Côte-Nord

ZICO Baie de Brador

ZICO Baie de Brador

ZICO Baie de Brador

Refuge d’oiseaux migrateurs de la baie de Brador et le site de la zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO) de la baie de Brador

Le site de la baie de Brador se situe à l’intérieur du détroit de Belle-Isle. Ce site comprend deux îles, l’île Greenly et  l’île aux Perroquets. Ces îles sont situées, respectivement, au sud-ouest et à l’ouest de la municipalité de Blanc-Sablon. Le site englobe d’ailleurs la ligne de rivage et la zone marine de 500 mètre qui entoure les deux îles.

L’île aux Perroquets est située à 2 kilomètres du village de Lourdes-de-Blanc-Sablon et l’île Greenly à 2 kilomètres au sud du même village qui fait partie de la municipalité de Blanc-Sablon.

Le territoire a une superficie de 5,59 kilomètres carrés avec seulement, un peu plus d'un kilomètre émergeant de la mer, le reste étant une bande de 500 m entourant les deux îles. Les deux îles sont au relief peu élevé d’une hauteur de 15 mètres, en moyen. L’île Greenly possède une surface rocheuse et n’est recouverte que d’une mince couche d’herbes. L’île aux Perroquets, quant à elle, présente, en plus des quelques touffes de plantes herbacées, quelques arbustes. Les eaux du secteur constituent une importante aire d’alimentation pour de nombreuses espèces de mammifères, telles que le marsouin commun, les rorquals bleu, commun et à bosse. Plus de la moitié du site est composé de bancs de sable, d’affleurements rocheux et d’eau.

Les îles Greenly et aux Perroquets abritent d’importantes colonies d’alcidés; le Macareux moine constituant l’espèce la plus nombreuse avec un nombre significatif au niveau mondial, avec plus d’une dizaine de milliers de couples dénombrés. On est d’avis qu’environ 3 % de la population de l’Atlantique pour cette espèce en Amérique du Nord s’y niche. Il s’agit d’ailleurs de la plus grande colonie au Québec.

En plus des macareux, le site héberge un nombre significatif de Petits Pingouins, avec un total de d’environ mille oiseaux. Comme dans le cas des macareux, la colonie de Petits Pingouins a déjà connu de meilleurs jours au cours des décennies passées avec jusqu’à 3000 individus rapportés durant cette période. Notons que le Petit Pingouin possède une aire de nidification restreinte à l’intérieur du Québec, ce qui fait que cette colonie est particulièrement importante pour la province.

Ensuite, deux espèces, soit le Goélands marin et le Goéland argenté, ont vu leur nombre augmenter au cours des années, avec des centaines de couples présents au total pour les deux espèces. Malheureusement, la colonie de Guillemots de Troïl, qui comptait 2500 individus en 1955, a complètement disparu depuis 1972.  Le Guillemot à miroir, qui n’avait auparavant jamais été aperçu dans le secteur, a été rapporté depuis la fin du XXe siècle.

Le braconnage, la collecte des oeufs et le dérangement des oiseaux jouent une grande part dans le déclin des colonies et c’est pour protéger les espèces qui y nichent que le site a été désigné Refuge d’oiseaux migrateurs et fait partie de la Zone d’intervention prioritaire de la côte nord du golfe du Saint-Laurent.

Le programme Zones importantes pour la conservation des oiseaux (ZICO) au Québec découle du programme international ZICO mené par Birdlife International. Ce programme vise à identifier, surveiller et protéger les habitats essentiels pour la conservation de la faune aviaire et de la biodiversité sur l'ensemble de la planète. Birdlife International œuvre au Canada depuis 1996, via les partenaires nationaux que sont Nature Canada et Études Oiseaux Canada. Au Québec, Nature Québec coordonne le programme ZICO depuis 2000.

Au Québec, Il existe environ cent sites ZICO et Nature Québec assure l'accomplissement de la mission du programme ZICO telle qu'énoncée par Birdlife International. La mission essentielle de Nature Québec est la protection de la nature et le maintien de la biodiversité. Ce projet se base sur l’identification de nouveaux sites afin de couvrir les habitats qui n'ont pas été représentés lors de la première sélection des ZICO ; la coordination d'un réseau de suivi des ZICO (via le projet Gardiens des ZICO) ; la promotion du programme et le soutien à la réalisation d'actions de conservation et de sensibilisation dans les ZICO. Grosso modo, le programme vise à éveiller la conscience environnementale de la population et contribue à faire découvrir la valeur écologique, et souvent économique, des sites naturels existant dans les communautés locales.

Les gardiens de ZICO assurent aussi ce rôle de suivi. Bénévoles actifs impliqués dans le programme ZICO, les gardiens sont les sentinelles de ces écosystèmes. Membres d'une association, d'un organisme local ou simples citoyens, ils effectuent le suivi de l'état de leur ZICO. Ils surveillent les changements relatifs aux populations d'oiseaux et les menaces qui pèsent sur le site et ils informent Nature Québec de ces changements et de ces enjeux pour la conservation, et contribuent ainsi à la mise à jour des fiches descriptives des ZICO. Ils peuvent également réaliser des activités de sensibilisation.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>