lépisoste osseux.

Sur la rivière des Prairies, des tests sur la concentration de coliformes fécaux sont effectués à toutes les semaines, à 16 endroits différents.

Attention pêcheurs : Si vous pêchez ici, assurez-vous de respecter les permis de prises et de porter votre permis sur vous. Renseignements : Ministère des Ressources naturelles et de la faune du Québec.

poissons de laval

Pêche à Laval

Pêcheurs au boulot dans la rivière des Prairies. Photo : © GrandQuebec.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>