Bestiaire du Québec

Caribou

Caribou

Caribou au Québec

Le caribou est l’un des symboles canadiens. Ainsi, la tête du caribou orne la pièce de 25 cents, et le nom de cet animal de la famille des Cervidés est évoqué régulièrement dans les récits encyclopédiques sur le pays.

Il semble que le nom vient du mot «xalibu» qui signifie “animal avec des pattes” en Micmac.

Les caribous mâles adultes pèsent entre 112 et 320 kilogrammes et les femelles entre 90 et 140 kilogrammes. La taille des caribous adultes varie entre 1,2 mètre et 1,6 mètre. Leur longueur va de 1,8 jusqu’à 2,4 mètres.

Les caribous, qui habitent principalement dans la toundra, s’alimentent de lichen. Cependant, ils peuvent se nourrir également de champignons, de feuilles et d’autres plantes.

L’ennemi le plus redoutable pour le caribou est le loup. Les meutes de loups éliminent parfois tous les bébés caribous d’un petit troupeau. La seule défense contre ce prédateur aux dents longues est le rassemblement en grands troupeaux, et la fuite.

Les inondations printanières représentent aussi une menace sérieuse. Par exemple, on croit qu’en 1984, plus de dix mille caribous se sont noyés en traversant en période de crue la rivière Caniapiscau.

Les femelles donnent naissance à un seul enfant qui pèse de 5 à 9 kilogrammes. Le petit est capable de suivre sa mère une heure plus tard.

Tous les caribous mâles ont des bois palmés, ainsi que les femelles du «caribou des bois». Les animaux utilisent leur ramure pour se battre pendant la saison de reproduction (en octobre). Au début de l’hiver, les bois des mâles tombent, mais les femelles les conservent jusqu’à la fin du mois de mai.

Aujourd’hui, la population de caribous du Québec se regroupe surtout au nord de la province et près de la frontière avec le Labrador. Au Nord-du-Québec, deux grands troupeaux de caribous migrateurs sillonnent les vastes espaces.

D’abord, c’est le troupeau de la Rivière-George, considéré comme l’un des plus grands troupeaux de caribous au monde. On y compte jusqu’à un million de bêtes. Ce nombre varie évidemment d’année en année et peut descendre jusqu’à 400 mille individus ou moins.

Le second troupeau est celui de la Rivière-aux-Feuilles. On évalue le nombre d’individus approximativement à 500 000 bêtes. Le parcours de ce troupeau recoupe en partie celui du troupeau de la Rivière-George en hiver, mais les deux troupeaux ont deux populations distinctes.

La migration du caribou est spectaculaire. En effet, ces cervidés parcourent plus de 6000 kilomètres annuellement dans les zones de la toundra de la péninsule d’Ungava, des Monts Torngats, de la taïga de la Baie-James et du Labrador.

Au Québec, la chasse au caribou est assez populaire. Les chasseurs viennent même des autres provinces canadiennes, des États-Unis et d’Europe. La chasse est réglementée et s’effectue généralement dans des pourvoiries qui offrent à leurs clients l’hébergement, du matériel de chasse, des guides et des conseils avisés.

Au Québec, la migration automnale du troupeau Rivière-aux-Feuilles attire les amateurs dans la zone de chasse 22. Cette activité est strictement contrôlée.

Un caribou

Un caribou

Un caribou. Photo : Dean Biggins, photo du domaine public

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>