Histoire d'Arthabaska

Le nom d’Arthabaska a été suggéré à la fin du XVIIIe siècle, par M. John Gregory, commerçant de fourrures, probablement en l’honneur d’un vaste lac à l’ouest canadien, où il a travaillé pour la Compagnie du Nord-Ouest.

En langue cri le mot Athabaska veut dire « où il y a des joncs et des roseaux ».

En 1802, l’arpenteur Joseph Bouchette écrit ce nom avec erreur, ajoutant une « r » sur la carte de la région et Arthabaska devient alors le nom officiel du nouveau canton. Ce nom constitue l’un des rares toponymes d’origine amérindienne dans la région des Bois-Francs.

C’est en 1853 que la Ville d'Arthabaska est fondée sous le nom de  Saint-Christophe-d’Arthabaska. En 1858, le canton d’Arthabaska est constitué en district judiciaire après la construction du chemin de fer.

En 1861, une portion de la localité a été détachée et a reçu le nom de Victoriaville. En 1890, Sainte-Victoire-d’Arthabaska est constituée à la suite d’un nouveau détachement.

Plus tard, à la fin du XIXe siècle, on y détache le village d’Arthabaskaville, complètement encerclé par Saint-Christophe-d’Arthabaska.

En 1903, Arthabaskaville devient la ville d’Arthabaska.

Enfin, en 1993, trois localités, soit Victoriaville, d’Arthabaska et de Saint-Victoire-d’Arthabaska, se regroupent pour former la ville actuelle. Pour la nouvelle ville, la population choisi le nom de Victoriaville pour la nouvelle ville.

Arthabaskaville s’est toujours distingué comme un village de la culture. C’est ici qui naît le peintre Marc-Aurèle De Foy Suzor-Côté et plusieurs célébrités québécoises s’installent à Arthabaskaville, notamment le député Armand Lavergne, le poète Adolphe Poisson ou le premier ministre du Canada Sir Wilfrid Laurier.

Voir aussi :

Partager|