Les eaux du Québec

Rivière des Prairies

Rivière des Prairies

La rivière des Prairies

Située entre l’île de Montréal et l’île Jésus, la rivière des Prairies sépare les villes de Montréal et Laval. Cette rivière prend sa source dans le lac des Deux Montagnes pour se déverser dans le Saint-Laurent. La rivière des Prairies compte de nombreuses îles, notamment l’Île Jésus, sur laquelle la ville de Laval est située, l’île Bizard, l'Île de la Visitation, etc.

Le nom de la rivière honore M. des Prairies, un Français, ami de Samuel de Champlain et le premier Européen à explorer ce cours d’eau. Les Amérindiens l’appelaient Skawanoti, ce mot signifiant « la rivière en arrière de la grande île », et le nom actuel apparait sur les cartes géographiques en 1610 et le père Vimont décrit la situation en termes suivants dans la Relation des Jésuites de 1640 «… un certain Français, M. des Prairies, ayant charge de conduire une barque au Sault-Saint-Louis en 1610, quand il vint à la rencontre des deux fleuves, au lieu de tirer du côté du sud, il tira vers cet autre fleuve qui n'avait pas encore de nom français et qui, depuis ce temps-là, fut appelé du nom de ce jeune homme.»  Ainsi, il semblerait que la découverte de la rivière aurait été plutôt faite par hasard, quand au lieu de continuer dans le Saint-Laurent, à la hauteur de Repentigny, M. des Prairies entra sans le savoir dans l'affluent de ce dernier.

Dès la seconde moitié du XIXe siècle, les charmes de la rivière attirent sur les rives des Montréalais fortunés qui en font un lieu de villégiature et s'offrent le spectacle des draveurs qui descendent le courant sur leurs trains de bois. Encore au début du XXe siècle, les plages et les boisés du secteur en font encore un lieu de villégiature. À l’époque, les membres du Montreal Hunt Club occupent de somptueuses villas dans la forêt de Saraguay (classé arrondissement naturel en 1981), située en bordure de la rivière des Prairies, avec sa flore abondante et grande variété d'arbres et d'oiseaux.

L'inauguration du chemin de fer Saint-Jérôme-Montréal et l'entrée en fonction de la ligne de tramway Millen, opérée en 1892 accélèrent l'urbanisation des terrains autour de la rivière.

À l'origine, il y avait quatre saults ou rapides dans la rivière : sault de la Visitation, sault des Prairies, sault  Bordeaux et sault Cheval Blanc. Ces rapides étaient l’âme des lieux. Depuis la construction du barrage hydro-électrique en 1928 par la Montreal Light Heat and Power, les rapides des Prairies (entre la limite est du parc Stanley et l’anse à l'ouest du parc Nicolas-Viel) et les rapides Bordeaux (entre la pointe ouest de l’île Perry et le parc Raimbault) ont été submergées. D’ailleurs, deux îles sont également disparues : l’île aux Pins et l’île aux Sergents.

Ainsi les berges du Sault sont maintenant partiellement inondées. Le boom résidentiel de l’après-guerre dévore les derniers périmètres de campagne et tout le secteur est désormais urbanisé, même s’il y restent de beaux parcs riverains.

Auparavant, des traverses  reliaient la côte à l'île Jésus, à l'emplacement des ponts actuels qui enjambent la rivière : Pont Jacques-Bizard, pont Louis-Bisson, sur l’Autoroute 13, pont Lachapelle, pont Médéric-Martin (Autoroute 15), pont de chemin de fer Bordeaux, pont Viau, pont Papineau-Leblanc (Autoroute 19), pont Pie-IX, pont Olivier-Charbonneau (Autoroute 25), pont Charles-De Gaulle (Autoroute 40 vers Repentigny), pont Le Gardeur (Route 138, à l'île Bourdon vers Repentigny, qui est également un pont ferroviaire). La ligne orange du métro de Montréal passant sous la rivière des Prairies.

Le barrage de la Centrale de Rivière des Prairies traverse également la rivière. Cette centrale hydroélectrique de 45 MW est installée entre l'île de la Visitation et la rive lavalloise. Construite entre 1928 et 1930, elle a été transférée à Hydro-Québec lors de la nationalisation de la Montreal Light, Heat and Power Company, en 1944.

rivière des prairies

Vue générale de la rivière des Prairies. Photo : © GrandQuebec

paysage de la rivière des prairies

Paysage riverain. Photo : © GrandQuebec

riviere des prairies

Un tronçon de la rivière à la hauteur de l'île-de-la-Visitation. Le courant y est fort. Photo : © GrandQuebec

barrage de la rivière des prairies

La Centrale hydro-électrique de la rivière des Prairies. Photo : © GrandQuebec

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>