Conseils pratiques

Conseils pour les jeunes consommateurs

Conseils pour les jeunes consommateurs

Conseils pour les jeunes consommateurs

Dépensez-vous judicieusement votre argent? Pour vous aider à échapper aux pièges qui guettent les consommateurs, voici quelques conseils pratiques. Ces conseils vous aideront à prendre des décisions éclairées et en obtenir plus pour votre argent.

D’abord, planifiez: En planifiant ce que vous dépenserez et ce que vous épargnerez, vous atteindrez plus rapidement vos objectifs financiers et vos objectifs de consommation. Un processus planifié de prise de décision vous aidera à utiliser à mieux votre argent, votre temps, vos compétences et vos efforts.

L’argent est l’une de plus importantes ressources que vous avez, mais l’argent peut causer beaucoup de problèmes s’il est mal géré. Alors :

  • Fixez-vous des objectifs financiers et efforcez-vous de les atteindre. Se fixer les objectifs aide à déterminer les priorités pour dépenser les ressources en temps, en énergie, en argent, ainsi qu’à comprendre si les objectifs sont mesurables et atteignables.
  • Consignez ce dont vous avez besoin et ce que vous voulez pendant les quelques mois qui viennent, pendant l’année qui vient et dans l’avenir plus éloigné.
  • Songez à consigner comment vous avez atteint vos objectifs et combien vos objectifs coûteront.
  • Déterminez ce que vous devez faire pour atteindre vos objectifs – par exemple, modifier vos habitudes d’épargne et de dépense.
  • Assurez-vous de ne pas dépenser plus que ce que vous gagnez;
  • Économisez de l’argent tous les mois pour couvrir les dépenses imprévues et les événements spéciaux (repas aux restaurants, magasinage, anniversaires, voyages imprévus, etc.)
  • Bien gérer le crédit que vous possédez. Finalement ça paie toujours de comprendre les lois qui régissent les transactions.
  • Cela peut vous faire économiser de l’argent et vous éviter les ennuis.
  • N’oubliez pas que ce sont les lois qui renferment des dispositions sur plusieurs facettes de vos transactions.
  • La publicité fausse ou trompeuse est interdite; Les pratiques commerciales déloyales sont illégales.
  • Il existe des normes de conduite pour les secteurs précis; Parfois, vous avez le droit d’annuler un contrat.
  • Le vendeur est obligé d’inclure des renseignements précis dans le contrat.
  • Il existe des pénalités pour les entreprises qui ne respectent pas les lois.

Cependant, n’oubliez pas que les lois sur la consommation ne couvrent pas toutes les transactions et qu’au fait, le consommateur n’a pas toujours raison.

commerce jeux

 La bêtise a ceci de terrible qu’elle peut ressembler à la plus profonde sagesse. (Valéry Larbaud (1881-1957), écrivain français. Fermina Marquez). Photo : © Grandquebec.com

Interac

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante préconise qu’au lieu de payer avec la carte de crédit, les clients des magasins devraient payer avec Interac ou tout simplement comptant autant qu’ils le peuvent. Selon la FCEI, c’est le meilleur moyen de lutter contre les frais cachés et c’est pourquoi la fédération vante auprès des consommateurs les avantages du paiement direct ou comptant.

En effet, la plupart des consommateurs ne se doutent pas que vous utilisez votre carte de crédit, le commerçant paie entre 1,5% à 3% du montant de la vente à la société de carte de crédit. La même transaction coûte beaucoup moins au commerçant lorsqu’elle est effectuée par débit avec Interac. Le mode de paiement avec la carte de crédit a toujours été assorti de frais extrêmement élevés et, au bout du compte, cela se traduit par un impact sur les prix affichés dans les commerces, bref, par une hausse de prix.

Il ne s’agit pas de faire bannir les cartes de crédit, mais de comprendre que les programmes de récompenses offerts par les cartes de crédit et qui offrent un grand nombre de points font monter les prix à la caisse pour compenser les coûts accrus. Chaque service de couverture, de règlement par la carte de crédit, chaque facilité de crédit sont accompagnés par les frais cachés payés par les commerçants et ce sont de petits commerces qui en soufrent…

Selon le Bureau de la concurrence du Canada, au total, les commerçants paient environ 5 milliards de dollars de frais par an pour accepter les cartes de crédit. Alors, un geste volontaire aurait un impact réel sur le commerce et ce serait un incitatif pour encourager les commerçants.

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *