Les eaux du Québec

Route bleue du Haut-St-Laurent

Route bleue du Haut-St-Laurent

La Route bleue du Haut-Saint-Laurent

Portes ouvertes vers l’Ontario

Avec près de 200 kilomètres de berges, la Route bleue du Haut-Saint-Laurent permet de traverser les lacs Saint-François, Saint-Louis, des Deux-Montagnes ainsi que la rivière des Outaouais, en parcourant une panoplie d’îles recouvertes d’une végétation dense, de plages, d’aires protégées en plus de sites de restauration, de détente et d’hébergement.

Cette portion du Sentier maritime du Saint-Laurent occupe la partie la plus septentrionale su Sentier, offrant une faune et une flore des plus diversifiées aux paysages magnifiques.

La Route bleue du Haut-Saint-Laurent offre un réseau de dizaines de sites d’arrêts publics sur des plans d’eau calmes accessibles pour tous. Le parcours permet de côtoyer des milieux naturels exceptionnels dont plusieurs représentent des zones humides fragiles (herbiers aquatiques, marécages et marais). S’ajoutent à ceci les oiseaux aquatiques comme la Grande Aigrette, représentante de couleur blanche de la famille des Hérons et présente fortement sur cette Route bleue. Un grand nombre de tortues, canards, poissons, grenouilles, en plus des mammifères aquatiques se mêleront à un décor enchanteur caractérisé par des chênes et des saules, pour agrémenter la visite.

Que ce soit à Akwesasne ou à Pointe-Fortune, les frontières ontariennes ouvrent toutes grandes leurs portes afin d’accueillir le touriste et de lui permettre d’admirer la rivière des Outaouais, la rive nord-ouest du lac Saint-François et la rivière des Mille-Îles.

En empruntant cette route, il faut prendre en compte la présence de digues, de barrages et de centrales appartenant à Hydro-Québec qui viennent s’entremêler au paysage naturel. Dans ces cas, des écluses sont accessibles afin de franchir ces obstacles, celles qui desservent de nombreuses embarcations motorisées provenant des provinces canadiennes et des États-Unis.
Le projet de la Route bleue du Haut-Saint-Laurent prend forme vers 2009, quand une étude de faisabilité est effectuée. Aux cent kilomètres initiaux s’ajoutent cent autres kilomètres provenant d’un leg de la Route bleue du Grand Montréal.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>