Les eaux du Québec

Rivière Batiscan

Rivière Batiscan

Rivière Batiscan

La rivière Batiscan, de 177 kilomètres, coule du lac Édouard dans les Laurentides, au nord de la Mauricie en direction sud pour se jeter dans le fleuve Saint-Laurent à la hauteur de la ville de Batiscan.

La rivière descend par la réserve Portneuf jusqu’à Rivière à Pierre, vers Notre-Dame-de-Montauban, Lac aux Sables, Sainte-Thècle, Saint-Adelphe, Saint-Stanislas, Saint-Narcisse, Sainte-Geneviève-de-Batiscan.

Quant à l’origine du nom de la rivière Batiscan, cette appellation lui aurait été donnée par Samuel de Champlain en 1610 en l’honneur d’un grand chef indien de l’époque qui habitait avec sa tribu dans ces lieux. En montagnais, Batiscan signifierait vapeur ou nuée légère. Historiquement, une seigneurie du même nom se trouvait à l’embouchure de la rivière qui fut concédée aux Jésuites en 1639.

La partie nord du bassin versant de la Batiscan est largement dominée par la forêt et est peu peuplée. La portion sud du bassin versant repose sur les basses terres du Saint‑Laurent et est utilisée à des fins agricoles. Cette partie est plus densément peuplée.

La qualité des eaux du bassin de la rivière Batiscan est liée à l’occupation de son territoire. Elle est bonne ou satisfaisante sur le cours principal de la rivière Batiscan à cause du débit élevé de la rivière et des charges polluantes peu importantes.

La qualité de l’eau observée dans le sous-bassin de la rivière des Envies est cependant moins bonne. Elle varie de douteuse, en aval de Saint-Tite, à mauvaise près de l’embouchure. Les activités agricoles sont responsables d’un peu plus de 60 % des apports en phosphore et d’une érosion importante ce qui engendre une turbidité élevée dans le cours d’eau.

Au Québec, la rivière Batiscan est considérée comme l’une des destinations les plus prisées des amateurs du rafting et d’autres sports nautiques. Lors des parcours sur la rivière, les touristes découvrent une faune et une flore épatantes. On peut y observer le Grand héron, l’ours noir, l’orignal, le castor et bien d’autres animaux.

riviere batiscan

Rivière Batiscan. Photo © www.municipalite.notre-dame-de-montauban.qc.ca

D’ailleurs, situé à la rencontre des formations géologiques du Bouclier canadien et des Basses terres du Saint-Laurent, le relief de la rivière est des plus spectaculaires à certains endroits. L’amont de la Batiscan est plutôt calme et on dirait parfait pour pratiquer les techniques de canotage. Par la suite, les aventuriers affronteront certains des plus beaux rapides, cascades et chutes de classe débutant et intermédiaire au Québec.

En partant de l’amont, au Lac-aux-Perles (accessible en train) la première section de 50 kilomètres demande environ deux jours de canot-camping. Sur la distance il faut dévaler une série de rapides de classe II. La deuxième section, les Portes-de-l’Enfer, est longue d’environ 25 kilomètres. Cette section débute à l’Île-à-la-Croix et exige une bonne forme physique et plus d’expérience, parce qu’elle a une série de rapides continus de classe III et IV. La distance se descend en une journée. Elle se termine à la réserve faunique de Portneuf, ou la dernière section d’environ 50 kilomètres commence. Pour la traverser, il faut prévoir deux jours de canot-camping pour tous, sur un parcours sans grosse difficulté à part un rapide de classe IV qui se portage facilement.

chute des neuf

 

Rivière Batiscan. Photo © www.municipalite.notre-dame-de-montauban.qc.ca

 

Le parc régional de la rivière Batiscan, un des trésors de la Mauricie, relie trois municipalités avoisinantes, soit Sainte-Geneviève-de-Batiscan, Saint-Stanislas et Saint-Narcisse. Ce parc offre un paysage où se succèdent chutes et bassins

La centrale de Saint-Narcisse, d’une puissance de 15 MW, est la seule centrale hydroélectrique, située sur la rivière Batiscan. Le barrage Saint-Narcisse sur la Batiscan fut inauguré en 1926 et la centrale est toujours en opération. Tant que la rivière Batiscan n’aura pas de statut permanent de protection, elle sera menacée par des projets de barrages hydroélectriques.

En plein cœur du village de Notre-Dame-de-Montauban, on admire la chute du Neuf, connue également sous le nom la Chute du 5 dollars ou encore la Chute des Cinq piastres en raison de sa ressemblance avec l’ancien billet de 5 dollars canadien. Sur la rue principale de Montauban, de la terrasse du bar de la chute, la vue est prenante. Passé le pont du village, du côté ouest de la Batiscan, un sentier longe la rivière et se rend jusqu’aux chutes. Ce sentier est au cœur d’une vieille forêt majestueuse où se trouvent quelques grands pins.

Les eaux de la rivière et de nombreux lacs et petites rivières qu’on retrouve autour de la Batiscan cachent, quant à elles, un grand nombre de variétés de poissons dont la truite mouchetée, la truite grise (touladi), l’omble chevalier et le maskinongé.

À Saint-Stanislas, on trouve la Chute à Murphy, Saint-Narcisse, La Grande Chute, d’un dénivelé de 15 mètres et à Sainte-Geneviève-de-Batiscan, les Chutes de la Cheminée, d’un dénivelé également de 15 mètres. À Saint-Adelphe, ont peut visiter la Chute du Deux.

3 Comments

  1. Benoit Cinq-Mars

    2012/03/19 at 5:58

    Avez-vous le pont sur la rivière Batiscan à Batican route 138
    , OUVERT.
    Merci

  2. Serge Bisson

    2012/04/08 at 7:59

    Avez-vous une carte d’un trajet de canot-camping d’environ 3-4 jours sur la rivière Bastican?

  3. serge paquin

    2012/04/21 at 12:48

    je veus aller a la peche sur la batiscan dans la ZEC avec ma chaloupe et mon camper a l’entrée la Mauvaise je voudrais le chemin de trois rivieres.Merci…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>