Bestiaire du Québec

Les Chameaux

Les Chameaux

Les chameaux

Domestiqué par les hommes depuis des temps immémorables, capable d’avaler plus de cent vingt litres d’eau en une seule fois (en dix minutes), le chameau de Bactriane (mammifère de la famille des camélidés, Camelus Bacrianus) a deux bosses. Sa fourrure épaisse et laineuse est d’une coloration beige à marron. Elle le protège du froid et de la chaleur. Il est très musclé. Cet animal est herbivore et s’alimente des herbes, feuilles et graines. Ce chameau possède une grande capacité à transporter des charges. Sa taille à la bosse atteint 2 mètres 30 centimères aux bosses et 1,90 aux épaules. Le poids d’un chameau adulte varie entre 700 et 750 kilogrammes, un mâle peut atteindre jusqu’à 800 kilogrammes, mais ce sont des cas plutôt rares. Ces chameaux vivent jusqu’à 70 ans. Il atteint sa maturité sexuelle vers l’âge de 4 ans et la dure de gestation est de 13 à 14 mois. Chaque femmelle donne naissance à un seul petit chamelon. En nature, ils habitent en Asie (Mongolie, Chine, Afganistan, Iran, Turquie) dans des déserts chauds ou froids, tels le désert de Gobi.

Les chameaux de Bactriane ne sont pas très rapides à la course contrairement aux dromadaires. En effet, ils peuvent courir jusqu’à 20 km/h au maximum sur de courtes durées, mais lors des courses courtes, ils maintiennent une vitesse allant jusqu’à 10 kilomètres. À l’instar de la girafe et de l’ours, le chameau va à l’amble (il avance en levant les deux pattes du même côté).

Les bosses des chameaux constituent des réserves énergétiques, pleines de matières grasses où dominent l’acide palmitique, l’acide oléique. En état de déshydratation, le chameau est capable d’économiser l’eau corporelle par des mécanismes de réduction des pertes hydriques (diminution de la diurèse, arrêt de la sudation, variation de la température corporelle) tout en maintenant une homéostasie vitale pour sa survie. Cette résistance aux conditions climatiques extrêmes rend leur utilisation précieuse pour le transport des hommes et marchandises en caravane qui peut parcourir 60 kilomètres par jour.

Le chameau de Bactriane est considère une espèce en voie de disparition en raison de la perte constante de son habitat. Il se conserve principalement dans la région aride du désert de Gobi, où, souvent, la seule eau disponible est salée. Fait remarquable : le chameau de Bactriane est l’unique mammifère à pouvoir la boire. Il préfère toutefois l’eau douce.

Les chameaux sont jugés très polluants en raison de leurs émissions de méthane (jusqu’à une tonne de CO2 par année, selon certaines études). Leur consommation massive de végétaux livre aussi une rude compétition aux espèces animales locales et à la biodiversité.

Dans le passé, le chameau ou plutôt la famille des camélidés peuplait le Grand Nord canadien, durant la période chaude du Pliocène, vers environ 45 millions d’années, lorsque la région était boisée et que les larges détroits de l’archipel arctique canadien étaient comblés par des sédiments. Durant cette période, la température moyenne annuelle y était beaucoup plus élevée qu’aujourd’hui. De nos jours, le Grand Nord est presque dépourvue de végétation, mais l’ancêtre de tous les chameaux, dromadaires et lamas modernes ne serait donc pas né dans le Sahara, la péninsule arabique ou les Andes, mais au Canada ! Les chameaux auraient ensuite migré jusqu’en Asie par une mince langue de terre qui reliait les l’Amérique et l’Asie dans le détroit de Béring. Une autre partie de la famille des camélidés aurait pris la direction de l’Amérique du Sud, où ses descendants vivent encore aujourd’hui : les lamas, alpagas et vigognes.

Chameau en proménade

Un chameau en promenade. Photo de GrandQuebec.com

Deux chameaux

Deux chameaux. Photo de GrandQuebec.com

Chemaux

Un chameaux penseur. Photo de GrandQuebec.com

chameau

Un chameau qui dort. Photo de GrandQuebec.com

Deux chameaux

Deux chameaux bavardent. Photo de GrandQuebec.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *