Ville de Québec

Rue Notre-Dame

Rue Notre-Dame

Rue Notre-Dame

Très populaire en Saintonge aux temps des débuts de la Nouvelle-France, la dévotion à Notre-Dame s’est répandue très tôt au Canada et les premières églises de Québec portent ce nom, notamment, l’église de Notre-Dame-de-Recouvrance, construite en 1633 ; celle de Notre-Dame-de-la-Paix, datée de 1647 ; l’église de Notre-Dame-de-Québec (1664) ; l’église de Notre-Dame-de-la-Victoire (1688, d’abord église de l’Enfant-Jésus, rebaptisée plus tard Notre-Dame-des-Victoires), etc. Au Québec, le terme spécifique Notre-Dame, détermine, selon la banque de données TOPOS de la Commission de toponymie du Québec, pas moins de 120 rues, cinq avenues, quatre boulevards, deux montées, deux routes, six chemins et cinq rangs. Plusieurs de ces dénominations sont anciennes (par exemple, la rue Notre-Dame, à Montréal, a été baptisée de ce nom, le 12 mars 1672, pour obtenir la protection de la Vierge Marie, patronne de Ville-Marie).

Il ne faut donc pas s’étonner qu’on ait attribué cette appellation à l’une des premières rues de la ville et que ce nom soit connu dès le début de la fondation de Québec. Le recensement de 1716 indique que la rue Notre-Dame débute à la fin de la rue du Sault au Matelot pour aboutir à l’Église de la Basse-Ville. Mais cette rue paraît sur le plan de Québec dessiné en 1640 par l’arpenteur Jean Bourdon.

Ainsi, contrairement à ce qu’ont prétendu bien des auteurs, la rue Notre-Dame n’a pas reçu sa dénomination de l’église Notre-Dame-de-la-Victoire située place Royale le long de cette voie. En fait, cette église n’a été construite qu’en 1688, soit 48 ans après que le nom eut paru sur le plan de Québec par Jean Bourdon. Et qui plus est, l’église de Notre-Dame-de-la-Victoire  rattachée à Notre-Dame-de-Québec, à la Haute-Ville, érigée sous le vocable de l’Enfant-Jésus, n’a reçu le nom de Notre-Dame-de-la-Victoire qu’en 1690 et de Notre-Dame-des-Victoires qu’en 1711.

Vers la fin du XVIIe siècle, on rencontre sur des plans d’arpentage, la variante Grande Rue de Nostre Dame, orthographiée parfois Grande Ruë De Notre Damme. Il semblerait que le qualificatif « grand » aurait été attribué à cette rue en raison de son importance. Le toponyme Rue Notre-Dame a, en outre, identifié autrefois un court tronçon de cette voie au nord de la côte de la Montagne, entre la falaise et la rue du Sault-au-Matelot. Plusieurs plans de Québec montrent notamment cette extension de la rue Notre-Dame dont en particulier ceux de l’ingénieur Robert de Villeneuve, dressé en 1692 et  le plan de 1815, de l’arpenteur général Joseph Bouchette.

Il existe à Québec l’avenue Notre-Dame qui constitue le prolongement de la rue Notre-Dame.

Cette avenue traverse les quartiers du Vieux-Québec, Cap-Blanc, Colline Parlementaire dans l’arrondissement de la Cité-Limoilou. Cette dénomination a été adoptée en 1948 par le conseil municipal du village de Notre-Dame-de-Lorette (aujourd’hui. la ville de L’Ancienne-Lorette) en remplacement de route de l’Église. Le nom de l’avenue vient de la paroisse de Notre-Dame-de-l’Annonciation de L’Ancienne-Lorette, dont cette artère dessert une grande partie du territoire.

L’église actuelle de Notre-Dame-de-l’Annonciation, érigée en 1907 sur le site de la première église, datée de 1719, se dresse le long de cette voie de communication (d’où l’ancien nom de route de l’Église). Il semble que le vocable de Notre-Dame-de-l’Annonciation daterait de 1834. Il ferait allusion au sanctuaire de Lorette, en Italie, où la maison de la Vierge, lieu de l’Annonciation, a été transportée pièce par pièce de Nazareth à l’époque des croisades.

Notons également que le parc Notre-Dame située à Charlesbourg, un arrondissement de Québec, tient son nom de la municipalité de Notre-Dame-des-Laurentides, secteur de Charlesbourg.

Cette avenue constituait autrefois un tronçon de la route ou du chemin des Grands-Déserts, nom d’une ancienne concession. Le mot « désert » désignait à l’époque un espace défriché prévu pour l’implantation d’un rang. En ce sens, il dérive de « essert » ou « essart », qui signifie défrichement, clairière en vue d’y établir la culture.

Sources :

Avenue Notre-Dame : Ville de Sainte-Foy. Répertoire des odonymes de la Ville de Sainte-Foy, 1992.

Côté, Alain, Société d'histoire de Sainte-Foy. Odonymes de la ville de Sainte-Foy et date d'apparition, 1991.

Parc Notre-Dame : Ville de Québec. Parcs municipaux/arboretum, site Internet, 2006; Ville de Québec. Carte interactive, site Internet, 2006.

Rue Notre-Dame : Ville de Québec. Guide odonymique de la ville de Québec 1608-1988, 1989; Poirier, Jean. Noms de rues de Québec au XVIIe siècle. Origine et histoire.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>