Entrevues : histoires vécues

2-L’utilité du stage

2-L’utilité du stage

Lizette entre à la Banque
Hélas la chaîne Zoltron (et bien d’autres !) avait répondu non. Aussi, comme bien des immigrants, Lizette s’était décidée à reprendre le chemin de l’université pour faire un certificat d’archivistique.

C’est vrai, peut-être qu’avec un diplôme d’une université québécoise, ce serait plus facile alors ? Lizette avait donc opté pour un certificat d’archivistique qui comportait un stage. La première session s’était bien passée et avec le mois de janvier était arrivé le moment du stage.

Coefficient-espace-temps : lundi 17 janvier, journal de bord du capitaine

J’arrive devant la Banque L’Amibancaire, et là, un court instant de panique m’étreint, je me dis, mais qu’est-ce que je vais faire là, moi, avec une maîtrise en philologie orientale ancienne et en linguistique, je vais bosser dans des archives bancaires (1) ? 

En plus, ça commence mal, j’ai 20 minutes d’avance et aujourd’hui, ça ne pardonne pas, parce qu’il fait -30° avec le facteur vent. Mais comme ils disent dans tous les guides de recherche d’emploi que c’est mal élevé d’être en avance, je vais faire un petit tour. Je descend la rue Saint Jacques, en essayant de penser à autre chose…malheureusement, dans la rue Saint Jacques, il y a plein de… banques, difficile donc de penser à autre chose, je défile successivement devant la banque le Nouveaucoffre, la banque VBHJX14, la Banque Pascalienne… tiens ça me fait penser…je devais pas aller à la banque ?

Bref, à force d’être en avance, je vais être en retard… je me hâte de regagner la Banque L’Amibancaire, là, je suis proche du point de congélation, ils ne doivent pas savoir ça, dans le guide, qu’il fait -30° !

Je monte un ascenseur, 1er étage, service des archives, une porte vitrée, et un téléphone sur une table en bois patiné, je comprends (2) … il faut appeler pour qu’on m’ouvre , alors ça, je trouve ça très chic, le téléphone sur la table, “-Allô, bonjour c’est Lizette.” “-Oh Lizette, on a bien hâte de te rencontrer, j’arrive tout de suite”, c’est fou, j’ai l’impression d’être de Messmaeker qui vient signer les contrats ! C’est très sympathique comme accueil.

Bref, l’archiviste vient m’ouvrir. Il me regarde des pieds à la tête, il doit être ébloui, on le comprend, je me suis acheté avant-hier un superbe pantalon crème, taille basse, dans une matière pseudo-velours  pseudo-pilou-pilou (3) chez Scrap, et je me trouve très chic, congelée, mais chic (4) …

Nous visitons les lieux : la salle de consultation, le bureau, la réserve, la cuisine, où je dépose mon lunch (5). Lors de la visite de la réserve, l’archiviste me montre des exemples de reliures restaurées. Je suis étonnée par la diversité des objets : il y a des photographies, des tableaux, des trophées au design délicieusement surrané. Je m’imagine tous les secrets cachés de cette pièce, c’est comme dans X-Files (6), les classeurs, les dossiers, les documents confidentiels… je sens que ça va me plaire…

Coefficient-espace-temps : mardi 18 janvier, journal de bord du capitaine

Après avoir saisi les informations pertinentes dans la base de données, il faut mettre les négatifs et photos dans des pochettes en mylar, en écrivant la cote avec un stylo indélébile sur le mylar, puis au crayon à papier sur les chemises sans acide. Avant de les ranger, il faut les scanner.

J’apprends plein de choses lors de ce stage : le fonctionnement du scanner, pour les photos, puis pour les négatifs, comment décrire des objets, etc. La journée se termine, et on me montre ma mission du lendemain : le traitement des moisissures ! Ne vous inquiétez pas, je vais avoir une blouse blanche et un masque pour respirer (comme dans Urgences) ! À suivre…

Les conseils de Lizette :

  • N’arrivez pas trop tôt quand c’est l’hiver, ou couvrez-vous chaudement !
  • Apportez votre lunch (et pourquoi pas une bonne Ragougnasse ?). La pause est souvent de 30 minutes pour le repas du midi et il n’y a pas toujours une pointe de pizza à proximité.
  • Le stage, même s’il n’est pas rémunéré, dans la majorité des cas, peut-être une occasion d’apprentissages variés. 

Notes :

1- Mais je n’ai que 34 ans, et je veux viiiiiiiivre…!!!

2- Je me suis entraînée, j’ai joué à Syberia et Dracula, alors…je fais des déductions brillantes depuis.

3- Il est vraiment bien, je vous assure, c’est Méméra qui me l’a conseillé, c’est pas moi qui l’ai choisi, je sais, je sais, j’ai pas de goût…

4- Ah oui, pis j’ai oublié de vous dire, avant-hier, dans la foulée, je suis allée chez le coiffeur, je vous rassure j’ai changé de coiffeur, cette fois j’ai pas eu la coupe John Lennon, j’ai eu droit à un truc un peu « fancy » comme elle disait. Plutôt sympa la coupe, mais l’horrible c’est que moi qui aime bien passer inaperçue, la coiffeuse était tellement fière d’elle, qu’elle me montrait du doigt en disant que je ressemblais à Meg Ryan, et toutes les dames sous leurs casques séchants qui opinaient de leur grosse tête d’alien, c’était affreux, on aurait dit X-files, j’avais qu’une envie, filer de là, mais elle essayait encore de me vendre de la cire coiffante à l’abricot … AU SECOURS…..

5- Moi, c’est en général sandwiche au creton, en alternance avec les raviolis du chef Boyardee (pour de meilleures idées, voir la section notre cuisine).

6- On a vu les aliens mais on attend toujours David Duchovny.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>