Chaudière-Appalaches

Maison Étienne-Paschal-Taché

Maison Étienne-Paschal-Taché

Lieu historique Maison sir Étienne-Paschal-Taché

Construite en 1821 et 1830, la Maison sir Étienne-Paschal-Taché témoigne de la vie de l'un des Pères de la Confédération canadienne, qui fut également médecin et Premier ministre sous le Canada-Uni.

L’exposition permanente « Une vie de dévouement » est d’ailleurs consacrée à sa vie et à son oeuvre.
Cette maison, sise au 37 avenue Sainte-Marie, est un exemple du style néo-classique en vogue chez les bourgeois de la campagne dans le second quart du XIXe siècle.

En mars 1821, Marcel Fortin, maître charpentier de renom dans la région de Montmagny, obtient le contrat de « faire et parfaire et cela, le plus rapidement qu’il lui est possible de le faire » la future demeure du docteur Taché, qui vient tout juste de s’établir comme médecin dans sa paroisse natale de Saint-Thomas-de-Montmagny après sa formation comme médecin.

À la demande du couple Taché, cette demeure doit être réalisée « à la mode canadienne » et doit être « enfigurée à la classique ». L’ensemble des travaux est terminé à l’automne 1830.

En 1855, alors que le docteur Taché est Premier ministre du Canada-Uni et qu’il songe à une retraite bien méritée, il fait agrandir la maison vers l’est. De plus, il fait construire au sud une véranda et agrémente le versant nord de la maison de  l’une des deux tourelles.

Au départ de la famille Taché en 1883, la maison change de propriétaire à quatre reprises : les Lavergne, les Létourneau, les Michaud et les Proulx deviennent tour à tour ses résidents.

Finalement, la Ville de Montmagny s’en porté acquéreur en 1990. Le peintre de renommée internationale, Jean-Paul Riopelle, y demeure de 1991 à 1993.

À la suite de l’acquisition par la ville, la maison subit d’importants travaux de restauration qui permirent de retrouver ses parements extérieurs et intérieurs ainsi que ses volumes de 1855.

Pour sa valeur patrimoniale unique, on attribue à cette résidence le titre de Monument historique en 1962. Par la suite, en 1996, la demeure est désignée en tant que Lieu historique national du Canada.

La maison est ouverte aux visiteurs depuis 1996. Des guides-interprètes se feront un plaisir de vous accompagner dans la découverte de ce personnage et de son époque. Cette maison historique offre également des salles vouées à la présentation d’expositions ponctuelles. On peut y acheter d’ailleurs la bande dessinée BD à colorier relate la vie de milicien d’Étienne-Paschal Taché, un outil sympathique pour découvrir ce personnage.

Biographie d’Étienne-Paschal Taché

Fils de Charles et de Geneviève Michon, Étienne-Paschal Taché vit le jour à Montmagny le 5 septembre 1795. Très jeune, il quitte sa famille pour aller travailler à Québec. À 17 ans, il rejoint son frère en s’engageant comme milicien lors de la guerre de 1812-1815 contre les États-Unis. Il participe alors aux batailles de la Châteauguay et de Plattsburgh. Ainsi, à la fin de la guerre en 1815, il entreprend sa formation en médecine auprès de Marc Fabre Laterrière qui était l’un des chirurgiens de son bataillon. Pendant trois ans, il sera l’apprenti du Dr Laterrière à Québec. À son retour à Québec, il unit sa destinée à Sophie Morency le 18 juillet 1820.

Convaincu de la pertinence d’un mouvement pour la reconnaissance des Canadiens-Français, Taché ne baisse pas les bras à la division du parti Patriote. En 1841, il quitte la médecine et il est élu comme député du Comté de l’Islet, en tant que représentant d’un groupe qui prendra plus tard la désignation de «Parti Réformiste». Cette implication, combinée à l’influence de son voisin et ami Jean-Charles Létourneau, l’amène à prendre une part active au sein du mouvement patriote. Contre la prise des armes, il ne participe pas aux rébellions de 1837-1838.

À partir de ce moment, et jusqu'à sa mort, Étienne-Paschal Taché consacre ses énergies à la défense et à la sauvegarde des institutions et des intérêts des Canadiens-Français.

Jouissant d’une renommée enviable d’homme sincère, à la fois engagé et déférant, les instances gouvernementales font alors appel à lui pour occuper différentes charges administratives importantes : adjudant-général des milices du Canada-Est, conseiller législatif et exécutif, receveur-général, commissaire des travaux publics.

Enfin, dans un Canada-Uni au bord d’une guerre civile, il occupe, à deux reprises, le poste de premier ministre, soit en 1855-1856 et en 1864-1865.

Il consacre la dernière année de sa vie à son plus grand et prestigieux projet ; la confédération des provinces de l’Amérique du Nord Britannique.

Malgré ses 69 ans, en plus de ses charges de premier ministre et de ministre de la milice et des finances, il accepte le rôle de président des Conférences de Québec qui jetèront les bases du plan confédératif. Par la suite, à titre de premier ministre, il a à défendre ce projet en chambre. Après une attaque de paralysie, il est forcé de se retirer de la vie publique.

Il s’éteint à Montmagny le 30 juillet 1865, sans connaître l’aboutissement du projet pour lequel il s’est battu jusqu'au bout de ses forces.

En 1862, il est nommé commandeur de l’Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand (classe militaire) par le Souverain Pontife Pie IX.

Pour en apprendre plus sur le Lieu historique la Maison Étienne-Paschal-Taché, rendez-vous au site Web : ville.montmagny.qc.ca/maisontache

maison taché

Maison Étienne-Paschal-Taché, source de l'image : Page Web du lieu historique Sir Étienne-Paschal-Taché

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>