Notre cuisine

Huile végétale

Huile végétale

Huile végétale

Les huiles végétales et les acides gras font partie des produits essentiels pour assurer le bon état de notre santé.

L’une des choses primordiales est de consommer des huiles de qualité.

La plus connue est l’huile d’olive qui contient des vitamines A, D, E et K, de l’acide oléique et de l’oméga-9, ce sont ces constituants qui l’aident à mieux supporter la cuisson. Cette huile est proposée dans différentes catégories: vierge extra (qui n’est pas destinée à la cuisson), vierge extra fruitée et vierge extra douce. Elle joue un rôle actif pour pallier les problèmes artériels, hépatiques, rénaux, digestifs, cutanés et autres.

L’huile de lin est riche en Oméga-3, mais elle est difficile à conserver. Cette huile à une bonne influence au niveau cutané, hormonal, artériel, diabétique, rénal, intestinal, articulaire et autres.

L’huile de colza a un goût prononcé et c’est une source non négligeable en vitamine E qui est un antioxydant, mais elle présente une haute teneur en acide érucique. Par contre, l’huile de canola (qui est une variété de l’huile de colza) a une faible teneur en acide érucique.

L’huile de soja contient des vitamines A, D et E et de la lécithine que l’on trouve aussi dans le jaune d’œuf.

L’huile de germes de blé est la plus chère du fait de la grande quantité de blé nécessaire pour la produire. Elle possède de bonnes propriétés ré-minéralisantes et revitalisantes et elle facilite l’oxygénation cellulaire, produisant des effets anti-anémique, anti-fatigue et autres. Elle est riche en vitamines A, D et K et elle contient de l’AGPI ou oméga-6.

L’huile calophylle a une odeur particulière qui peut décourager plus d’une cuisinière et plus d’un gourmet, mais elle possède des qualités qui aident à la régénération et à la cicatrisation tant au niveau digestif qu’au niveau cutané. C’est aussi un décongestionnant prostatique, un anti-infectueux et un anti-inflammatoire oropharyngé, ainsi qu’un fluidifiant sanguin, un régénérant veineux et un protecteur capillaire. L’huile calophylle est très bonne pour le traitement des phlébites, de l’eczéma, de l’acné et elle permet d’atténuer le psoriasis. On l’utilise dans les cas d’engelures, de crevasses, d’esquarres, de vergetures, etc. Enfin, cette huile retarde l’apparition des taches de vieillesse, atténue les rides et soulage les contractions musculaires.

On pourrait parler aussi des huiles de carthame, de maïs, d’onagre, de noisette, de bourrache, d’amande douce, de pépins de courge, de pépins de raisin, etc. Toutes ces huiles ont des propriétés diverses et variées.

En général, il vaut mieux éviter de chauffer les huiles. N’oublions pas qu’une huile chauffée et raffinée perd une grande partie de ses propriétés. De plus, le raffinage utilise de nombreux solvants chimiques. En outre, plus ces huiles contiennent des acides gras polyinsaturés oméga-3 ou oméga-6 (AGPI), plus elles sont fragiles. Parmi ces huiles, on trouve les huiles de maïs, de soja ou de noix.

On peut cependant chauffer certaines huiles à basse température, telles que l’huile d’olive, l’huile d’arachide ou l’huile de tournesol sans perdre leurs qualités, mais pour la friture il est recommandé d’utiliser l’huile de palme. En tout cas, il ne faut pas surchauffer l’huile et on ne recommande pas sa réutilisation. Si, malgré tout, vous décidez de la réutiliser, il est recommandé de la filtrer afin d’enlever les particules noires qui restent présentes après la cuisson.

Les huiles sont aussi très sensibles à la lumière et à l’oxygène. Ce n’est pas un hasard si l’on fournit des flacons en verre teinté sombre pour les conserver. Entreposez-les donc à l’abri de la lumière et refermez le bouchon pour éviter le contact avec l’air.

De plus, certains diététiciens estiment préférable de conserver les huiles au froid pour diminuer l’effet oxydatif. Cela, à condition d’éviter le point de solidification des huiles qui est très proche des températures ambiantes (si on atteint ce point, des cristaux solides se forment dans l’huile). Cela ne fait pas perdre sa qualité à l’huile mais peut devenir inconfortable, même si certaines huiles sont vendues en pains solides suite à leur solidification à la température ambiante.

Il faut aussi éviter les contenants en plastique qui provoquent une réaction chimique qui nuit à la qualité de l’huile.

Noisette

Noisette. Photo : Vassil, photographie du domaine public

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>