Économie en vrac

Le rêve boursier de Desjardins

Le rêve boursier de Desjardins

Le rêve boursier de Desjardins

Desjardins réalise son rêve d’inscrire à la bourse la cote de sa société de portefeuille. Dans cette société sont groupées ses activités d’assurance, de fiducie et de valeurs mobilières.

Desjardins crée la Société financière Desjardins Laurentienne, en joignant les filiales de la Société financière des caisses Desjardins à celles de la Corporation du Groupe La Laurentienne qui est une société à capital ouvert. Desjardins entend détenir les deux tiers de la nouvelle entité. Le reste sera partagé par les actionnaires de La Corporation.

Desjardins se retrouvera donc à la tête d’une grande société inscrite à la bourse dès sa naissance.

Claude Béland, le président du Mouvement des caisses Desjardins, avait énoncé lors des assises annuelles en mars 1993, son désir de coter en bourse les sociétés de portefeuille comme la Société financière des caisses Desjardins. Au fait, la structure coopérative du mouvement rend difficile sa capitalisation en bourse.

Une autre conséquence vraisemblable de la transaction serait la fermeture du capital de Trustco Desjardins. La valeur totale au marché de sa capitalisation est d’environ 26,4 millions.

Dans un communiqué conjoint, il est expliqué que les actionnaires de la Corporation du Groupe la Laurentienne se verront offrir un montant en argent et des actions ordinaires de la nouvelle société sur la base de la valeur aux livres de la Corporation. Celle-ci était de 12,79$ au 31 décembre 1992.

La Société financière Desjardins Laurentienne comptera 14 000 employés et un actif de 23 milliards.

Pour ce qui est des activités bancaires, tant MM. Drouin et Béland ont soutenu que les deux réseaux demeureront intacts. La nouvelle société aura des activités dans les quatre grands secteurs financiers: les banques, les fiducies, l’assurance et le courtage en valeurs mobilières.

La société détiendra le contrôle de la Banque Laurentienne (inscrite à la Bourse), de Trustco Desjardins (inscrite aussi à la Bourse), de Valeurs mobiliers Desjardins et Placements La Laurentienne, de Groupe Desjardins, assurances générales et des compagnies d’assurance-vie des deux groupes, soit l’Assurance-vie Desjardins (AVD), La Laurentienne Financière et l’Impériale.

(Texte publié dans la Presse le 9 juillet 1993).

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>