Charlevoix

Pointe-au-Pic

Pointe-au-Pic

Pointe-au-Pic

Situé sur le bord du fleuve, Pointe-au-Pic, dans Charlevoix, est le berceau de la villégiature au Canada. Cet endroit a su attirer très tôt les bourgeois bien nantis de la grande société nord-américaine, à la recherche de calme, d’air pur et de beauté.

La localité doit son nom à la pointe que domine une montagne (un pic) au sud-ouest de La Malbaie.

Au XIXe siècle, la villégiature et le tourisme prennent une grande importance pour l’économie de Charlevoix et c’est à cette époque que Pointe-au-Pic acquiert une renommée internationale comme site de villégiature. Des hôtels, des auberges et des villas se construisent et le village se trouve au coeur de la célèbre Ligne de Saguenay, opérée par la Richelieu & Ontario puis, au XXe siècle, par la Canada Steamship Lines.

Des villégiateurs protestants se font construire une chapelle à Pointe-au-Pic en 1867. Les plans de la chapelle sont réalisés par un architecte Scott. Le bâtiment de la chapelle n’a presque pas été modifié depuis cette date. Toutefois, construite en bois à l’extérieur, la chapelle est recouverte d’un revêtement de pierre en 1909. Notons que la construction de la chapelle n’est pas facile. Le curé de La Malbaie fait même pression sur les ouvriers catholiques embauchés afin qu’ils refusent de travailler à l’érection d’un temple protestant dans sa paroisse.

Le clocher de pierre de cette chapelle est remarquable. On y retrouve aussi de magnifiques vitraux et des plaques commémoratives en l’honneur de nombreux estivants ayant contribué à la construction et à l’entretien de la chapelle.

En 1876, le quatrième club de golf du Canada, le Murray-Bay Golf Club, est fondé à Pointe-au-Pic.

La municipalité de Pointe-au-Pic est constituée par détachement de celle de la paroisse de Saint-Étienne-de-la-Malbaie en 1898.

En 1917, l’église Sacré-Coeur-de-Jésus de Pointe-au-Pic est érigée selon des plans de l’architecte Jean-Pierre Ouellet.

pointe_au_pic

Pointe-au-Pic. Photo : © André Malacket, Musée de Charlevoix

C’est en 1995 que les municipalités de La Malbaie et de Pointe-au-Pic se fusionnent pour former la municipalité de La Malbaie-Pointe-au-Pic, mais en 1999 le regroupement des municipalités de Saint-Fidèle, Rivière-Malbaie, Cap-à-l’Aigle, Sainte-Agnès et La Malbaie-Pointe-au-Pic a lieu. La nouvelle ville prend le nom de La Malbaie.

À Pointe-au-Pic, le prestigieux hôtel Fairmont Le Manoir Richelieu, voisiné par le Casino de Charlevoix, surplombe le Saint-Laurent du haut de sa falaise. Ce manoir, érigé en 1898, constituait le coeur de la Ligne du Saguenay.

Non loin, érigé sur le site enchanteur qu’est le Havre de Pointe-au-Pic, le Musée de Charlevoix réserve une place de choix à l’art populaire et au patrimoine charlevoisien.

Le Port de Pointe-au-Pic, situé sur la rive nord du Saint-Laurent, d’une profondeur de plus de 8 mètres sert surtout au transbordement de papier journal. Desservi par la voie ferrée et par le réseau routier, ce port est ouvert toute l’année. Ce port naît en 1853, avec la construction d’un quai sur pilotis, ce qui permet aux bateaux de la Richelieu and Ontario Navigation Company d’y faire escale.

En février de chaque année, à Pointe-au-Pic, Ode à l’hiver, un spectacle pyromusical grandiose et féerique a lieu. Ce spectacle rend hommage à la splendeur des paysages hivernaux de Charlevoix. Il est présenté sur le quai de Pointe-au-Pic avec les glaces du fleuve en toile de fond.

collection roland

Pointe-au-Pic vers 1920. Collection Roland Gagné du Musée de Charlevoix. Source de la photographie : Musée de Charlevoix

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>