Bestiaire du Québec

Macareux

Macareux

Macareux

Les macareux sont des oiseaux marins pélagiques de la famille des Alcidae qui passent l'essentiel de leur vie en mer et ne viennent à terre que pour se reproduire. Pour cela, ils se regroupent en colonies, préférentiellement sur des îles et îlots, sur le haut des falaises.

En fait, le terme de macareux est ambigu car il désigne en français plusieurs oiseaux marins classés dans deux genres différents de la famille des alcidés : Fratercula et Cerorhinca. Ils ont tous un plumage noir et blanc et le bec coloré. Ils vivent en colonies dans les régions tempérées fraîches de l'Atlantique et du Pacifique nord.

Les ornithologues comptent quatre espèces de macareux : Macareux cornu – Fratercula corniculata, Macareux huppé – Fratercula cirrhata, Macareux moine – Fratercula arctica et Macareux rhinocéros – Cerorhinca monocerata, seul représentant du genre Cerorhinca.

En anglais on dit puffin depuis le XIV siècle, mais au Québec on dit parfois puffin pour désigner ces oiseaux, mais on désigne comme puffin un autre oiseau marin (shearwater en anglais) ce qui engendre une certaine confusion.

En conditions naturelles, le macareux peut vivre jusqu’à 20-25 ans. L’oiseau présente une silhouette très caractéristique : tête grande, corps rond, pattes rouges palmées (en hiver elles virent au jaune), queue courte. Le plumage est noir sur le dos, le cou, la nuque et les ailes, mais blanc sur le ventre, les joues et le dessus de l'œil. Celui-ci, cerclé de rouge se prolonge vers l'arrière par un fin sourcil noir. D'environ 30 centimètres de long, l’envergure de cet oiseau peut atteindre les 60 centimètres pour un poids de 500 grammes. Ces ailes assez courtes lui confèrent un vol bas mais puissant sur l’eau.

La particularité la plus flagrante de macareux est son gros bec très coloré en période nuptiale (entourée de bandes jaunes, avec pointe rouge et base bleu foncé) comprimé latéralement en forme de triangle et très coloré en période nuptiale. La période de reproduction finie, les plaques colorées tombent. Le bec devient alors plus petit et plus sombre.

Le macareux émet un cri plaintif en période de nidification ressemblant à un « arrr-ouh » grognant et étouffé. Un couple creuse des terriers sous le couvert herbeux pour y élever leur unique petit, dans un nid de plumes. Des poussins sont couverts d'un duvet brun-noir les trois premières semaines. Ils se couvrent de plumes à un mois. Du premier hiver, encore plus petit que l'adulte, le jeune macareux  prend son plumage final, mais en plus terne. Son bec reste sombre, long et pointu, et ses pattes roses.

Oiseau piscivore, le macareux pêche en groupe en chassant sous l'eau de petits poissons.

Au Québec, le Macareux moine, également dit « perroquet de mer » est le seul macareux présente (les trois autres espèces de macareux ne vivent que dans le Pacifique). Il niche près des Îles de la Madeleine sur les rochers et sur la Basse-Côte-Nord aux Oiseaux. Il y en a beaucoup dans l’état du Maine, aux États-Unis. En Europe, c'est en Islande que les plus grandes colonies sont présentes, mais on trouvera d'autres populations plus réduites en Écosse, en Irlande, aux îles Shetland, en Scandinavie, en France (notamment en Bretagne).

macareux atlantique

L'espérance de vie d'un macareux moine est d'environ 25 ans. Comme la plupart des espèces à longue durée de vie, cet oiseau se reproduit peu : il ne pond qu'un seul œuf par an, posé à même la terre au fond du terrier, de fin avril à mai. Source de la photographie : © Katrin Andreyeff

macareux_poussins

Le macareux est peu farouche et curieux, grégaire en période de nidification, il marche et sautille d'une manière souvent jugée comique et malhabile, en dodelinant de la tête. Source de la photographie : © Katrin Andreyeff

macareux acadia

Le jeune oiseau doit jeûner quelques jours, ses parents effectuant leur mue et ne pouvant provisoirement plus voler, car ayant perdu leurs rémiges. Affamés, les petits sortent alors du nid, toujours au crépuscule et s'élancent maladroitement du haut de la falaise en agitant leurs petites ailes. Source de la photographie : © Katrin Andreyeff

macareux

Cet oiseau vole, mais est un excellent nageur, capable de longues apnées. BProtégé du froid par une bonne couche de graisse, il est adapté à la pêche sous-marine, qu'il pratique habilement à plus de 15 mètres sous la surface par petits groupe de deux ou trois oiseaux. Source de la photographie : © Katrin Andreyeff

macareux atterissage

Le macareux vole mal mais comme les pingouins, il nage vivement, voire acrobatiquement en utilisant ses courtes ailes et en s'aidant de ses pattes palmées et de sa queue. Source de la photographie : © Katrin Andreyeff

macareux et poissons

Le macareux avale ses proies en nageant, sauf quand il nourrit son poussin. Il conserve les poissons et les transporte alors, jusqu'à une trentaine ; coincées transversalement dans son bec, d'une manière caractéristique ; entre la langue et sa mandibule supérieure au fur et à mesure qu'il les pêche sous l'eau. Source de la photographie : © Katrin Andreyeff

macareux

Quand les oiseaux apportent les poissons aux poussins, les adultes sont parfois poursuivis par des goélands ou des labbes qui cherchent à leur voler cette nourriture. Ils s'échappent si nécessaire en plongeant dans l'eau. Source de la photographie : © Katrin Andreyeff

puffin

Le macareux moine est l'emblème de la Ligue pour la protection des oiseaux mais aussi de la province de Terre-Neuve-et-Labrador et de la ville de Perros-Guirec en Bretagne, en France. Source de la photographie : © Katrin Andreyeff

puffin macareux

Les partenaires se touchent le bec frontalement. Le mâle excité pousse la femelle qui rejoint l'eau où l'accouplement se passe. Source de la photographie : © Katrin Andreyeff

colonie maceureux

La population, après avoir diminué au XIXe siècle lorsqu'ils étaient chassés pour leur chair et leurs œufs ou pour le plaisir de les tirer au fusil, s'est reconstituée et constitue une petite population stable. Source de la photographie : © Katrin Andreyeff

1 commentaire

  1. Jules Rochon

    2014/05/05 at 3:53

    Très beau site
    Superbes photos
    Étant moi même photographe, où se rendre pour photographier les macareux de près?
    Merci de votre collaboration

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>