Chaudière-Appalaches

Église de Sainte-Germaine

Église de Sainte-Germaine

Église de Sainte-Germaine

L’église de Sainte-Germaine se trouve dans la municipalité de Lac-Etchemin qui est située dans la région administrative des Chaudière-Appalaches. Cette église catholique date de l’an 1895 et le bâtiment a été construit par M. Joseph Saint-Hilaire, un entrepreneur très connu de Notre-Dame-de-Sainte-Germaine. En fait, la décision de bâtir l’église avait été prise en 1891, mais il a fallu un certain temps aux paroissiens pour réunir l’argent nécessaire.

Cette église, sise sur une petite colline, demeure l’une des bâtisses les plus anciennes de la région, même si elle a subi des transformations au fil des ans. En 1941, elle a été agrandie et en 1997, l’extérieur a été rénové dans un style plus «moderne».

Le revêtement de la façade principale de l’église, ainsi que les murs, sont en bois. L’église possède une nef à trois vaisseaux et des tribunes arrière, latérales et dans le chœur.

L’orgue Casavant Frères de Saint-Hyacinthe, fabriqué en 1936, y est installé.

L’adresse de l’église de Sainte-Germaine :

195, 2e avenue
Lac-Etchemin
G0R 1S0

Téléphone : 418  625 3381

Église de Sainte-Germaine

Église de Sainte-Germaine. Photo : © lieuxdeculte.qc.ca.

Canton de Ware

Situé à moins de 20 km au nord-ouest de la frontière canado-américaine, ce canton irrigué par la rivière Famine, tributaire de la rivière Chaudière, est limité au nord-ouest par la sinueuse rivière Etchemin dont l’une des sources, portant le même nom, en arrose la partie centre-ouest. Quelques lacs de faibles dimensions ponctuent ici et là ce relief appalachien dont les ondulations culminent au sommet nommé Le Morne, à 640 m d’altitude, alors que le niveau du lac Etchemin se situe autour de 380 m.

Dispersée en quelques endroits, la population se concentre néanmoins dans le village de Sainte-Germaine-Station et dans la ville de Lac-Etchemin. L’arpenteur William Ware, en l’honneur duquel cet espace géographique a été nommé, est probablement né en 1800 et décédé vraisemblablement en 1856, année où il a cessé de pratiquer sa possession.

Reçu arpenteur en 1821, il a demeuré à Frampton, de 1823 à 1826. En 1825, Ware fut désigné par les autorités du Bas-Canada pour explorer la région et tracer une route à partir du canton de Frampton jusqu’aux sources de la rivière Saint-Jean.

Cette mission fut accomplie du 13 juin au 2 juillet en compagnie de deux Blancs et de quatre Indiens. Jugée insuffisante, l’exploration fut complétée en 1828 par William Henderson, qui proposa le nom de Ware pour désigner le canton. Dans son rapport, Henderson écrivait : « il n’est pas de pays plus propre à une fondation que les environs du lac Etchemin… c’est là que l’on devrait fonder une ville. » Les premières concessions se firent en 1830. Le greffe d’arpenteur de William Ware couvre les années 1821-1856 et il a été déposé aux Archives nationales du Québec, à Québec. Année de la proclamation du canton : 1835.

Voir aussi :

1 Comment

  1. France Drouin

    2017/01/06 at 11:22 pm

    n’ai pas réussit, malgré beaucoup d’effort de trouver l’horaire de offices dominicales pour ce dimanche le 8 janvier. je n’ai rien trouvé pour quelques semaines que ce soit.

    Dommage, nous sommes dans la région pour le week-end et nous aurions beaucoup apprécié assisté à la messe.

    il serait peut-être opportun de mettre ces informations plus accessible.

    Merci<<

    France Drouin

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *