Les eaux du Québec

Rivière-Pentecôte

Rivière-Pentecôte

Rivière Pentecôte

La rivière Pentecôte, d’une longueur totale de 124 kilomètres, est un important tributaire du Golfe du Saint-Laurent. La superficie du bassin versant de la Pentecôte est de 1 971 km2. Le bassin de la rivière Pentecôte forme un des bassins versants les plus importants du territoire de la MRC de Sept-Rivières. Elle détient un débit moyen à l’embouchure de 48 m3/s (données du Ministère de l’Environnement).

Coulant perpendiculairement au golfe, soit vers le Sud, la rivière tourne vers le Nord-Est au moment d’atteindre le golf contournant ainsi la flèche littorale.

La rivière découle du grand lac Caotibi et traverse la réserve faunique de Port-Cartier/Sept-Îles pour se jeter dans le golfe à la hauteur du village de Rivière-Pentecôte, qui est devenu un secteur de la ville de Port-Cartier.

En amont de l’embouchure, la rivière, bordée de rives abruptes composées de falaises, de sable et d’argile, franchit environ 13 kilomètres avant d’arriver à une chute connue comme Chute des 14 Arpents qui représente la limite de montaison du saumon.

Le long du parcours sinueux de la rivière Pentecôte pas moins de 31 fosses sont présentes, dont les trois principales sont la fosse Dufour, la fosse du Crique Pagé et la fosse de la Chute, localisée immédiatement en aval de la Chute des 14 Arpents.

Sur la rive est de l’estuaire, dont le littoral est formé de hautes falaises de sable, la Pointe de la Rivière-Est se dresse en direction du rocher Pentecôte, situé dans le golfe face à la flèche littorale. Le village de Rivière-Pentecôte s’étend en direction Est sur un littoral rocheux où se situent quelques petites anses bordées de microfalaises ou de basses falaises sableuses.

L’embouchure de la rivière, caractérisée par la présence d’une longue plage de sable, est propice aux activités de fraie du capelan. En effet, cette espèce fourragère a l’habitude de pondre ses oeufs en « roulant » sur les plages, c’est-à-dire en s’échouant sur la plage et en retournant à la mer avec le ressac des vagues. Selon le Recueil sur le savoir des aînés de la Côte-Nord, la plage entre Pointe-aux-Anglais et Rivière-Pentecôte est un endroit de prédilection pour la fraie du capelan, vers la fin du mois de mai.

Le saumon atlantique fréquente l’embouchure. Il se reproduit dans la rivière, où il séjourne dans les fosses à fond de gravier pour y frayer. Les saumons sont présents jusqu’à la fosse de la Chute, puisqu’ils sont incapables de franchir l’obstacle. Après un séjour de 2 à 4 années dans la rivière, les jeunes dévalent vers l’estuaire pour ensuite migrer vers les pâturages marins du Groenland. En rivière, ils se nourrissent principalement de larves d’insectes en dérive dans le courant et en mer de petits poissons.

La rivière Pentecôte possède le statut de « rivière à saumons », où la réglementation spécifique à l’exploitation de cette espèce s’applique. Les activités se déroulant à l’embouchure de cette rivière sont sous la juridiction fédérale et provinciale, notamment en vertu de la Loi fédérale sur les pêches, de la Loi fédérale sur les oiseaux migrateurs et de la Loi provinciale québécoise sur la conservation et la mise en valeur de la faune. La gestion foncière du territoire public est assurée par la direction régionale de la gestion du territoire public du MRNF, tandis que la gestion forestière du territoire public de l’aire forestière sous CAAF est assurée par la direction régionale de Forêts Québec.

Les statistiques de pêche sportive au saumon indiquent une moyenne de 40 captures annuellement. Comme la rivière Pentecôte est à accès libre pour la pêche au saumon, et conséquemment que l’enregistrement des captures se fait sur une base volontaire, les données de captures seraient ainsi sous-évaluées.

Par ailleurs, l’Omble de fontaine anadrome, aussi appelé truite de mer, utiliserait également l’embouchure de la rivière pour s’y alimenter. Tout comme le Saumon atlantique, cette espèce migre parfois sur plusieurs kilomètres de la rivière pour frayer en eau peu profonde.

La Truite arc-en-ciel serait occasionnellement présente dans le bassin hydrographique de la rivière Pentecôte. Cette espèce préfère les habitats peu profonds des rivières à courant modéré, les lacs avec végétation et les petits affluents où elle peut frayer.

D’autres espèces de poissons ont été observées dans la zone estuarienne.  Il n’est pas surprenant d’y retrouver l’Éperlan arc-en-ciel, un petit poisson anadrome qui hiverne à l’embouchure des rivières, fraie au printemps en eau douce et passe le reste de l’année en eau salée.

La partie de la rivière Pentecôte comprise entre la Chute des 14 arpents et l’embouchure est canotable. Ce parcours de 13 kilomètres de niveau débutant à intermédiaire peut être réalisé à l’intérieur d’une même journée ou impliquer un coucher en camping selon le cas. Les paysages y sont spectaculaires.

riviere pentecote

Le littoral près de l'embouchure de la rivière Pentecôte. Source de la photo : © Vincent Ouellet

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>