Chaudière-Appalaches

Parc linéaire Monk

Parc linéaire Monk

Parc linéaire Monk

En 1903, le gouvernement fédéral autorise le National Transcontinental à construire un chemin de fer vers l’Est du Canada, de Winnipeg à Moncton. La Commission des chemins de fer, précurseur de l’Office National des Transports, supervise alors le projet, et elle exige des pentes maximales de 0,6 %, proscrit les courbes serrées et demande d’implanter des gares tous les 5 à 6 milles, afin d’encourager l’établissement de colons aux alentours de la future voie ferrée.

Dès 1905, des ouvriers construisent des ponts, remblaient les dépressions et posent les rails sur les dormants. Autour de 300 immigrants italiens dressent la voie à l’aide d’explosifs… On complète la section Est le 17 novembre 1913. Les gares sont construites et le gouvernement en confie l’exploitation au Canadian Northern Railway.

Le tronçon Monk avait pour but de combler les carences de la région en infrastructures routières, notamment pour l’exploitation forestière. Sa construction se termine en 1914, l’année où meurt Frederick Debartzch Monk (1856-1914), un ancien ministre canadien des Transports, ainsi, en 1915, on inaugure le nouveau chemin de fer sous l’appellation « Monk ». Dès le début de la Seconde guerre mondiale, ce chemin est utilisé par un grand nombre de convois de matériel militaire à destination des ports de l’Atlantique. À l’inverse, les chargements de bauxite et de charbon évitent les menaces sous-marines du golfe Saint-Laurent et sont désormais transportés par le tronçon Monk jusqu’aux usines. Boudée comme ligne principale vers les Maritimes, cette voie restera fréquentée par les trains de passagers de VIA Rail jusqu’en 1979.

La fermeture d’une partie de la voie en 1985, puis l’abandon de l’exploitation du secteur Sainte-Claire/Pelletier Station en 1987, ont incité le ministère des Transports à acquérir les emprises des voies ferrées désaffectées pour conserver leur intégrité. Dès 1997, les cinq MRC touchées par le tronçon Monk, soit Bellechasse, Montmagny, L’Islet, Kamouraska et Témiscouata réalisent une étude de faisabilité d’utilisation du tronçon comme piste cyclable. Le travail effectué par un comité provisoire débouche sur l’incorporation de la Société du Parc linéaire Monk, le 3 juin 1998. Le bail de location de l’emprise, d’une durée de 60 ans, est signé par les différentes MRC le 10 décembre 2002.

En 2005, le Conseil des maires de la MRC de Bellechasse donne son accord au projet de piste cyclable et de quad qui consiste en la mise en place d’une piste de Saint-Henri jusqu’au parc des chutes d’Armagh. Le contrat de construction est signé le 8 avril 2008 et les travaux se font de mai à octobre. D’une longueur de 74 kilomètres, la piste touche directement huit municipalités : Armagh, Saint-Anselme, Sainte-Claire, Saint-Damien, Saint-Henri, Saint-Lazare, Saint-Malachie et Saint-Nérée. La piste longe la rivière Etchemin du Nord au Sud et relie ses grands axes routiers, soit la 277, la 279 et la 281. Sept aires de repos permettent aux citoyens d’y avoir accès et de se détendre.

Aujourd’hui, le parc linéaire Monk est d’une longueur de 226 km, comprise entre Pohénégamook (limite est) et Saint-Anselme (limite ouest). Ce territoire, situé sur les contreforts des Appalaches est à mi-chemin entre la frontière du Maine et les rives du Saint-Laurent. Cette ancienne emprise ferroviaire traverse les régions administratives du Bas-Saint-Laurent et Chaudière-Appalaches, cinq MRC et vingt municipalités riveraines. La piste est la même que celle qui passe à Bras d’Apic.

Le parc linéaire Monk est en voie de devenir le plus long parc linéaire au Québec et le deuxième au Canada. La beauté des paysages et la richesse de l’histoire sont au nombre des attraits qui attirent les usagers du tronçon. La motoneige circule l’hiver (Trans-Québec 35) et pour les trois autres saisons, le parc a été aménagé et construit pour une autre utilisation : le Quad.

Cette piste permet d’accéder au cœur des forêts publiques de la région, la faune y est abondante et variée et les chasseurs peuvent, depuis toujours, pratiquer leur activité préférée.

Enfin, il est à noter que l’accès au parc linéaire Monk est limité aux Quadistes et qu’aucun autre véhicule moteur n’y est permis.

Halte Bretagne

Halte Bretagne

Parc linéaire Monk, halte Bretagne

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>