Bestiaire du Québec

Photos de castor

Photos de castor

Photos de castor

Le castor du Canada (Castor canadensis, classe des mammifères, ordre des rongeurs et famille des castoridés) est un rongeur sympathique qui vit près des cours d'eau, des lacs et des étangs.

On trouve le castor dans la majeure partie du Canada et des États-Unis. Il vit dans les lacs, les rivières et les marais bordés d’arbres comme le peuplier faux-tremble, ce qui lui assure une nourriture abondante. En effet, végétarien, le castor se nourrit d’écorce, de feuilles et de bourgeons d’arbres. Ses essences préférées sont le peuplier faux-tremble, le bouleau, l’érable, l’aulne et le saule. En été, le castor adore consommer des plantes aquatiques comme la lentille d’eau, les racines du nénuphar et le potamot.

La fourrure du castor du Canada est généralement brun foncé, quoique cette couleur puisse varier. Le pelage est brillant, entre autres grâce à une sécrétion huileuse qui le rend imperméable.

La longueur moyenne d’un castor adulte est de 90 à 120 cm et son poids varie entre 13 et 35 kg. Son corps se termine par une queue aplatie et recouverte d’écailles coriaces et de rares poils rugueux. La queue d’un castor de grande taille mesure jusqu’à 30 cm de longueur et peut atteindre 20 cm de largeur et 4 cm d’épaisseur.

Ses incisives, longues, pointues et fortes, croissent sans arrêt et sont endurcies par une couche d’émail orange foncé. Ainsi, à mesure que l’animal frotte ses incisives supérieures contre ses incisives inférieures, le bout externe des dents conserve le tranchant d’un ciseau.

La construction de barrages modifie le milieu naturel et, par conséquent, ces activités ont un impact sur la faune et la flore. Plusieurs espèces animales (canards, rats musqués, visons, grenouilles, serpents, tortues, poissons, insectes) ainsi que les plantes aquatiques profitent alors des étangs ou des marais ainsi créés.

castor mouillé

Le pelage est brillant, entre autres grâce à une sécrétion huileuse qui le rend imperméable. Photo © V.Petrovskiy

castor canadien

La population de castors a diminué au cours des derniers siècles considérablement en raison du commerce de sa fourrure, mais après de nombreuses initiatives de réintroduction couronnées de succès, les castors sont aujourd’hui très abondants. Photo © V.Petrovskiy

castor sympathique

Trapu et rondelet, le castor se déplace lentement sur le sol. Toutefois, ce n’est pas le cas dans l’eau. Là, le castor est un nageur habile et très gracieux, sous l’eau comme à la surface, et atteint une vitesse de près de 7 km/h lorsqu’il est en état d’alerte. Photo © V.Petrovskiy

castor

En milieu naturel, les castors vivent jusqu’à 12 ans. En captivité, un castor peut vivre jusqu’à 20 ans.Un couple de castors demeure généralement lié à vie. Photo © V.Petrovskiy

castor rongeur

  Le castor du Canada peut fermer ses lèvres derrière les incisives et ainsi ronger des ramilles sous l’eau. Il est capable d’abattre de très gros arbres et fait des barrages plus importants et plus hauts que le castor européen (qui est pourtant légèrement plus gros que lui). Photo © V.Petrovskiy

castor nageant

Le castor peut rester sous l’eau une quinzaine de minutes. Outre l’imperméabilisation du pelage, il présente d’autres adaptations au milieu aquatique : ses yeux sont protégés par une membrane qui lui offre la possibilité de voir sous l’eau. Une fine couche de graisse sous la fourrure le protège contre le froid. Photo © V.Petrovskiy

queque du castor

Musclée et flexible, la queue du castor sert de réserve de graisse et lui permet de signaler la présence d'un intrus et donner l'alarme : il tape sur l’eau, en faisan un grand "splash" pour prévenir les autres membres de la communauté. Mais la queue sert à accomplir d’autres tâches, tant dans l’eau que sur la terre ferme. Bien qu’elle soit épaisse, dans l’eau, elle sert de gouvernail à quatre sens. Sur la terre ferme, le castor s’en sert comme appui lorsqu’il s’assoit ou se dresse sur ses pattes postérieures. Elle lui sert aussi à garder l’équilibre et à le supporter lorsqu’il marche sur ses pattes postérieures en transportant dans celles de devant des matériaux de construction, comme de la boue, des pierres ou des branches. Photo © V.Petrovskiy

castor chasseur

À l’arrivée de l’automne, le castor accumule une grande quantité de branches au fond de l’eau afin de se constituer une réserve de nourriture pour l’hiver. Il complète son alimentation hivernale avec des racines et des tiges de plantes aquatiques. Photo © V.Petrovskiy

castor au saguenay

Le castor en tant que symbole national du Canada, figure sur les pièces de monnaie de 5 cents, et sur un timbre canadien. Le castor a été choisi comme mascotte officielle des Jeux olympiques de Montréal en 1976. Baptisée Amik, qui signifie castor en algonquin, la mascotte est ceinturée d'une bande rouge arborant l'emblème officiel et symbolisant le ruban auquel est attachée la médaille remise aux vainqueurs. Photo © V.Petrovskiy

fjord castor

Le castor, longtemps chassé, ou piégé par les trappeurs, est parfois involontairement tué ou empoisonné à la place d’autres animaux tels que le rat musqué, mais il est parfois considéré comme nuisible pour les arbres qu’il endommage ou coupe et surtout à cause des barrages qu'il construit et qui peuvent localement provoquer des inondations. Lorsque ces derniers sont endommagés, il les répare efficacement. On sait maintenant contrôler le niveau de l'eau des barrages par des siphons silencieux. Photo © V.Petrovskiy

saguenay_castor

Le castor a failli disparaître à cause de la traite des fourrures, notamment par des colons qui venaient alimenter le marché européen qui avait largement surexploité ses populations de castor européen. Sa fourrure était utilisée pour confectionner des vêtements et des toques. Les Amérindiens en consommaient la chair, de même que les premiers explorateurs et les coureurs des bois. Photo © V.Petrovskiy

protection des castors

Mesures de protection contre les castors : Du trappage de castors en rive est actuellement en cours sur l’île des Soeurs. Pour éviter toute blessure nous vous prions de vous tenir, et de tenir vous animaux, loin de la rive. Photo : © GrandQuebec

barrage de castors

Barrage de castors sur l’île des Sœurs, non loin du Domaine Saint-Paul. Photo : © GrandQuebec

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>