Les eaux du Québec

Lac Nairne

Lac Nairne

Lac Nairne

Situé à quelque cinq kilomètres à l’ouest de la ville de Clermont et à une vingtaine de kilomètres de La Malbaie, dans l’arrière-pays de Charlevoix, sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est, le lac Nairne baigne le cœur de la municipalité de Saint-Aimé-des-Lacs. Le lac Nairne est situé à égale distance des rivières du Gouffre et Malbaie.

Cette appellation évoque la mémoire de John Nairne, né en 1731 et mort en1802, à qui le gouverneur James Murray concéda la seigneurie de Murray Bay, à l’ouest de la rivière Malbaie, en 1762. Curieusement, seule la moitié sud-ouest du lac Nairne appartient à l’ancienne seigneurie de Murray Bay, de telle sorte que la partie de la seigneurie des fonds du lac serait de propriété privée alors que la partie nord-est de ce plan d’eau, serait de propriété publique.

Notons que le lac a été officiellement désigné sous le nom Lac Nairn (sans « e ») entre 1982 et 2000, ainsi, on peut parfois voir la forme « lac Nairn » sur des sources consultées. Cet orthographe controversé est dû au fait que M. Nairne orthographiait son nom avec un « e », mais l’usage semble l’avoir amputé pour l’appellation.

Ce lac est d’environ 2,5 kilomètres de longueur et la population locale utilise les expressions Grand Lac et Grand lac Sainte-Agnès (du nom de l’ancienne municipalité), pour désigner ce plan d’eau. Ce nom a été choisi par opposition au Petit Lac, identifiant le lac Sainte-Marie qui côtoie le lac Nairne.

Des eaux de haute qualité, la température confortable de ses eaux invitent à la pratique d’activités nautiques. Le lac Nairne constitue en somme le seul plan d’eau sur la rive nord du Saint-Laurent et à l’est de la ville de Québec où la baignade est confortable et sécuritaire.

D’une superficie de 240 hectares, le lac constitue le cœur d’un bassin de drainage où on note la présence de trois autres lacs (le lac Antoine, le lac Brûlé, le lac Sainte-Marie). À lui seul, le lac Nairne draine un bassin versant de 25 kilomètres carrés dont la rivière Décharge constitue un affluent de la rivière Malbaie.

Situé au cœur de la dépression annulaire de l’astroblème de Charlevoix, le lac Nairne repose sur des dépôts fluvio-glaciaires. De fait, les plages de sables blonds présentent des pentes douces d’une largeur pouvant atteindre plus de deux cents mètres. Certaines berges sont légèrement en surplomb par rapport aux eaux sans toutefois présenter de difficultés d’accès à l’eau.

De nombreuses résidences d’été se sont établies en périphérie du lac Nairne et des lacs avoisinants. En fait, plus de la moitié des villégiateurs de Saint-Aimé-des-Lacs se sont établi sur les berges du lac Nairne qui présente de très belles plages.

Le kayac, le canoë, la planche à voile, les dériveurs, les embarcations motorisées et les motos marines sont d’usage courant au lac.

Quant à la pêche, l’omble de fontaine (Salvelinus fontinalis) est l’espèce sportive la plus prisée au lac Nairne. Elle partage les eaux du lac avec l’omble chevalier (Salvelinus alpinus), la truite rouge du Québec ou encore le citron comme l’appelle familièrement les Amélacois.

Il fut un temps où la pêche à la mouche était fort prisée au Lac Nairne. Les prélèvements souvent excessifs, la destruction de certains habitats et l’utilisation intensive du lac ont réduit la pêche à la mouche à un vague souvenir, même si quelques adeptes pratiquent toujours la pêche à la traîne.

De fait, les villégiateurs sont venus y taquiner l’omble de fontaine dès la fin du XIXe siècle. Aujourd’hui, ce lac compte plus de 250 résidences et chalets. Déjà, dans certains secteurs, on dénombre trois rangées de chalets, ce qui occasionne d’importantes pressions sur les ressources, notamment sur la qualité de la nappe phréatique.

Cependant, comme un bon nombre de propriétaires ont acquis leurs lots entre 1950 et 1970, plusieurs installations sanitaires ne sont pas conformes à la réglementation actuelle en raison d’une part de la faible superficie des terrains et, d’autre part à l’absence de normes à cette époque. Mais les études effectuées ont démontré l’excellente qualité bactériologique des eaux de baignades du lac Nairne.

La qualité bactériologique des eaux est très bonne. Le lac Nairne montre depuis quelques années des signes d’eutrophisation. On a ainsi noté un léger accroissement de la superficie des herbiers, donc de végétation aquatique, et des fonds sableux moins fermes. Certains pourraient penser que l’eutrophisation du lac Nairne est inéluctable. Heureusement rien n’est plus faux. La mise à niveau des systèmes de disposition des eaux usées dans le bassin versant de même que la conformité des productions animales aux normes environnementales réduiront les apports de phosphore et d’azote dans le plan d’eau. Par ailleurs, la mise en œuvre du programme de ré-naturalisation des rives aura des effets significatifs sur la santé du lac.

Le maintien de la biodiversité est basé sur la préservation des ressources biologiques des lieux. Au lac Nairne, l’omble chevalier est à la limite de son aire de distribution et les conditions physiques et chimiques des eaux (profondeur, température) sont à la limite inférieure de leur seuil de survie.

Il importe en outre de soustraire les espèces indigènes à la concurrence que pourrait occasionner l’introduction ou la présence d’espèces non indigènes au milieu. Parmi les espèces exogènes qui ont envahi les eaux québécoises la moule zébrée (Dreissena polymorpha) et la myriophylle à épi (Myriophyllu spicatum) occasionnent des dommages irréparables aux plans d’eau.  Le seul moyen de lutte contre ces espèces indésirables demeure la prévention.

Située en bordure du lac Nairne, entre ce lac et le lac Antoine, la Base pleine aire du lac Nairne est un camping, avec une rampe de mise à l'eau et sites rustiques (avec deux ou trois services) pour véhicule récréatif, tente-roulotte et roulotte. On y trouvera une plage, chapiteau, location de kayaks (simples ou doubles). Il s'agit d'un site idéal pour la tenue d'activités de groupes ou d'événements.

Notons finalement que le lac Nairne, par son étendue, se prête à la circulation d’hydravions. De 1920 à 1940, ce lac a servi d’aéroport à cette fin. En 1928, c’est ici que a eu lieu l’opération du sauvetage des pilotes de l'avion Bremen.

Pour en apprendre plus sur le lac Nairne, visitez le site Web de l’Association pour la protection de l’environnement du lac Nairne Inc. : lacnairne.org

lac nairne

Lac Nairne. Source de l'image : Association pour la protection de l'environnement du lac Nairne

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>