Économie en vrac

TPS et TVQ : confusion

TPS et TVQ : confusion

TPS et TVQ : Confusion dans le taxi, résignation des consommateurs

Pendant que la plus grande confusion règne dans l’industrie du taxi, la TPS et la nouvelle taxe de vente provinciale sont payées le plus souvent sans commentaires par une clientèle résignée dans les restaurants, les dépanneurs et les pharmacies.

Dans le taxi, où la taxe provinciale ne s’appliquera que l’an prochain, la taxe sur les produits et services (TPS) de 7% du gouvernement fédéral ne devait au départ être perçue que pas les chauffeurs dont le revenu dépassait 30 000$. La plupart croyaient donc y échapper.

Mais Ottawa a changé son fusil d’épaule il y a deux semaines et décidé que toutes les courses seraient taxables. Les compagnies ont été prises au dépourvu et il en résulte un beau fouillis. Les clients ont intérêt à « magasiner », car il sera possible pendant encore quelques semaines d’éviter la TPS.

Tous s’entendent toutefois pour estimer que cette nouvelle taxe est une calamité pour leur industrie.

Dans les commerces, c’est la résignation des clients qui étonne. Ils paient presque toujours sans commentaires, même si on leur demande souvent 15,56% de plus (la TPS de 7%, plus la taxe provinciale de 8%).

Les clients sont surtout surpris de voir qu’il a une taxe sur des produits comme les journaux, les magazines, les tampons et les coches. Pour le reste, ils savent que la taxe allait venir et bien peu protestent. C’est compliqué aussi de leur expliquer qu’il n’y a pas de taxe sur les arachides non-salées, mais qu’il y en a sur celles que le sont. Même chose pour l’eau gazéifiée (taxée) et l’eau plate (non taxée).

Dans les dépanneurs, la politique varie d’un endroit à l’autre. Chez Provi-Soir, tous les prix des articles déjà taxés par le fédéral ont été diminués.

Même les timbres

Les bouteilles de vin, par contre, ont vu leur prix diminuer de 13%, de sorte que la taxe fait moins mal. Mais ce n’est pas partout pareil. Au dépanneur du métro Longueuil, les prix n’ont pas été changés, de sorte qu’une Cuvée des Patriotes marquée 8,67$ coûte maintenant 10,02 $, ce qui fait cher pour le gros rouge!

La TPS touche même les timbres, qui ont également subi une hausse d’un cent au premier janvier. Le coût pour envoyer une lettre au Canada passe donc de 39 à 43 cents, une hausse de 10%. Les envois à l’étranger qui coûtent plus de 5$ peuvent toutefois être détaxés, mais il faut passer par le bureau de poste pour obtenir le crédit.

(Cette nouvelle a été publiée le 3 janvier 1991).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>