Ville de Québec

Parc du Bois-de-Coulonge

Parc du Bois-de-Coulonge

Parc du Bois-de-Coulonge

C’est l’un des parcs les plus fleuris du Québec. Le parc du Bois-de-Coulonge a été créé au milieu du XIXe siècle. À l’époque, il s’appelait Spencer Wood et était un célèbre lieu d’horticulture grâce aux efforts de M. Henry Atkinson, son propriétaire.

Le parc du Bois-de-Coulonge se trouve au cœur de la capitale du Québec, sur les rives du Saint-Laurent, dans l’arrondissement Sainte-Foy–Sillery.

Ce domaine fut choisi par les gouverneurs généraux du Canada-Uni comme lieu de résidence. Puis, jusqu’en 1966, c’est devenu la résidence des lieutenants-gouverneurs du Québec. Malheureusement, en 1966, un incendie a dévasté le bâtiment principal du parc. Depuis 1986, c’est un parc public qui occupe aujourd’hui un territoire de 24 hectares.

Le parc du Bois-de-Coulonge comporte de beaux arbres matures, des espaces aménagés en jardins fleuris, un arboretum et un nombre infini de fleurs aux noms des plus exotiques: hémérocalles, échinacées, rudbeckias, astilbes, sans compter les marguerites, les lys, les phlox, les roses, etc.

C’est en 1653 que Louis d’Ailleboust, sieur de Coulonge, troisième gouverneur de la Nouvelle-France, fait l’acquisition du terrain de Belleborne et l’appelle en 1657 «la châtellenie de Coulonge» (c’était la première et la seule châtellenie en Nouvelle-France).

Après le décès du gouverneur d’Ailleboust, le terrain a changé de propriétaire à maintes reprises et en 1780, un officier des troupes britanniques, M. Henry Watson Powell, l’achète et le rebaptise Powell Place. Il y fait ériger une grande résidence d’été avec des étables adjacentes et une grange. C’est lui encore qui aménage les premiers sentiers et les plates-bandes.

En 1811, le domaine est renommé Spencer Wood. Vingt quatre ans plus tard, M. Henry Atkinson, un marchand de bois, le rachète et s’emploie à y créer un grand lieu d’horticulture, l’un des plus beaux jardins en Amérique. Une grande partie du mérite revient au jardinier écossais Peter Lowe, qui a planté des ormes et des chênes, qui a tracé le réseau de sentiers, aménagé des sections du parc et les voies d’accès qui existent toujours.

En 1854, une partie du domaine est rachetée par le gouvernement du Canada-Uni et utilisée comme demeure pour les gouverneurs. Après un incendie survenu en 1861, un imposant bâtiment central est érigé au milieu du parc. En 1870, le gouvernement de la Province de Québec l’acquiert par cession. Ensuite, tous les lieutenants-gouverneurs du Québec y séjournèrent, et ce durant près de 100 ans.

En 1950, Spencer Wood est rebaptisé Bois-de-Coulonge. En février 1966, un autre incendie dévaste l’édifice, et le lieutenant-gouverneur Paul Comtois y trouve la mort. Après cette catastrophe, aucun représentant de la Reine n’a plus voulu y résider, et le domaine fut laissé à l’abandon jusqu’en 1986, quand la ville de Québec décide d’en faire un parc public. Depuis 1996, c’est la Commission de la capitale nationale du Québec qui en est propriétaire.

Chaque printemps, de nombreux touristes et résidents de Québec se rendent à la Cabane à sucre du parc du Bois-de-Coulonge. Remarquons que les dons et les profits de la vente de tire d’érable sont versés à la Fondation de l’école Saint-Michel, une école de quartier qui accueille les enfants autistes de la grande région de Québec.

On y trouve d’ailleurs un parcours de 9 trous ainsi que le court de tennis, la patinoire, le clos des chevreuils, la piscine, etc.

Coordonnées du Parc du Bois-de-Coulonge :

1215, Grande Allée Ouest (ancien Chemin Saint-Louis)
Québec
G1S 1E7

Téléphone : 418 528 0773 ou sans frais 1 800 442 0773

parc bois de coulonge

Parc du Bois-de-Coulonge

À lire aussi :

2 Comments

  1. Otto Ebnoether

    2011/09/30 at 12:18

    Connaissant particulièrement bien le «Bois de Coulonge», je constate dans cet article qqs erreurs ou omissions.
    ex. on ignore l’existence d’un parcours de Golf de 9 trous, on ne parle pas du court de ternnis ni de la patinoire. On oublie la piscine ainsi que le parc à chevreuils etc etc.
    Que la temperature lors de l’incendie était de moins 20 o Farenheit.
    ….Et je me demande encore : «QUI A MIS LE FEU «?

  2. Otto Ebnoether

    2011/09/30 at 12:27

    Connaissant particulièrement bien le »Bois de Coulonge», je suis en mesure d’affirmer que plusieurs erreurs figurent dans cet article.
    On ignore le parcours de 9 trous ainsi que le court de tennis, la patinoire, le clos des chevreuils, la piscine, etc,etc. Je me demande encore :«QUI A MIS LE FEU«?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>