Entrevues : histoires vécues

7-Entrevue en anglais

7-Entrevue en anglais

Où le chiffre 13 porterait bonheur ?

Mercredi 13 juillet :

Notre Lizette devait passer une entretien chez Pépitor, pour une annonce d’emploi de commis à la recherche, datant du 14 mai (1). Elle n’avait pas fière allure (2) notre Lizette en ce mercredi 13. J’attrapais au vol un Métro pour y lire mon horoscope. Mon ascendant scorpion disait ceci :  » Si vous cherchiez un emploi, vous n’en chercherez plus à partir de ce matin (3) « . Je me disais que pendant que je serais en train de bafouiller en anglais (4), peut-être que Soustitre.inc. me rappellerait pour passer un entretien suite à mon test de français (5), lequel était très dur au demeurant. Bref, je me hâtais au cœur de la City.

Voilà, j’arrive à 10 heures dans un entrepôt reconverti en cité de la technologie. Je monte dans l’ascenseur en compagnie d’une brochette de jeunes yuppies très clean et subtilement parfumés…pis c’est là que je me dis :  » oh misère, que foutai-je ici ?  » Je sens que ça ne va pas me plaire cette ambiance aseptisée, tout est assez dépouillé, des gros tubes de ventilation au plafond. Enfin bon, ben puisque je suis là, lançant un air dédaigneux à XTRA-Technologies (je leur avais écrit, ils ne m’avaient même pas répondu, les grossiers personnages !), je vais toquer à la porte de Pépitor. J’y retrouve la dame que j’avais eue au téléphone. On va s’installer dans une salle de conférence, et elle commence :

– je vais vous poser quelques questions en anglais, ça vous dérange ?

– (Ben, un peu, mais ai-je le choix ? Marrante la politesse anglo-saxonne) Mais pas du tout, wonderful, let’s do it ! réponds-je hypocritement.

Misère, sa première question, c’était pourquoi avoir choisi l’archivistique et la linguistique comme « field of studies ».

J’hésite un peu au début, parce qu’il faut que je le confesse, mon cerveau, le matin, il est plutôt monotâche et pas bilingue du tout. Mais bon, en brainstormant à mort, avec un débit fort lent, je lui explique tout ça, en essayant d’y mettre de la conviction, histoire de faire croire que ma lenteur est voulue afin de donner du poids à mon passionnant discours.

Elle ne tombe pas dans le panneau et me dit que c’est vrai que je suis un peu lente pour le débit, mais que c’est bien, parce que je fais peu de fautes. On continue à placoter, en français cette fois, blabla recherchiste, formidable, blabla, expansion, développement, puis elle revient à une question de sa grille. Notez qu’on a évité la grille un bon moment, Ah, enfin quelqu’un de créatif.

– C’est quoi pour vous le patron idéal ? (oh non, quelle question consternante !).

Enfin, ça se passe pas trop mal, du fait que je n’ai pas eu beaucoup de questions de la grille, et que la dame me fait plutôt bonne impression, je n’ai pas vu les 45 minutes passer. Ensuite, elle m’envoie deux employées qui travaillent là pour qu’on discute. Là, je dis bravo, c’est la première fois que je vois ça, et au moins c’est utile. Les deux collègues sont très sympas, elles m’expliquent en quoi consiste leur boulot en me donnant des exemples concrets. Après 45 minutes de joyeux babillage, elles me laissent avec le test d’anglais écrit à faire en 30 minutes.

Ohlala ! Il était haaaaaaaard le test, 5 pages d’exercices variés où il faut choisir les bonnes particules entre : out, over, at…, des phrases où il faut choisir la bonne nuance entre although, even if, since, after…des mots à corriger ou pas : acomodate, mathematic, releivance, … des verbes à conjuguer au bon temps (preterit ou present perfect ou past perfect) dans des phrases avec for et since. Un petit essai de 15 lignes sur « why are you applying for this position ? ». N’empêche, 30 minutes pour tout ça, moi je le dis : c’est « shoooooooooooort ». Bref, je ressors de là à midi passé, après 2 heures de test et entretien et la dame me donnera une réponse le lendemain, après la correction de mon petit chef d’oeuvre shakespearien. Dans l’essai, j’ai mis que l’aspect varié du boulot combinant à la fois indexation et linguistique, les possibilités d’évolution et le cadre enchanteur du vieux port de Montréal constituaient une parfaite alchimie (enfin un truc du genre avec mon pauvre vocabulaire). J’ai rempli les 15 lignes (en écrivant pas trop petit, hihihii). Notez, que grâce au fait que j’étais correctrice au ministère, elle m’a fait grâce du test de français, comme quoi, toute expérience est utile !

Voilà, j’avoue que je sais pas trop ce que cela va donner.

À mon retour, mon répondeur clignotait, c’était Soustitre.inc. !! Je rappelle la dame et prends rendez-vous pour le lendemain.

Mais CHTONGGGGG ! rebondissement inopiné ! Le soir même, la dame de Pépitor m’a rappellée ! Pour me dire que j’étais prise et que … je commencerai le surlendemain à 8h30…trop de bonheur…j’allai aussitôt me chercher une petite Corona, hihii. J’ai eu 70% au test d’anglais écrit, eh pas pire ? Franchement, ça me fait rigoler d’être sélectionnée pour mon anglais ! Comme quoi, tout peut arriver sur l’Île Fantastique …

Je suis toute contente, je commence à 14 $ avec possibilité d’évolution rapide, les avantages sociaux, dentiste-tout-ça…c’est-y pas génial ?

Par sécurité, je décidai quand même d’aller voir Soustitre.inc. le lendemain, on sait jamais, des fois qu’il y aurait un syndicat chez Pépitor (voir épisode 6 Prudence)!

J’ai eu un entretien avec deux dames. Les questions sont étroitement liées à mon CV. Ils sous-titrent des films cinéma, des séries policières et font aussi du sous-titrage pour les malentendants. Ça a l’air bien tripant tout ça, par contre, elle me dit que le premier mois, on est payé 8 $ de l’heure (6), puis après c’est 11$ et encore, si on va assez vite, sinon, on est viré au bout d’un mois. Elle me demande si cela me convient, ben là, moi je lui dis que 8 $ c’est quand même pas terrible (7) et que j’attends d’autres réponses, alors voilà quoi, je me vendrais au plus offrant. En plus, elle me dit qu’elle ne me donnera une réponse que lundi, en fonction du test de rapidité de frappe que je vais passer maintenant.

On m’installe à un ordi, je mets les écouteurs, et me voilà partie à sous-titrer un effrayant reportage sur les maladies transmises par les insectes pendant 1 heure. Leur logiciel est sympa, ceci dit, c’est un peu abrutissant à faire déjà pendant 1 heure, alors pendant 8 h, j’ose à peine imaginer.

Enfin…le vendredi arrive et Pépitor ne m’a pas fait  » le coup du syndicat « , alors le dimanche soir, j’envoie un courriel à Soustitre.inc. pour leur dire que c’est pas la peine de m’appeler lundi, parce que j’ai eu une meilleure offre.

Les conseils de Lizette :

1- Améliorer votre anglais. Cela peut être par des cours au choix, lors d’un retour aux études, par des discussions avec vos voisins, en regardant des séries policières en version originale, pourquoi pas ?

2- Lors de l’entretien, vous rencontrez habituellement uniquement votre employeur, mais ici, on voit qu’il y avait aussi une entrevue avec deux autres employés. Restez concentré jusqu’à ce que vous soyez sorti dehors. En effet, il paraît logique, même si c’est peu répandu, que l’employeur s’assure que vous plaisiez autant à lui qu’à son équipe. De plus, il est intéressant pour vous de pouvoir poser des questions à vos futurs collaborateurs sur la nature du travail.

Notes

1-Parfois, les réponses à des annonces viennent fort tard, apparemment.

2- J’étais stressée  » ben gros  » parce que outre l’entretien, je devais passer un test d’anglais oral et écrit…

3-Bof, c’est nul les horoscopes !

4-Car je doutais fort d’être recrutée sur mon anglais chez Pépitor.

5- J’avais rappellé SousTitre.inc. après le coup tordu que m’avait fait LeJournal et passé un test de français plutôt difficile. C’était plein de participes passés pronominaux à la forme réfléchie ou pas, j’avais largement hésité, et pourtant, c’était ma langue maternelle…

6- Là tout de suite, c’est moins excitant…

7- Rappellons-nous que j’ai du 14 $ sur le feu. Pis déjà, 14 $ brut, ça fait plus que 11 $ net.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>