Ville de Québec

Rue Saint-Jean

Rue Saint-Jean

La rue Saint-Jean

L’une des rues les plus fréquentées de la ville de Québec, la rue Saint-Jean est une des plus anciennes rues de la vieille capitale. Sa longueur totale est d’environ 1,8 kilomètres.

La rue a été tracée par l’arpenteur, ingénieur et syndic de la Nouvelle-France Jean Bourdon (né vers 1601 et décédé en 1668), pour relier à la ville d’alors son fief de Saint-Jean situé dans l’actuel quartier Montcalm, qu’il avait acquis en 1639.

La rue Saint-Jean doit son nom à Jean Bourdon. Une carte de 1685 montre que la rue Saint-Jean, à l’intérieur des murs, est tracée et que la dénomination de « chemin de St Jean » qui s’y trouve se rattache au tronçon situé à l’extérieur des murs d’enceinte de Québec.

Ainsi, une partie de cette rue fait partie du Vieux-Québec, c’est-à-dire, elle a été ouverte à l’intérieur des fortifications. L’autre partie de la rue est en dehors des fortifications, qu’elle franchit par la porte Saint-Jean. Ce tronçon de la rue fait partie du quartier Saint-Jean-Baptiste.

Pour distinguer les deux parties de la rue, situées dans le Vieux-Québec et dans le quartier Saint-Jean-Baptiste, les résidents ont pris l’habitude de parler des rues Saint-Jean à l’intérieur et à l’extérieur des murs, ou des rues Saint-Jean intra-muros et extra-muros.

La rue Saint-Jean débute à la rencontre de la côte de la Fabrique et de la rue Couillard, et se dirige vers le sud-ouest jusqu’à la rue Salaberry, où elle devient le chemin Sainte-Foy.

Dans le Vieux-Québec, l’architecture de la rue est imposante et ancienne. On y retrouve une abondance de commerces tels que restaurants, boutiques et auberges. Cette section commerciale de la rue est ainsi à caractère plus touristique, typique du Vieux-Québec.

Du côté extérieur aux fortifications, la rue Saint-Jean revêt plutôt un aspect de vie de quartier, d’un art de vivre. On y retrouve plusieurs commerçants offrant des produits et service : cafés, pharmacies, aliments du terroir, aliments biologiques, boulangerie, boucherie …

Dans les alentours de ce segment de la rue Saint-Jean, on retrouvera davantage de maisons et édifices à habitation, comparé au tronçon fortifié.

Notons qu’en 1979, on découvre sous la rue Saint-Jean, à la hauteur de la rue Saint-Stanislas, les vestiges de la première porte Saint-Jean. Cette porte, construite en 1693, a été démolie en 1720, lorsque les murs sont reculés. Alors la deuxième porte Saint-Jean a été érigée sur le site de la porte actuelle. Après des reconstructions, la porte a finalement été démolie en 1897 afin de rendre possible le passage du tramway électrique.

En 1939, on construit une nouvelle porte qui s’apparente par son style aux portes Saint-Louis et Kent construites près de 60 ans plus tôt.

Une plaque commémorative apposée sur la porte Saint-Jean, du côté de la place D’Youville, rappelle l’inauguration du Chemin du Roy qui relia Québec et Montréal par une voie carrossable, chemin dont la rue Saint-Jean faisait alors partie.

rue saint-Jean quebec

Rue Saint-Jean. Photo : © GrandQuebec.com

rue saint jean carte postale

Rue Saint-Jean, carte postale des années 1950

rue st jean patinoire et capitole

Rue Saint-Jean, patinoire et capitole de Québec. Photo : Site Web Cartes-A-Tout, compagnie de cartes de souhaits de la ville de Québec

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>