Ecologie et environnement

Contamination au plomb

Contamination au plomb

Contamination au plomb

Tout un secteur de l’Est de Montréal est contaminé au plomb

De vastes terrains situés près d’une école primaire et de dizaines de maisons, dans l’est de Montéal, contiennent de trois à six fois plus de plomb que d’autres sols connus hautement contaminés.

Le ministère québécois de l’Environnement connaît la gravité de la contamination depuis plusieurs mois, mais n’a averti personne, ni les résidents, ni le directeur de l’école, ni les autorités médicales.

Des experts du ministère soupçonnent que la contamination touche aussi les terrains de l’école Guybourg, au 6120, rue Lafontaine, ainsi que les cours de plusieurs maisons privées. Ces terrains feront l’objet d’un programme d’échantillonnage minutieux.

Le Département de santé communautaire Maisonneuve-Rosemont attend les résultats de ces échantillons pour analyser la teneur en plomb du sang des enfants de l’école et du quartier, a indiqué le docteur Gaétan Carrier, du DSC. Ces testes pourraient se faire à la fin de l’été.

Les terrains ont été contaminés en bonne partie par l’ancienne usine de recyclage de batteries de Métaux Ballast Canada Inc., qui appartenait aux mêmes propriétaires que l’usine Balmet de Saint-Jean, les frères Hyman et David Singerman.

Une autre société qui a contaminé les terrains environnants est la Canada Metal Ltée, qui exploitait une fonderie de plomb sur la rue Notre-Dame jusqu’à la fin des années 1970.

À l’extérieur de ces terrains, la zone la plus contaminée est située sur une section de la Garnison Longue-Pointe, que le ministère de la Défense nationale louait dans les années 1970 à Métaux Ballast pour la démolition de vieux accumulateurs d’automobile.

La caractérisation des sols de la base militaire, terminée en décembre dernier, montre que les niveaux de contamination de plomb de cette zone varient entre 30 000 et 60 000 parties par million. Par comparaison, le terrain de la Balmet, à Saint-Jean, a une concentration de plomb de 10 000 ppm.

Des échantillons pris sur la base militaire à moins de cent mètres de l’école et des maisons privées montrent une contamination de 3500 ppm et de 1390 ppm. Rien n’interdit de croire que la contamination est aussi forte de l’autre côté de la clôture, dans les jardins potagers privés, ont indiqué des fonctionnaires du ministère de l’Environnement.

La politique de réhabilitation des terrains contaminés du ministère souligne que le sol peut être jugé contaminé et impropre à l’habitation à partir d’une concentration de plomb de 200 ppm. La limite est de 600 ppm pour les terrains industriels.

Le coût de la décontamination du terrain de la Garnison Longue-Pointe, qui a une superficie de  102 hectares, pourrait varier entre sept et 35 millions de dollars, a dit hier Jean-Pierre Normand, chef de l’ingénierie de la base militaire.

La firme Envirconseil, qui a réalisé l’étude de caractérisation, propose d’enlever tout le sol, jusqu’à une profondeur de 40 cm, pour un total de 50 000 mètres cubes.

(C’est arrivé le 31 mai 1990).

super héros

Aura-t-on besoin d’un super-héros pour sauver notre terre de la contamination? Photo : © GrandQuebec.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>