Économie en vrac

Retour au restaurant

Retour au restaurant

Les Québécois retournent au restaurant

Avec deux ans de retard sur les autres secteurs de l’économie, la reprise est finalement au menu dans les restaurants. Les recettes des restaurateurs du Québec sont en effet en hausse respectable de 5 pour cent pour les sept premiers mois de 1994, par rapport à la même période l’an dernier, et de 8,3 pour cent dans le cas des établissements avec permis d’alcool.

Le Québec devance à ce chapitre toutes les provinces canadiennes, les revenus des restaurants ayant progressé de 3,8 pour cent dans l’ensemble du Canada et de 1,7 pour cent seulement en Ontario.

« On peut finalement dire que la récession est terminée dans notre secteur », affirme M. François Meunier, directeur des communications de l’Association des restaurateurs du Québec (ARQ).

Le chômage élevé incite plusieurs personnes sans emploi à s’improviser restaurateur, avec des résultats parfois désastreux quand on ne s’y connaît pas. L‘ARQ entend d’ailleurs aborder ce problème de façon plus attentive dans la prochaine année, dit M. Meunier.

Certains restaurants ont plus de raisons de célébrer que d’autres. C’est ainsi que les établissements offrant les repas à emporter ou la livraison à domicile voient leurs recettes augmenter de 14,2 pour cent jusqu’ici en 1994.

Le phénomène du « cocooning », ce désir des consommateurs de se divertir davantage à la maison, est donc bien en vie au Québec. Le nombre élevé de familles avec deux gagne-pain accroît aussi le besoin pour des restaurants offrant le service à domicile.

Le créneau qui attire le plus d’attention des entrepreneurs est celui des restaurants « thématiques », comme East Side Mario’s, qui offre une cuisine italienne à la new-yorkaise, ou les Moe’s Déli & Bar, la Cage aux Sports et autres.

« Ces établissements proposent à des prix raisonnables un menu simple, qui s’appuie sur des valeurs sûres comme le poulet, les pâtes, la pizza, explique M. Meunier. Dans chaque cas, l’ambiance est importante et on investit beaucoup dans la décoration. ». Le même phénomène se reproduit en Ontario et aux Etats-Unis, où les stars Arnold Schwarzenegger et Sylvester Stalone, avec leur chaîne Planet Hollywood, misent aussi sur la recette de la restauration thématique pour attirer les convives.

Les restaurants de haut de gamme, quant à eux, « connaissent des difficultés », affirme M. Meunier. Bien que l’ARQ ne dispose d’aucune donnée sur ce secteur, les commentaires recueillis ici et là ne sont guère encourageants, dit-il.

Le responsable explique que la décision du gouvernement de réduire de 80 à 50 pour cent la déduction fiscale pour les frais de repas, ainsi que les compressions budgétaires des entreprises sont autant de facteurs qui affectent durement ce segment de marché.

(Texte publié le 6 novembre 1994).

restaurant au petit marquis

Eh bien, Au Petit Marquis, c'est un autre continent, mais la crise est globale, n'est-ce pas? Photo : © GrandQuebec

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>