Charlevoix

Île-aux-Coudres

Île-aux-Coudres

Île-aux-Coudres

Jacques Cartier débarque sur l'île le matin du 6 septembre 1535. Le soir il fait une entrée dans son journal du bord, constatant un grand nombre de coudriers ou noisetiers qui couvrent le territoire de l’île. Cartier signale que les fruits ne manquent pas de saveur, et s'avèrent bien meilleurs que ceux récoltés en France. C’est Jacques Cartier qui baptise ce bout de terre du Saint-Laurent par le nom de l'îsle aux Coudres.

Selon l'avis des historiens, Cartier mouilla dans la baie de la Prairie.

L’île reste inhabitée pendant longtemps. Pendant deux siècles environ, l'île restera inhabitée. Elle sert parfois d’arrêt occasionnelle pour les navires en direction de Québec. D’autres fois des pêcheurs de bélugas y séjournent, le temps de tanner la peau des cétacés qui était très prisée pour la confection de bottes.

La pêche aux marsouins (bélugas) se pratiquait surtout sur la pointe sud-ouest de l'île. La peau et le gras de l'animal servaient à confectionner des bottes et de l'huile à éclairage. On ne chasse plus les marsoins, mais on a fait revivre cette période pour le tournage d'un film de l'Office national du film réalisé par Pierre Perrault dans les années soixante du dernier siècle.

C’est au début du XVIIIe siècle que l'Isle-aux-Coudres commence à être peuplée rapidement. Des familles des fermiers, des éleveurs, des tisseurs, et des pêcheurs y sont établies.

Avec l’arrivée de l’ère de la construction des navires au début du XIXe siècle, des chantiers de construction et de réparation de goélettes sont ouverts qui fonctionneront jusqu’aux années 1950.

Tout comme sur l'île d'Orléans, des moulins à eau et à vent sont érigés pour moudre les récoltes de blé et de maïs des habitants. Ces témoins du passé sont présents sur l'Isle–aux–Coudres jusqu’aux nos jours.

Notons aussi que les insulaires ont dû, dès le début de la colonie. se pourvoir en vêtements et en linge de maison. Le tissage artisanal est donc une tradition que l'on a conservée. Les touristes seront ravis de s'arrêter dans les boutiques et de chouenner avec les insulaires.

Deux théâtres d'été ont leur siège sur l'Isle-aux-Coudres: le Théâtre d'été de la Roche Pleureuse, situé au 2901, chemin des Coudriers (téléphone 418 438-2734 ou sans frais 1 800 463-6855 et le Théâtre de Charlevoix (Auberge La Coudrirère, 2891, chemin des Coudriers, téléphone 418 438-1229).

L'hospitalité proverbiale des gens de l'Île-aux-Coudres ne s'est pas démentie au fil des ans et les vacanciers seront toujours heureux de retrouver cet accueil amical et chaleureux.

L'île se trouve à un peu plus de 30 kilomètres de Baie-Saint-Paul, via route 362 (route secondaire et traversée).

Pour en apprendre plus :

2 Comments

  1. éliane lefebvre

    2011/01/22 at 3:31

    J’aimerais savoir si à l`îles au coudres il recherches des horticulteurs pour entretenir les jardins 2011?

    Merci & au plaisir

    Mlle.Éliane

  2. maltais

    2011/08/12 at 7:49

    Je m’excuse d’avance,car je crois que ce n’ai pas la place pour ma demande! Moi je cherche des noisettes de Charlevoix,je suis de Charlevoix,mais rendu a Québec depuis 11 ans,et ici personne semble connaitre,une adresse peut-être ou m’en procurer,je veux payer ce que ca vaut! Merci et excuse encore.H.Maltais hendidi5050@hotmail.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>