Côte-Nord

Les Îles Pèlerins

Les Îles Pèlerins

Les Îles Pèlerins

L’archipel des îles Pèlerins se trouve sur le fleuve Saint-Laurent, à une douzaine de kilomètres au sud-ouest de la Pointe de la Rivière-du-Loup, presque en face de Saint-André de Kamouraska.

Le groupe des Îles Pèlerins est composé de cinq îles: Le Gros Pèlerin, Le Petit Pèlerin, Le long Pèlerin, Le Pèlerin du jardin et Le Pèlerin du milieu. L’archipel s’étire sur plus de sept kilomètres. En observant ces îles de loin, on a du mal à les imaginer grouillantes de vie. Pourtant, la colonie de petits pingouins des îles Pèlerins est la plus importante de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent.

  • L’île du Gros Pèlerin est située à l’est. Cette île est composée d’une roche grise couverte de gazon. Elle présente de nombreuses collines d’une hauteur de près de 70 mètres et un phare y est installé.
  • L’Île Pèlerin du milieu est assez peu boisée et elle culmine à environ 55 mètres.

Ces îles sont remarquables par le curieux effet de mirage qu’elles produisent certains étés et qui est fort admiré des marins et des voyageurs. L’amiral Bayfield a décrit ces mirages qu’il a spécialement étudié dans ces parages. Le Dr. William Kelly a publié à ce sujet des articles publiés par la Société Historique de Québec dans les années 1930. Le docteur Kelly a démontré que le mirage est le résultat du contact entre un air plutôt chaud avec la surface froide de l’eau. En effet, c’est surtout durant les mois de juillet et d’août que le phénomène se produit.

Historiquement, les Îles Pèlerins furent concédées le 11 mai 1697 par le gouverneur Frontenac à Jean-Baptiste-François Deschamps de la Bouteillerie, et aux sieurs Etienne Laudron et Louis de Niort pour y organiser la pêche et la chasse aux loups marins. En effet, à l’époque les loups marins abondaient dans ces parages.

Les Pèlerins constituent des blocs massifs formés de quartzites. Le côté nord-ouest des trois îles est coupé à pic, rendant l’accès impossible. Les rochers sont fendus et troués en tous sens, offrant ainsi aux habitants ailés des abris à peu près inviolables.

La rive sud-est est plus basse et permet aux arbres d’atteindre une certaine hauteur donnant ainsi l’hospitalité aux petits oiseaux. Les rochers exposés aux vents sont en partie couverts de mousses, de genévriers, de canneberges et d’autres arbustes. Les arbres, tels que bouleaux, mélèzes, sapins, épinettes, croissent du côté sud-est. Il est inutile d’ajouter que ces arbres n’atteignent jamais une grande hauteur car les vents balayent continuellement tout ce qui peut favoriser leur croissance. Les oiseaux aquatiques qui y nichent sont le guillemot noir, vulgairement nommé pigeon de mer, le pingouin ordinaire nommé aussi godes, le goéland argenté, l’eider d’Amérique ou moyac/moniac, et le cormoran à aigrettes.

Les îles Pèlerins abritent encore bien d’autres oiseaux tels que le plongeon à collier, la sterne commune, le harle d’Amérique, le canard noir, la sarcelle, la macreuse veloutée, la maubèche, le grand héron bleu, le héron de nuit, le morillon à tête noire et une vingtaine d’autres espèces d’oiseaux de passage.

L’archipel Les Pèlerins est un site préservé et aucun débarquement n’y est permis.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>