Économie en vrac

France bannit l’amiante

France bannit l’amiante

France bannit l'amiante

Si la décision de la France de bannir la grande majorité des produits contenant de l'amiante s'étend à tous les pays de la Communauté européenne, le Québec pourrait perdre jusqu'à 15 % de ses ventes en Europe, ce qui constituerait un «dur coup» pour l'industrie québécoise.

Dans un geste-surprise, en se basant sur une étude réalisée par l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, le gouvernement français a en effet annoncé qu'il interdisait la fabrication, l'importation et la mise en vente de produits contenant de l'amiante à partir de janvier prochain.

Seuls certains produits sont exclus du décret : les garnitures de freins et les vêtements ignifugés des pompiers.

Des 500 000 tonnes d'amiante que produit annuellement le Québec – qui se situe au second rang de la production mondiale – 25 000 à 30000 étaient vendues à la France jusqu'à maintenant. Mais le problème ne réside pas dans ces chiffres, croient les barons de l'industrie de l'amiante au Québec, qui emploie 2500 travailleurs.

« Si on perd l'ensemble des pays de la CEE (dont huit ont déjà banni l'amiante), c'est 22% de mes ventes perdues », explique Jean Dupéré, président de LabChrysotile, une compagnie qui possède quatre des cinq mines d'amiante au Québec.

(Texte publié dans La Presse le 4 juillet 1996)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>