Bestiaire du Québec

École de Médecine Vétérinaire

École de Médecine Vétérinaire

École de Médecine Vétérinaire
Hier, aujourd’hui, demain
par J.-M. Veilleux, Septembre 1941

Récit historique

L`École de Médecine Vétérinaire compte cette année (1941) 55 ans d'existence. Elle fut fondée en 1886 par V.T. Daubigny, puis agrégée à l'Université Laval sous le nom d'École de Médecine Vétérinaire Canadienne-Française de Montréal, le 17 juin de cette même année. Après avoir été attachée à la Faculté des Arts, elle fut annexée à la Faculté de Médecine le 17 mars 1891. Le professeur Daubigny en fut l'âme dirigeante jusqu'en 1908 et toujours, il dut s'imposer de nombreux sacrifices pour que son oeuvre puisse vivre.

Au début de son existence, l'École était intimement liée à la Faculté de Médecine et ses professeurs étaient pour la plupart des médecins. Parmi ces derniers, on peut noter les noms des docteurs Lachapelle, Duval, Fafard, Desrosiers, Levesque et Fortin qui enseignèrent de 1887 à 1892 et même plus tard. Au nombre des gradués de la première promotion (1887) nous comptons le docteur L.P.H. Lorrain, feu le docteur A. Piché et John D. Dtichesne, tous bien connus de la profession et même du public. (Ces gradués avaient cependant commencé leurs études à l'ancienne école qui était affiliée à, l'Ecole Victoria). Dans la liste des gradués de 1889 à 1893, nous trouvons les noms d'Albert Dauth, de feu F.T. Daubigny, fils du fondateur, de Damase Généreux et de Albert Etienne. Les trois premiers ont d'abord obtenu le titre de Bachelier en Science Vétérinaire et ont pris leur Doctorat en 1893 et 1895. Les docteurs L.P.H. Lorrain, Albert Dauth, F.T. Daubigny et Damase Généreux furent nommés professeurs peu de temps après leur graduation. Seuls les deux premiers comptent encore parmi la présente génération et la profession vétérinaire a contracté envers eux, une dette de gratitude car ce n'est que grâce au dévouement de ces vaillants pionniers que l'École a pu poursuivre son enseignement sans interruption jusqu'à nos jours.

Pendant que l'École était sise au No. 337 de la rue Craig, la plupart des cours théoriques se donnaient à l'édifice principal de l'Université. De 1914 à 1918, elle a occupé le rez-de-chaussée de l'École Dentaire, angle des rues St-Hubert et Demontigny.

En 1928, elle fut transférée à l'Institut Agricole où, placée sous l'habile direction du Très Révérend Dom Pacôme Gaboury, abbé mitre de La Trappe, elle n'a cessé de progresser. Depuis 1935, grâce à un octroi du Ministère Provincial de l'Agriculture, l'Ecole possède un édifice digne de son développement. Le but principal de cette migration était de permettre aux étudiants de suivre des cours cliniques plus appropriés aux nouvelles exigences scientifiques. De plus, l'internat et l'ambiance monacale les poussent à chercher des distractions dans l'étude et le travail. Les conditions actuelles de la vie et les avantages pécuniaires qui découlent de son nouveau régime permettent chaque année à l'École de recruter ses élèves parmi des candidats des mieux qualifiés.

En effet, à Oka, un étudiant peut couvrir tous les déboursés strictement nécessaires d'une année universitaire avec la modique somme de $225.00, frais d'inscription, déboursés de chambre et pension compris.

Les études de Médecine Vétérinaire au moment de la fondation de l'École étaient de 3 ans ; elles ont été portées vers 1926 à 4 ans et depuis septembre 1940 .elles sont de 5 ans. C'est notre opinion que le programme de l'École de Médecine Vétérinaire est plus chargé que celui de n'importe quelle autre faculté de l'Université et c'est le régime de l'internat qui a permis à l'École d'obtenir autant de rendement de nos élèves.

écurie contagieux

Écurie des contagieux. Photo : L`Action Universitaire, octobre 1941

Avec un budget équivalant à moins du tiers des sommes mises à la disposition de l'École Vétérinaire d'Ontario, le Rév. Dom Pacôme Gaboury, directeur général de l'École, a su obtenir de celle-ci un rendement très élevé en organisant les cours de manière à tirer profit de l'enseignement donné par l'Institut Agricole.

Contrairement à ce que l'on pense dans certains milieux scientifiques, l'École Vétérinaire donne à ses élèves un bagage de connaissances qui pourrait se comparer avantageusement avec celui donné par les autres écoles ou facultés universitaires.

En somme, les matières de base : mathématiques, physique, chimie, botanique et biologie sont pratiquement aussi développées chez-nous que dans les autres facultés. Sur l'étude de l'anatomie, nos cours ne peuvent évidemment être plus approfondis que ceux donnés en médecine humaine à cause de la pluralité des espèces animales à étudier ,mais pour cette même raison, nos élèves sont chargés d'un fardeau aussi lourd que celui de la profession médicale proprement dite. L'importance de notre cheptel dans le domaine agricole et commercial nous oblige à accorder beaucoup de temps à l'histologie et à l'anatomie pathologique.

La bactériologie et la parasitologie sont des matières de première importance pour les médecins vétérinaires parce que c'est à eux qu'incombe la responsabilité de protéger notre cheptel contre les épizooties qui peuvent porter atteinte à la santé publique et à notre commerce d'exportation.
Étant donné le nombre d'espèces auxquelles nos gradués doivent prodiguer leurs soins, la pathologie prend de ce fait, une importance considérable.

On enseigne d'abord la pathologie générale et la sémiologie pour étudier ensuite la pathologie interne et externe et enfin, dans des chapitres séparés, les maladies propres à chaque espèce animale. Chacune de ces matières dites « pathologies spéciales » comporte au moins 60 heures de cours. Si on envisage seulement l'étude de l'hygiène, de l'inspection des aliments et les travaux pratiques de chirurgie et de clinique, on constate qu'il est consacré pour ces matières autant d'heures de cours qu'il s'en donnait pour l'ensemble des matières qui étaient enseignées durant les premières années de l'École.

hopital medecine veterinaire

Hôpital de Médecine vétérinaire en 1941. Photo : L`Action Universitaire, octobre 1941

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>