Emplois: un peu partout

Emploi à Victoriaville

Emploi à Victoriaville

Trouver emploi dans la ville de Victoriaville

Au Québec, la Ville de Victoriaville, chef-lieu de la MRC Arthabaska, est une localité assez grande dont la population tourne autour de quarante milles résidents.

Dans la ville, plusieurs secteurs de l’économie sont présents, tels que l’industrie manufacturière, l’agriculture, l’industrie agro-forestière et autres secteurs qui peuvent intéresser de nouveaux arrivants au Québec à la recherche des opportunités. La ville possède des parcs industriels, de plus, Victoriaville compte quelque 350 établissements de commerces.

Il ne faut pas oublier que Victoriaville est la ville la plus grande de la région, constituant une opportunité de premier choix pour l’implantation ou le développement d’entreprises.

À Victoriaville, dans le secteur secondaire, 30 % de la main-d’œuvre sont employés, ce qui est au-dessus de la moyenne au Québec.

Le secteur agroalimentaire est l’un des plus importants au Québec et la région occupe le premier rang au Québec quant à la production de lait et de bovins et se situe parmi les producteurs les plus importance dans le rayon de la production de sirop d’érable et dans la production de canneberge et de miel.

À remarquer que Victoriaville fabrique aussi des meubles et l’École nationale du meuble et de l’ébénisterie a son siège à Victoriaville.

Victoriaville, note historique

La Reine des Bois-Francs, comme on surnomme régulièrement Victoriaville a été implanté au cœur de cette région du Québec, sur les bords de la rivière Nicolet. Voisine de Warwick, au sud et de Princeville, au nord, elle est dominée par les Appalaches. La rivière Bulstrode et la rivière Nicolet constituent les cours d’eau majeurs de l’endroit. En 1802, on assiste à la naissance officielle du canton d’Arthabaska, doté de l’un des rares noms municipaux d’origine amérindienne de la région des Bois-Francs.

Les premiers colons, originaires de Bécancour et de Saint-Grégoire, commencent à défricher le territoire à partir de 1835. En 1855, le bureau de poste qui dessert l’endroit est identifié comme Arthabaska-Station, dénomination qui s’étend à la localité.

Au moment où l’on songe à créer une municipalité, peu avant 1860, deux personnages influents du canton d’Arthabaska, Julien Demers et Louis Foisy, se disputaient la suprématie sur ce territoire. Alors que Demers jouissait d’une forte popularité en sa qualité d’homme d’affaires, Foisy caressait le projet de prendre la direction de la localité. Lorsque l’on décide d’ériger une municipalité autonome, Julien Demers tente d’imposer son propre nom en suggérant Demersville, estimé trop prétentieux par Louis Foisy qui propose Victoriaville, familièrement abrégé en Victo, par la suite, en l’honneur de la souveraine régnante qui vécut de 1819 à 1901 et présida aux destinées de la Grande-Bretagne et et de l’Irlande pendant 64 ans (1837-1901).

Détachée de Saint-Chrystophe-d’Arthabaska, la municipalité du village de Victoriaville est officiellement établie en 1860 et obtient son statut de ville en 1890.

Dès cette époque, on reconnaît l’importance de l’endroit et Stanislas Drapeau, dans ses études sur les développement de la colonisation du Bas-Canada (1863), le souligne ainsi : « La paroisse de Saint-Chrystophe est plutôt une petite ville qu’une paroisse agricole ordinaire, puisqu’elle ne contient que 38 familles occupées à cultiver la terre.

La distance de ce beau village de Québec, est de 64 milles, et il renferme une population industrielle, – embrassant les industries et métiers les plus utiles à la campagne – qui s’élève à plus de la moitié de la population totale (608 habitants, dont 571 Canadiens français ».

On y retrouve la Cour de circuit et le chemin de fer d’Arthabaska y aboutit. De magnifiques érablières, des industries prospères dans le domaine de fabrication des cercueils, des meubles, des vêtements et des bateaux, de bonnes infrastructures facilitant la pratique de la chasse et de la pêche concurrent à la prospérité des Victoriavillois. Toutefois, l’actuelle Victoriaville résulte de la fusion intervenue, en 1993, entre les villes de Victoriaville et d’Arthabaska, de même que la municipalité de la paroisse de Sainte-Victoire-d’Arthabaska. Née en 1859 à titre de municipalité du village d’Arthabaskaville, la ville d’Arthabaska a obtenu son statut de ville en 1903. Pour sa part, Sainte-Victoire-d’Arthabaska, dont le territoire a été détachée de celui de la ville de Victoriaville, a vu le jour en 1890. Le nom choisi, qui a inspiré le gentilé Victorien, rappelle sainte Victoire, martyrisée à Sabine (Italie centrale) à une époque indéterminée. Fiancé à Eugène, dont l’ami de grande noblesse Aurélien désire épouser la sœur de Victoire, Anatolie qui s’y refuse, elle accompagnera cette dernière dans la mort pour demeurer, à son exemple, fidèle à sa virginité

Peu connue et rarement répertoriée, sainte Victoire a donné son nom à certains lieux de France pour célébrer un succès militaire d’importance. Certains estiment qu’il faut voir ici le souvenir de la reine Victoria, dont le nom avait contribué à former celui de Victoriaville en 1860 et auquel sainte Victoire a en quelque sorte servi de paravent. Le haut clergé du temps tenait à ces discrets hommages de loyauté. L’appellation qui coiffe désormais la ville issue du regroupement des trois municipalités, a été choisie par la population des trois ex-entités municipales à l’issu d’un référendum tenu le 7 novembre 1993.

Gare de Victoriaville

Gare de Victoriaville. Photo – Gilles L’Heureux.

4 Comments

  1. RTM groupe Promo Staff

    2010/08/13 at 6:12 pm

    Représentant/Représentante en Promotion

    Avis à tous! Nous sommes en période de recrutement MASSIF. On engage À TRAVERS TOUT LE QUÉBEC pour une promo du 13 août – 29 septembre 2010. RÉFÉREZ-NOUS DU MONDE!!!

    RTM/Promo Staff est actuellement à la recherche d’agents promotionnels DYNAMIQUES,SOURIANTS, avec BEAUCOUP D’ENTREGENT.

    L’activation aura lieu du 13 août – 29 septembre dans plusieurs régions à travers le Québec.

    Le salaire est de 12/h + bonis $$$$ Les heures de travail diffèrent en fonction de vos disponibilités (entre 10-50h/semaine).
    Toutes les disponibilités sont acceptées.

    Envoyez-nous votre CV à cv@promostaff.ca

    Visitez nos sites web au promostaff.ca et rtmcommunication.com.

    Plusieurs postes sont disponibles donc parlez en à vos amis !!!!!!!

  2. Michel Bernier

    2010/10/16 at 9:03 pm

    je voudrais un travail comme camionneur (expérience de plusieurs années) Disponible maintentant
    Je vous remercie

  3. Sofiane, NEKKAH

    2011/03/23 at 2:06 pm

    JE suis à la recherche d’un stage de 3 semaines non rémunéré au sain d’une entreprise dans la région de Victoriaville, Princeville, Plessisville et Warwick.
    Actuellement je suis en études au Cegep du Vieux Montréal, je suis un cours en CAO, et mon stage débutera le 23 mai prochain. J’ai une très bonne maîtrise des logitiels de dessin (AutoCad, Inventor et CAtia) et initiation en SolidWorks.
    Je vous remercie

  4. Dereck Jacob

    2011/04/19 at 9:55 pm

    Je cherche un emploi a titre de mécanicien industriel. Peu importe la cédule je suis intéressé. J’ai mon diplome d’étude profesionnel depuis 2008. Je suis ponctuel travailllant et disponible.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *