Économie en vrac

Tourner à Montréal

Tourner à Montréal

Les grands producteurs américains et le financement québécois font bon ménage au Québec et c’est une bonne option pour le milieu du cinéma au Québec qui cherche des issues pour résoudre les problèmes de financement. Les retombées économiques des projets communs québécois et américains pourraient donner des résultats excellents.

À titre d’exemple, citons le cas d’Edward R. Pressman, célèbre producteur de New-York (il est suffisant de citer le film Wall Street, produit par lui), s’est engagé à tourner au Québec douze films les prochaines années, à conditions qu’on lui trouve des investisseurs locaux.
 
M. Pressman s’engage à tourner seulement au Québec pendant quelques années des productions de l’ordre de 40 millions de dollars avec de grandes vedettes, ce qui représente de gros budgets.

La distribution des films sera faite aux États-Unis.

C’est Stéphane Bibeau, de Sherbrooke qui habite à New York, propriétaire de la compagnie de production Green Gâte Films et co-propriétaire d’un restaurant à Manhattan avec le mannequin Gabriel Aubry qui a offert à Pressman tourner à Montréal.

Cette coopération créera d’emplois et apportera d’importantes retombées économiques au Québec.

Michael Douglas et Catherine Zeta Jones

Rappelons encore que Michael Douglas, le grand acteur américain, possède une résidence secondaire au Mont-Tremblant, ainsi que le couple Michael Douglas et sa femme Catherine Zêta – Jones qui adorent tous les deux Montréal, peuvent jouer un rôle de support dans la réalisation de ces projets.

Photo : Michael Douglas et Catherine Zeta-Jones admirent leur maison à Mont-Tremblant :-).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>