Centre-du-Québec

Le pire incendie

Le pire incendie

Les flammes rasent 35 immeubles à Nicolet

300 personnes demeurent sans foyer

Nicolet – Le pire incendie de l’histoire de cette ville de 5000 âmes, située à près de 100 milles de Montréal, a détruit la nuit dernière (21 mars 1955), presque tout le centre commercial, causant des dommages évalués à près d’un million de dollars, jetant 75 familles sur le pavé et faisant disparaître quelque 35 magasins, banques, bureaux, restaurants, quincailleries et autres établissements commerciaux.

Aucune perte de vue ou accident grave n’a été enregistré.

L’incendie, qui s’est propagé avec la rapidité de l’éclair, a débuté vers minuit dans le restaurant « Central » appartenant è M. Harry Mathieu et il a fallu, pour le combattre, outre les pompiers de Nicolet, dirigés par le chef Gérard Beaulac, l’aide des sapeurs de Pierreville, Drummondville, S.-Grégoire et S.-Léonard, soit plus d’une centaine d’hommes, qui ont travaillé avec acharnement durant toute la nuit pour combattre l’élément destructeur, celui-ci n’étant maîtrisé que vers 6 heures, ce matin.

Le chef Beaulac attribue la cause de l’incendie à un poêle surchauffé. D’autres personnes prétendent que le feu a pris son origine dans la salle de toilette du même restaurant.

Un vent violent a activé la marche des flammes et rendu extrêmement difficile le travail des pompiers; un grand nombre des immeubles incendiés étaient de bois.

À 11 heures, ce matin, une fumée dense s’élevait encore des décombres.

Le maire de Nicolet, M. J-Ubald Caron, et le curé de la paroisse cathédrale, l’abbé Alphonse Allard, se sont portés durant toute la nuit à l’aide des familles éprouvées. Plusieurs des personnes dont les logis ont été incendiés ont été tirées de leur sommeil par des voisins et ont dû quitter les lieux en vêtements de nuit.

On estime que les pertes sont à moitié couvertes par les assurances. Presque tous les ameublements des foyers ravagés ont été détruits par les flammes.

Le maire Caron, élu en février dernier, et dont la maison, située rue Notre-Dame, a failli être la proie des flammes, a révélé aux journalistes qu’il avait adressé ce matin des messages au très honorable Louis S.-Laurent, premier ministre du Canada, et à l’honorable Maurice Duplessis, premier ministre de la province de Québec, pour demander l’aide en faveur de ceux qui ont été le plus éprouvés par le sinistre.

(C’est arrivé le 21 mars 1955).

cure de nicolet

Le curé de la paroisse de Nicolet, l’abbé Alphonse Allard combattant les flammes. Source de la photo : La Presse, 21 mars 1955

Voir aussi :

1 commentaire

  1. Marie-Claire Lajoie

    2016/06/15 at 2:47

    Je suis à la recherche de texte et photos sur un accident de train à Richmond le 18 avril 1898 Un Mr Jonas Gagnière serait décédé dans cette accident. Auriez-vous un article de journal de ce 1898 de cet accident ??
    Merci et bonne journée

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>