Bestiaire du Québec

Extermination de fourmis

Extermination de fourmis

Extermination de fourmis

Au total, plus de cent espèces indigènes et introduites de fourmis habitent le territoire du Québec. On peut rencontrer des colonies de fourmis dès la toundra québécoise, à la limite des arbres, jusqu’à frontière entre le Canada et les États-Unis.

Ces plus de cent espèces de fourmis québécoises se réparitissent dans quatre sous-familles et vingt-deux genres dont quelque-unes sont malheureusement nuisibles.

Danger direct pour l’être humain

En fait, les espèces locales de fourmis ne s’en prennent pas à l’homme, à moins qu’elles considèrent que l’homme les attaque. Dans ce dernier cas, les fourmis québécoises peuvent mordre, tout en injectant une quantité minuscule de venin (une seule des espèces locales peut piquer par un dard similaire aux ceux des guêpes). Cependant, ces attaques sont plutôt rares ou même très rares.

Fourmis nuisibles

En fait, toutes les espèces de fourmis peuvent devenir nuisibles, parce que leurs nids endommagent un grand nombre de structures, dès fenêtres et portes jusqu’aux poutres et murs. Les fourmis creusent des trous dans des tissus et détruisent des fils électriques.

Un grand nombre de fourmis mangent des plantes, des fleurs, des feuilles, des tiges, des légumes dans votre potager… Leur activité affecte le système racinaire des arbres et buissons et elles peuvent même propager des maladies virales chez les plantes.

Les fourmis charpentières, quant à elles, creusent des galeries dans le bois pour y pondre leurs larves (elles affectionnent particulièrement les résineux). Cependant, contrairement aux termites, les fourmis charpentières ne se nourrissent pas du bois. Aussi si vous découvrez de petits tas de sciure éjectée des galeries, il s’agit d’une invasion de cette espèce. Une maison infestée de fourmis charpentières fait face à une fragilisation dangereuse de sa structure et peut-être un problème d’infiltration d’eau existe. Les fourmis charpentières mesurent une dizaine de millimètres ou plus, et il en existe des rouges et des noires. D’ailleurs, les mâles et les futures reines ont des ailes.

Des espèces indigènes de fourmis qui habitent la campagne font partie du système écologique de nos forêts et nos champs et font donc objet de protection, même s’il peut arriver qu’elles s’installent dans les terrains entourant les maisons et d’autres édifices. Les fourmis charpentières, notamment, sont très repandues et ont un fort potentiel destructeur.

Par contre, les espèces qui construisent leurs nids dans les édifices ou dans les terrains entourant les édifices, ces espèces qui sont caractérisées par des invasions directes, font objet d’extérmination. Ces expèces sont d’origine tropicale ou subtropicales qui ont réussi à « immigrer au Québec » et survivre chez nous, dans une région nordique au climat tempérée grâce à leur capacité d’envahir des structures chauffées et protégées contre la froid et la neige.

Comment se débarrasser des fourmis

L’extermination de fourmis est indispensable lorsque leur présence est détectée autour ou dans des habitations qui contiennent du bois. Cette tâche n’est pas facile. Si vous détectez l’invasion à temps, avant qu’elles s’installent un peu partout dans votre maison, vous pouvez trouver la route d’entrée, repérer le centre de leur attraction (les dêpots de produits, des pots de miel ou de confiture, graines de biscuits dans la cuisine, etc., trouver leur nid et passer à l’action : éliminer les points d’attraction; nettoyer les sentiers afin d’éliminer les pistes chimiques laissées par les fourmis pour indiquer la route à leurs camarades; obsturer le point d’entrée; détruire le nid (en fait, une simple perturbation des gazons et quelques pelletées de terre suffient d’inciter la colonie de fourmis d’évacuer la place si le nid a été établi au-dessous du gazon.

Vous pouvez utiliser plusieurs produits chimiques dans cette lutte (mais faitez attention aux dangers liés à l’utilisation des poisons, des appats et d’autres substances toxiques qui doivent être utilisés avec prudence).

Malheureusement, si l’invasion a été répérée trop tard, le seul moyen de vaincre les fourmis envahisseurs est de recourrir à l’aide des experts. Ce sont les exterminateurs professionnels qui vous aideront dans ce cas, tels une équipe d’exterminateurs de punaises de lit et autres parasites à Montréal. N’oubliez pas de demander si cette équipe possède les permis nécessaires du Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec et si ces experts utilisent uniquement des produits homologués. N’hésitez pas à demander si les exterminateurs sont membres de l’Association des Propriétaires du Québec, du Regroupement des Propriétaires d’Habitations Locatives et de la Corporation des Propriétaires Immobiliers du Québec.

Bonne chance!

Fourmis charpentières

Fourmis

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>