Chaudière-Appalaches

L’Île-à-Deux-Têtes

L’Île-à-Deux-Têtes

L’Île-à-Deux-Têtes

Cette île est la plus grande des six petites îles de l'archipel de l’Isle-aux-Grues. L’Île-à-Deux-Têtes est boisée sur toute la superficie et, à la différence d’autres îles de l’archipel, elle ne possède pas de battures favorables à la chasse.

Les petites îles comprennent les îles suivantes :

  • L’île-aux-Corneilles,
  • L’île-à-Durand,
  • L’île-à-Deux-Têtes,
  • L'île Longue,
  • L’île-du-Cheval,
  • L’île Ronde (connue comme Picron ou Pic Rond).

L’Île-à-Deux-Têtes est d’une longueur d’environ 1,3 kilomètres et d’une largeur maximale de 700 mètres, mais elle présente un pourtour irrégulier.

Deux monticules boisés d’une trentaine de mètres de hauteur, situés au nord et au sud de l’île lui ont valu le nom d’Île-à-Deux-Têtes.

Vu du nord-ouest, le profil de cette terre rappelle les deux bosses d’un chameau. Les résidents des parages l’appellent aussi Île à Deux Cabourons. Ce terme local désigne une souche pourrie ou une roche cachée.

L’Île-à-Deux-Têtes apparaît sur les cartes de navigation dès le XVIIe siècle, la graphie utilisée était cependant Isle à Deux Testes. Dès la fin du XVIIIe siècle, on la connaissait comme Two Heads Island. En tout cas, sa position dans le chenal menant à Québec en a toujours fait un point de repère important.

L’Île-à-Deux-Têtes a appartenu au notaire Louis Bernier qui résidait au Château-Richer et qui possédait la fameuse Grosse-Île ou l’île de Quarantaine, mais dès 1830, le propriétaire la vend aux cultivateurs Honoré Jacques et Joseph Saint-Pierre, résidents tous les deux de l’Isle-aux-Grues, où ils louent des terrains sans possibilité de les acquérir et sans doute veulent-ils devenir propriétaires de terres. Elle change de propriétaire au fil des ans et en 1960, Monsieur et Madame Yvon Rousseau l’acquièrent et y construisent un beau chalet en bois rond.

L’île a toujours été inhabitée et servait surtout de réserve de bois de chauffage pour les résidents de l'Île-aux-Grues. L’été, on y transférait des bêtes qui y pacageaient pendant toute la saison et qu’on allait récupérer en septembre.

Malgré qu’elle n’a jamais été habitée, l’histoire de l’Île-à-Deux-Têtes a été bien connue au Québec vers la fin du XIXe siècle. En effet, l’écrivain V.-Eugène Dick s’est inspiré de cette île pour la choisir comme lieu d’action dans son roman populaire L’Enfant Mystérieux, paru en 1880, qui est considéré par des historiens comme un modèle du roman populaire canadien.

L’un des personnages, un jeune homme du nom d’Antoine Bouet y cherche un trésor enfoui mais y trouve plutôt un hors-la-loi avec lequel il trame l’enlèvement de sa nièce orpheline Anna, obstacle à un héritage qu’il attend après la disparition de son frère Pierre. La jeune fille est séquestrée sur l’île par Antoine, « ce satané corbillard » (le juron favori d’Antoine Bouet) jusqu’à ce que son fiancé Jean Hamelin la découvre en s'y livrant à la contrebande.

Ensuite, il y a place pour une vieille sorcière, pour la réapparition heureuse du bon Pierre Bouet, des combats à mains nues, une mystérieuse grotte, habitée par un vieillard Montagnais du nom de Tamahou (les indiens n’étant pas à la mode à l’époque, ce vieux savant amérindien est un personnage sinistre). On assistera ensuite à la réapparition du père de la jeune fille qui n’est autre que (ah surprise !!) Lord Walpole, arrivant en direct de Londres dans son somptueux yacht.

Finalement, Antoine Bouet se pend, les vilains meurent (à l’exception de Tamahou qui se sauve pour faire une autre réapparition dans la suite, sans doute), Jean Hamelin épouse Anna. Bref, il eurent beaucoup d’enfants et furent très heureux, mais cette conclusion est la nôtre.

Toute une histoire qui fit battre les cœurs des Québécois pendant des années avec tous le éléments indispensables au roman feuilleton. Et répétons-le, c’est l’Île-à-Deux-Têtes qui a été choisie comme le lieu de cette action et c’est pourquoi elle a été un grand lieu de pèlerinage de familles entières pendant des décennies.

L’écrivain V.-Eugène Dick a publié aussi Le Roi des Étudiants et Un Drame au Labrador qui ont connu un grand succès à l’époque, mais qui sont tombés dans l’oubli depuis.

Notons finalement qu'on nous a signalé que l`Île a deux têtes a été acquise par Daniel Laprise (fondateur des Maison Laprise) en 2012. Il y a d'ailleurs maintenant un quai de 40 pied sur le coté Sud de l'île (v. les commentaires).

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>