Chaudière-Appalaches

Phare Le Pilier de Pierre

Phare Le Pilier de Pierre

Phare Le Pilier de Pierre

Le phare du Pilier de Pierre, situé au large de Saint-Jean-Port-Joli fait partie du patrimoine maritime du fleuve Saint-Laurent, témoignant de l’histoire de la navigation au cours des XIXe et XXe siècles.

Le phare du Pilier de Pierre a été érigé en 1843 avec des pierres taillées en Écosse par des prisonniers. Il est installé sur un îlot rocheux, abrupt et dénudé qui se trouve à environ 5 kilomètres au sud-ouest du quai de Saint-Jean-Port-Joli.

C’est dans les années 1830 que des compagnies maritimes demandent à l’Assemblée du Bas-Canada d’établir un phare à l’entrée de la Traverse dans le fleuve Saint-Laurent afin de rendre la navigation de cet étroit chenal exempte de tout danger.

En 1842, la Maison de la Trinité de Québec, ayant amassé les fonds nécessaires, en entreprend la construction. Les travaux de la tour et la mise en place du fanal, ainsi que de l’appareil d’éclairage sont complétés vers le milieu de 1843.

Le phare du Pilier de Pierre, d’une altitude d’environ 16 mètres de la base à la girouette, est une tour en pierre calcaire.

En 1913, le phare du Pilier de Pierre et la maison du gardien sont détruits par un incendie. Il est reconstruit et reprend du service presque immédiatement.

Le Phare du Pilier de Pierre est toujours utilisé.

En 2006, les travaux de réfection du Phare du Pilier de Pierre ont été réalisés grâce à une aide financière de 45 000 $ de Pêches et Océans Canada. On a refait les joints des pierres, remplacé les fenêtres et la porte de la tour ainsi que les vitres de la coupole et effectué d’autres travaux mineurs. Des panneaux d’interprétation ont été installés à la halte routière, sur la route 132, à Saint-Jean-Port-Joli.

Remarquons qu’on peut trouver d’autres points d’intérêt aux alentours du phare. En effet, au sommet du rocher, à l’est, une sculpture est installée qui ornait jadis la proue d’un navire de nationalité inconnue et qui a péri dans ces parages. Cette sculpture ressemble à la tête d’un Hindou. Elle fut trouvée sur les battures de l’île-aux-Oies et placée au Pilier.

Voir aussi :

2 Comments

  1. Lucette Fournier

    2011/02/25 at 6:25

    J’aimerais savoir ce que faisaient les gardiens de phare. Quelle sorte de travail?

    Quelle formation avaient-ils?

    Merci de bien vouloir me renseigner.

    L. Fournier

  2. M-C Bois

    2013/03/19 at 10:57

    Mon arrière-arrière-grand-père, François Giasson fût gardien de se phare de 1920 à 19??. Avant d’occuper cet emploi, il possédait une ferme à St-Pamphile.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>