Ecologie et environnement

Jardin communautaire

Jardin communautaire

Jardin communautaire

Au Québec, les jardins communautaires sont les jardins aménagés par des résidents des villes. Ces jardins permettent aux personnes de cultures et de groupes socioéconomiques différents d’entretenir des liens entre elles pour atteindre le but commun: cultiver des légumes, des fruits et des fleurs.

Les jardins communautaires traitent des problèmes économiques, environnementaux, culturels et de santé et ils jouent un important rôle dans le développement de collectivités saines. Ils créent un milieu plus vivable en contrôlant le bruit, la pollution et la température. Ils ont des bienfaits sociaux et économiques uniques. Les jardiniers partagent leurs connaissances et apprennent de nouvelles choses dans les domaines du jardinage, des activités commerciales, de la nutrition et des pratiques écologiques.

Les jardiniers arrivent à nourrir leur famille à bon marché et ils réussissent à cultiver des légumes qui ne se trouvent pas au supermarché.

Le jardinage communautaire peut améliorer la santé des gens en leur permettant de varier leur régime et d’augmenter la sécurité alimentaire. Effectivement, la population est de plus en plus consciente de la salubrité des aliments et un plus grand nombre de personnes s’informent sur la provenance et la production de la nourriture qu’elles consomment.

Les participants partagent donc le même objectif. D’ailleurs, les jardins donnent lieu à des rencontres sociales et encouragent les discussions sur les semences, les diverses méthodes de culture et la préparation de plats. Les jardiniers partagent l’information qu’ils ont sur le contrôle des insectes nuisibles ou de pouvoir se vanter de la taille de leur première tomate.

Parmi un grand nombre d’autres avantages du jardinage collectif, rappelons que les jardiniers communautaires apprennent à connaître leurs voisins, se font de nouveaux amis et développent un sentiment d’appartenance. Ils brisent ainsi les barrières de l’isolement et ravivent la vie de quartier. Ils deviennent plus amicaux et plus unis.

Les jardins communautaires sont particulièrement intéressants pour les immigrants qui ne sont pas propriétaires d’une maison et qui n’ont pas d’espace vert. N’oublions pas que bon nombre de nouveaux arrivants étaient agriculteurs dans leur pays d’origine. Alors, ils retrouvent dans cet exercice un peu de la vie qu’ils ont connue avant de venir s’établir en milieu urbain.

Bon nombre de jardiniers communautaires partagent leur récolte avec des amis et les membres de la famille ou l’offrent à la banque d'alimentation du quartier.

Finalement, notons que les jardins donnent une image positive de la collectivité. La présence des jardiniers éloigne le crime et le vandalisme. Des jardins verts et bien entretenus démontrent un souci de la propriété et du bien des autres. Les espaces verts sont propices au ressourcement et à la relaxation, réduisant ainsi l’agressivité chez les gens. Plus le quartier est vert, moins nombreux sont les crimes.

Comment faire pour devenir citoyen-jardinier?

À Montréal, pour plus d’information et pour les formulaires, visitez le site Web : Jardins communautaires

C’est la Société d'Horticulture de Québec qui  est à l’origine de la création des jardins communautaires pour la région centrale de Québec et la ville de Québec.

Pour toutes les autres villes, consultez l’hôtel de ville correspondant.

jardin communautaire

Jardin communautaire, Côte-des-Neiges. Photo : © GrandQuebec

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>