Chaudière-Appalaches

Gaz naturel à Saint-Flavien

Gaz naturel à Saint-Flavien

Gaz naturel à Saint-Flavien

La municipalité de Saint-Flavien, dans la région de Chaudière-Appalaches, se caractérise par la présence des gisements du gaz naturel et par la présence du réservoir souterrain le plus grand sur le territoire du Québec.

Le site foré pour la première fois en 1972 par la compagnie SHELL. La Société québécoise d’initiative pétrolière (SOQUIP) a par la suite pris la relève en 1975 en retournant dans le puits. À la suite de travaux de stimulation, la SOQUIP a démontré une possible production commerciale du gaz naturel.

Durant plusieurs années, ce gisement n’était pas relié au réseau gazier. Le gaz naturel ainsi produit était acheminé aux utilisateurs par fardiers. Le site a été exploité commercialement de 1980 à 1994 par SOQUIP après avoir produit 160 millions mètres cube.
C’est la compagnie Intragaz qui prend la relève en 1997. Cette compagnie offre ses services à Gaz Métro, le principal distributeur de gaz naturel au Québec, en vertu de contrats à long terme. L’entreprise se spécialise dans le stockage du gaz naturel et possède et exploite les deux seuls sites de stockage souterrain de gaz naturel au Québec. Ces sites de stockage ont été développés à partir des deux seuls gisements épuisés ayant été découverts au Québec soit Pointe-du-Lac, sur la rive nord près de Trois-Rivières, et Saint-Flavien, dans Chaudière-Appalaches.

Le réservoir de stockage souterrain Saint-Flavien a vu le jour en 1997 après six années de développement. Ce site se distingue par son volume utile plus élevé, par une très faible perméabilité et une faible porosité, lui conférant une faible réactivité en injection.
Ce réservoir se trouve à une profondeur d’environ 1500 mètres dans une zone géologique chevauchée. Il produit sur deux niveaux (dolomie B à 1500 m et dolomie C à 1 650 m). Les caractéristiques du réservoir de Saint-Flavien font en sorte qu’il faut environ 200 jours pour le remplir.

Par conséquent, il s’agit d’un site de stockage saisonnier, c’est-à-dire que le volume utile est soutiré (ou « cyclé ») une seule fois par année à cause du temps requis pour la réinjection.

Malgré des défis importants, la conversion du gisement épuisé de Saint-Flavien en sites de stockage souterrains a été couronnée de succès. Gaz Métro et ses clients bénéficient donc d’un outil de stockage fiable et performant situé au Québec.

La capacité actuelle de volume utile de Saint-Flavien du site de stockage d’Intragaz a été atteinte en 2007. Toutefois, le site a encore un certain potentiel de développement. La nature des travaux consisterait essentiellement à raccorder des puits existants, à forer et raccorder de nouveaux puits et à ajouter de la capacité de compression.

Grosso modo, pour développer des sites de stockage souterrain de gaz naturel ou pour rechercher des hydrocarbures, il faut faire de l’exploration, c’est-à-dire rechercher les endroits où l’architecture du sous-sol recèle des structures favorables. À Saint-Flavien, les travaux d’exploration et les premiers forages recensés remontent à la fin du XIXe siècle. Ces travaux ont permis de mieux comprendre la géologie complexe du Québec et ils ont mené à la production des champs gaziers.

La principale technique utilisée dans la recherche de réservoirs souterrains est la réflexion sismique. C’est une méthode de prospection qui permet de visualiser les structures géologiques en profondeur, grâce à l’analyse des échos d’ondes sismiques réfléchies.

Les techniques modernes de forage permettent de forer en déviation à partir d’un seul point. Les puits peuvent être déviés et même creusés comme galeries souterraines horizontales.

Intragaz notamment a développé une expertise dans les forages horizontaux puisque le stockage de gaz de Saint-Flavien a été développé et est exploité en majorité à partir de six puits horizontaux.

Le site de Saint-Flavien est très complexe géologiquement et est exploité avec onze puits d’injection et de soutirage, dont 6 sont des puits avec drains horizontaux totalisant près de 8 km.

Les sites d’Intragaz sont à la fine pointe de la technologie. Les systèmes de contrôle et de surveillance sont aptes à détecter et retransmettre toute situation anormale, en plus de déclencher automatiquement les dispositifs de mise en sécurité sur les sites.

Voir aussi :

  • Municipalité de Saint-Flavien

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>