Économie en vrac

Bataille des Titans

Bataille des Titans

La bataille des Titans est engagée

Une bataille titanesque s’est engagée au sein du cabinet de Jean Chrétien à l’approche du budget fédéral de février 1995.

Le débat dure depuis plusieurs mois mais s’il a éclaté au grand jour avec la fuite d’un document-choc du ministère des Finances proposant l’abandon sans condition, par Ottawa, de l’ensemble du secteur des programmes sociaux aux provinces, c’est que les échéances approchent à grands pas.

Le cabinet fédéral doit se prononcer, au cours d’une séance spéciale, sur les choix à faire en prévision du budget du mois prochain. Il sera alors confronté à deux diagnostics divergents.

Celui du ministre des Finances Paul Martin se résume simplement : les taux d’intérêt aidant, le déficit est galopant. Il est en voie d’étouffer le Canada et il n’y a pas de répit en vue. Le gouvernement fédéral ne peut plus attendre, même une seule autre année, pour donner un grand coup au déficit. Il ne peut plus augmenter les impôts pour y arriver sous peine de freiner l’économie canadienne et de provoquer une révolte des contribuables.

Pour assainir une fois pour toutes les finances publiques, il doit donc couper maintenant dans le vif de ses activités. Pour le faire, Ottawa devrait forcément, comme jamais auparavant, pelleter son déficit dans la cour des provinces en matière de santé, d’enseignement post-secondaire et de bien-être social. Ce qui est proposé, c’est de leur céder en même temps le contrôle du manche de la pelle.

(15 janvier 1995).

chrétien    martin paul

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>