Emplois: un peu partout

Travail à Beauceville

Travail à Beauceville

Marché de l’emploi à Beauceville

La Ville de Beauceville est située à 85 kilomètres au sud de Québec, à 120 kilomètres de Sherbrooke et à près de 60 kilomètres de la frontière des États-Unis.

De nos jours, Beauceville compte plusieurs entreprises, travaillant dans le secteur agroalimentaire: produits laitiers et fromagers.

Parmi les industries de Beauceville, il y a une imprimerie commerciale. Au total, les emplois dans le secteur de l’imprimerie occupent plus de 40% de tous les emplois à Beauceville. Il y a également des compagnies de recyclage du caoutchouc, de la transformation de bois et les entreprises textiles qui offrent 15% d’emplois.

Au plan économique, la ville de Beauceville occupe une place importante dans la région et le Parc Industriel compte deux douzaines d’entreprises. Au cours des dernières années, l’économie de la ville a été marquée par une prospérité bien visible. Alors, les opportunités d’emplois à Beauceville sont assez nombreuses.

Si vous emménagez, la municipalité saura conquérir votre cœur.

Beauceville, note historique

La ville de Beauceville constitue la première municipalité de la Beauce à avoir obtenu le statut de ville dès 1904. Son territoire actuel occupe les deux rives de la Chaudière et a été détaché de la municipalité de la paroisse de Saint-François-de-la-Beauce.En 1930, par suite de la création de la municipalité de Beauceville-Est, également détachée de Saint-François-de-la-Beauce, Beauceville reçoit la dénomination courante de Beauceville-Ouest, en fait le nom du bureau de poste, afin d’établir une nette distinction.

L’actuelle Beauceville résulte de la fusion des deux villes en 1973. Toutefois, le peuplement des lieux a débuté en 1740, quelques années après la concession de la seigneurie en 1736. Le nom de Beauce, qui se trouvait déjà dans celui de la municipalité de paroisse, marquait la singularité du statut juridique de ville dans le comté de Beauce d’alors. Les premiers Beaucerons étaient originaires de la Côte-de-Beaupré, de l’île d’Orléans et de la seigneurie de Lauxon.

Ils furent rejoints par des Français recrutés par les seigneurs. Il s’agissait d’une quinzaine de faux sauniers ou contrebandiers de sel déportés en Nouvelle-France. Les industries locales principales sont l’imprimerie, la transformation du bois, la confection de vêtements, la fabrication du fromage, plusieurs commerces et services. L’endroit a connu cependant une importante fièvre de l’or au XIXe siècle, notamment dans le secteur de la rivière Gilbert. Beauceville se présente comme une ville où l’industrie de même que le secteur tertiaire (services administration) prédominent et qui demeure fière d’avoir été la patrie du poète québécois William Chapman, bonheur qu’elle partage avec Saint-François-de-Beauce, territoire primitif.

Beauceville, vue panoramique. Image : Carol Proulx.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *