Les eaux du Québec

Rivière Ristigouche

Rivière Ristigouche

Rivière Ristigouche – Rivière Restigouche

La rivière Restigouche ou Ristigouche (cette dernière orthographe est plutôt utilisée au Québec, tandis que en anglais et chez les francophones du Nouveau-Brunswick, le terme Restigouche est plus fréquent, nous utiliserons donc la variante québécoise pour désigner le cours de l’eau et la variante anglaise pour les sites, sentiers, centres, monuments, etc. situés au NB) jouit d’une renommée mondiale pour la pêche au saumon. Les enthousiastes de la pêche sportive y viennent de partout dans le monde pour vivre l’expérience de la pêche au saumon de l’Atlantique.

Les Micmacs appelaient la rivière Lustagooch, c’est-à-dire, bonne rivière. Samuel de Champlain l’appela rivière Chaleurs.

La rivière est située au nord du Nouveau-Brunswick et coulant vers le nord-est en direction de la Baie des Chaleurs et du Golfe du Saint-Laurent, est d’une beauté majestueuse, et possède une grande importance historique. C’est pour ses raisons que la rivière Ristigouche a été acceptée en 1995 par la Commission du Réseau des rivières du patrimoine canadien.

La Ristigouche prend sa source dans les Appalaches, à 35 kilomètres au nord-est de la ville d’Edmundston. L’estuaire commence à Tide Head. Après s’être rétrécit en face de Campbellton, la Ristigouche s’élargit, dépassant cinq kilomètres de large par endroit. Vingt-cinq kilomètres à l’est de Tide Head, la Ristigouche se jette dans la baie des Chaleurs, entre Dalhousie et Miguasha. Les principaux affluents de la Ristigouche sont, d’amont en aval, la rivière Gounamitz, la rivière Kedgwick, la rivière Patapédia, la rivière Upsalquitch et la rivière Matapédia.

Le secteur de cette rivière historique classifiée comme la rivière du patrimoine canadien débute à la jonction du ruisseau Jardine et de la rivière Ristigouche et s’étend sur une distance de 55 kilomètres, jusqu’à un endroit connu sous le nom de Million Dollar, au confluent Ristigouche et Patapédia. Une seule route publique permet l’accès à cette partie de la rivière. De fait, il n’y a aucun autre pont sur cette partie de la rivière Ristigouche qui permet d’accéder à l’arrière-pays et aux chemins forestiers de cette région sauvage. Alors, cette région de la rivière est demeurée intacte en raison de sa relative difficulté d’accès par la route.

La rivière Ristigouche serpente paisiblement la forêt dense et il y a peu de clairières. Le relief accidenté du bassin hydrographique de la rivière a freiné le développement et, par conséquent, ce corridor est demeuré un domaine réservé à la pêche sportive du saumon de l’Atlantique.

restigouche ristigouche rivière

Rivière Ristigouche, Nouveau-Brunswick. Tous droits réservés © Oleg Mukhin

Aujourd’hui, la pêche au saumon représente plus de 90% de la pêche dans la rivière alors que la pêche à la truite mouchetée représente une grande portion du reste.

On retrouve quatre camps de pêche, dont trois sont privés, au saumon dans cette section de rivière dont Downs Gulch, Larry’s Gulch (ce camp est exploité par le Ministère des ressources naturelles et énergie du Nouveau-Brunswick), Kedgwick Lodge et Carter Hall Lodge. L’accès public à la pêche au saumon est autorisé dans la  » section publique ouverte « , comprise entre le pont Montgomery et l’embouchure du ruisseau Jardine ainsi que dans deux « réserves publiques ».

La rivière est aussi un endroit de rêves pour le canoteur, le photographe et l’amateur de plein air. Au cours des dernières années, le canotage et le camping ont gagné de la popularité. Au total, la rivière offre environ 340 kilomètres de voie navigable. Le terrain de camping du Centre Écho Restigouche a été aménagé à la fin de la route en provenance de Kedgwick, plus précisément, au tournant de la rivière. Le Centre Écho Restigouche est ouvert toute l’année afin d’accueillir les gens qui veulent se livrer à leurs diverses activités récréatives. Partez en excursion sur la rivière Ristigouche et laissez-vous emporter par le courant en appréciant la beauté grandiose du paysage. En parcourant le secteur riverain en motoneige, en ski de fond, à bicyclette ou à la marche, vous pouvez  témoigner de la beauté de la rivière

Sur la Plaza du Saumon de Campbellton (Nouveau Brunswick) vous trouverez Restigouche Sam, le fameux Saumon d’acier inoxydable de 8.5 mètres de hauteur.

Notez que le Sentier Restigouche qui fait partie du Sentier Nouveau-Brunswick suit la rivière Ristigouche, près des ruisseaux, des champs et de la forêt. À Atholville, on retrouve le site d’observation Margaret Doyle, idéal pour observer les oiseaux. Le sentier de Restigouche est relié au Sentier Transcanadien. Le Sentier Restigouche est multifonctionnel, ainsi on peut y faire de la marche, du cyclisme, de l’équitation, du ski de fond ainsi que de la motoneige. Remarquons également que le Sentier International des Appalaches relie les plus hauts sommets de l’État américaine du Maine (Mont Katahdin), de la province du Nouveau-Brunswick (Mont Carleton) et de la Péninsule Gaspésienne au Québec (Mont Jacques Cartier). On peut accéder au sentier des Appalaches à partir du Centre Écho Restigouche à Kedgwick ainsi qu’au Parc Glenwood (près de Dawsonville), le premier parc provincial du Nouveau-Brunswick.

L’automne est l’une des plus belles saisons pour visiter la Ristigouche alors qu’une symphonie de couleurs donne aux érables de sa forêt une beauté féerique. Plusieurs touristes essaient la descente de la rivière, un voyage en canoë de deux jours de Kedgwick à Tide Head.

En février, des centaines d’abris s’installent sur la rivière gelée. Le temps de la pêche sur glace est de retour. Famille et amis se rassemblent autour d’un trou percé dans la glace pour capturer l’éperlan, et les plus fabuleuses histoires se racontent.

A Campbellton, une ville du Nouveau-Brunswick située sur les berges de la Ristigouche, le Festival du Saumon a lieu chaque année, à la fin du mois de juin.

(La rivière Ristigouche ne coule pas au Québec, mais son importance historique et actuelle nous obligent à placer l’article dans la rubrique, avec toutes nos excuses que nous présentons aux résidents de Nouveau-Brunswick).

Voir aussi :

1 commentaire

  1. Maurice Lavoie

    2012/03/22 at 3:00

    En 2009, à la boutique du parc, j’ai acheté une casquette pour contribuer à la protection du parc de Restigouche . Elle portait le nom d’un fondateur ou protecteur du parc. Malheureusement, j’ai perdu ma casquette mais je voulais me souvenir de cet homme important pour votre région. Pourriez-vous me rappeler son nom ?

    Je vous remercie.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>