Économie en vrac

Quel avenir pour l’économie du Québec ?

Quel avenir pour l’économie du Québec ?

Quel avenir pour l’économie du Québec ?

A la mi-2018, il est grand temps de faire un petit point sur l’économie du Québec en regardant les résultats de ces dernières années. Résultats desquels personne n’a à rougir, puisqu’ils ont été plutôt très satisfaisants. Les experts s’accordent à louer de belles performances pour ces dernières années. Cependant, dans ce monde changeant, le Québec doit faire face à de nouveaux défis et ne parvient pas toujours à maintenir la barre sur tous les fronts. La Fédération des chambres de commerce du Québec s’est donc donné plusieurs objectifs afin de décider sur quel effet de levier jouer afin de donner au Québec, définitivement, ses lettres de noblesse en termes d’économie.

Un lac du Québec. Crédits photo : Pexels

Rétrospective de ces dernières années

De belles performances ont honoré l’économie du Québec ces dernières années. Rappelons que le Québec est riche en ressources. Ressources naturelles tout d’abord, où bois, cuivre et zinc sont facilement exploitables ; où l’hydro-énergie est un secteur de pointe ; mais le Québec fait également mille et une prouesses dans certains domaines tels que l’aérospatiale ou l’industrie pharmaceutique.

Sur les succès de ces dernières années on peut se réjouir de beaucoup de choses : un PIB en hausse, un taux de chômage historiquement bas, et un taux d’emploi supérieur à la moyenne de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).

Un tableau toutefois pas si rose

« Un Québec qui doit persévérer. Un verre à moitié plein. Tel est, en peu de mots, l’état de l’économie québécoise ». C’est la phrase que l’on peut lire sur le site de la Fédération des chambres de commerce du Québec, fondée en 1909 et qui représente aujourd’hui près de 60 000 entreprises.

Malgré les succès évidents des dernières années, le Québec doit encore relever certains défis, que l’on pourrait qualifier de « changements structurels majeurs » : faire face au vieillissement de la population, au changement technologique, au changement climatique et à la concurrence toujours plus aigüe notamment de voisin comme les États-Unis. De plus, le Québec accuse encore des retards dans certains domaines comme l’endettement ou l’entreprenariat.

Sur un article du Huffington Post, on peut ainsi lire que le Québec est une « société développée dont le développement n’est pas à la hauteur de son immense potentiel. »

Une bonne nouvelle donc, puisque la situation du Québec n’est pas dans une impasse, il suffit d’activer les bons leviers.

Banknotes. Crédits photo : Pixels

Activer les bons leviers

Face à ces obstacles, la Fédération des chambres de commerce du Québec s’est appuyée sur 4 clefs qui permettraient sûrement une richesse durable pour le Québec :

  • Trouver les compétences créatrices de richesses (et favoriser l’émigration de talents face au vieillissement de la population)
  • Investir plus et mieux (là encore en faisant appel à l’effet de levier)
  • Investir d’autant plus dans la technologie qui doit accroître la productivité
  • Consolider au maximum les infrastructures
  • Appuyer sur la transition énergétique (polluer moins et consommer moins)
  • Donner à l’initiative une nouvelle place sur la place publique

Face aux nouveaux défis qui se posent dans notre monde actuel, le Québec souhaite amener un maximum de solutions, de façon stratégique et réfléchie pour pouvoir y faire face.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *