Ville de Québec

Rue Saint-Joseph

Rue Saint-Joseph

Rue Saint-Joseph

D’après John Hare (J.Hare, Histoire de la ville de Québec, 1987), dès 1696, les alignements des rues Sainte-Famille et Saint-Joseph délimitent le futur quadrillage de l’enclos du Séminaire de Québec. Plus tard, dans le recensement de 1716, on définit la rue Saint-Joseph comme une « rue qui prend depuis la boulangerie du Séminaire jusqu’aux remparts…». Concernant les documents de ce recensement et le plan de Québec dressé par l’ingénieur du roi Chaussegros de Léry en 1730, l’archiviste et historien Honorius Provost constate que les deux documents attestent que cette rue était déjà tracée et commençait à se bâtir vers la fin du XVIIe siècle

Rappelons que le premier titulaire du Séminaire de Québec est la Sainte Famille. Il va donc de soi que les autorités de cette institution attribuent à cette rue le nom de saint Joseph, l’époux de Marie et le père nourricier de Jésus.

D’ailleurs, saint Joseph est le patron de la Nouvelle-France dès 1624. Le récollet Joseph le Caron nous raconte, dans sa Relation de 1624, qu’il y eut une grande solennité à saint Joseph qui fut choisi patron du pays et protecteur de l’Église canadienne naissante. Par la suite, une foule d’entités, y compris des rues, furent placées sous le patronage de saint Joseph.

La rue Saint-Joseph prend le nom de la rue de Garneau par le règlement 235 du 2 décembre 1870. Cette appellation honore François-Xavier Garneau (1809-1866), le premier grand historien national du Canada. Conscient que les Canadiens français ont un passé aussi glorieux que celui des autres nations, Garneau entreprit des recherches qui lui permettront de rédiger son ouvrage Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu’à nos jours, une synthèse du passé du pays. La fermeté des jugements de F.-X.Garneau et les qualités littéraires de son livre ont fait de cette oeuvre un vif succès. « Garneau a été le flambeau qui a porté la lumière sur notre courte mais héroïque histoire » a écrit le poète Octave Crémazie, l’année même du décès de l’historien.

Sources :

  • Jean Pourier. Noms de rues de Québec au  XVIIe siècle. Origine et histoire. Dossiers toponymiques 27. Commission de toponymie du Québec.
  • Recensement de la ville de Québec pour 1716, publié par l'abbé Louis Beaudet, Québec, A. Côté, 1887.
  • John Hare et al. Histoire de la ville de Québec 1608-1871, Montréal, Boréal et Musée canadien des civilisations, 1987.
  • Honorius Provost« Développement urbain de Québec jusqu'à 1760 », F.-X. Chouinard,
  • « La Ville de Québec : histoire municipale. I – Régime français », Québec, Société historique de Québec, 1963. (Cahiers d’histoire; 15).
  • Guide odonymique du Québec, 1989.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>